[Artland Chap.5] Sous la patine du temps

Retour sur les aventures achevées en Artland
Avatar de l’utilisateur
Iris
Grand Ancien
Messages : 16220
Inscription : 14 févr. 2011, 17:31
Localisation : Nord-Est de Lyon
Contact :

[Artland Chap.5] Sous la patine du temps

Message : # 43984Message Iris
06 mars 2015, 15:22

16 Frimaire, An 132 du calendrier républicain. 7h32

Une infirmière entra dans la salle d'un pas alerte, et tira les rideaux alors qu'il faisait encore nuit et que les lampadaires éclairés au gaz étaient encore allumés : "Regardez, il a neigé cette nuit ! Ah, j'aime la neige ! " Et elle commença à s'affairer auprès des patients tout en continuant à parler, vérifiant que tout allait bien, prenant leur température, les questionnant sur leur sommeil, avant d'apporter le chariot repas avec un porridge chaud au miel et à la cannelle. C'était considéré comme un plat revigorant et adapté à des convalescents : "C'est aujourd'hui que vous repartez chez vous. Vous avez récupéré étonnamment vite compte-tenu des circonstances."

Image

Les repas terminés, elle revint à 8h11, en léger retard, vraisemblablement pour avoir discuté dans le couloir avec des collègues. Elle arrivait presque en riant encore de ce qu'elle avait entendu. Avec énergie et vivacité, elle reprit les plateaux, en répondant des banalités, ou en remettant à sa place Alfred-le-charmeur comme l'appelait le personnel soignant féminin. Les dames qui travaillaient à l'hôpital en voyaient des vertes et des pas mûres chaque jour et dans leur genre, étaient des dures à cuire.

8h45, le chef de service passa pour sa tournée des patients sous sa responsabilité, entouré d'étudiants qui devaient apprendre de tous les commentaires fort intelligents qu'il devait formuler. On échangea quelques paroles avec le Dr. Matthew Rainhorn qui, en tant que collègue, avait le privilège d'être un patient traité comme une personne, qu'on regardait dans les yeux, qu'on nommait... Tout allait bien : "Comme prévu, vous allez pouvoir sortir en fin de matinée." L'un des étudiants un roux aux cheveux bouclés demanda vers la fin de la visite : "Mais comment est-il possible qu'ils aient eu au final si peu de blessures ?" Sur quoi le Chef de service haussa les épaules : "Au fil des années vous verrez les événements les plus étranges se produire. Celui-là n'est certainement pas le plus exceptionnel, vous pouvez me croire."

9h00, les visites pouvaient commencer. La "Maison" Ermeler s'était déplacée en force : Grand-Mère Ester von der Goltz, Papa - Oswald Maximoff Ermeler, Maman - Louise Blankenfeld, Tante Edmunda, la veuve de l'Oncle Friedrich Albrecht, et celui qu'on lui présenta comme le "cousin Jeffrey".

" Ah Eulalie chérie, comment vas-tu ?
" Elle a une petite mine je trouve."
" C'est une battante, elle va déjà mieux."
" C'est parfait, nous pourrons partir d'ici peu pour la maison de campagne !"
" Oui, Eulalie, tes premières fêtes de fin d'année en Artland ! "
" Nous inviterons les Kauers..."
" ... et les Humphreys." soupira le Cousin Jeffrey avec un soupir badin
" Bernard Kauers est un jeune homme charmant et tout à fait bien de sa personne. Notaire de sa profession." Regard appuyé de Grand-Mère.
" Eulalie chérie, je t'ai apporté des vêtements de rechange, adaptés à la saison." Sa mère lui avait surtout apporté des tenues tout ce qu'il y avait d'Artlandais.

Image

Le flot de paroles des Ermeler fut finalement interrompus quand Cousin Jeffrey nota : "Je crois que nous n'avons pas laissé le temps à notre rescapée de placer un mot !"

Mais après cinq secondes de silences, Tante Edmunda renifla un "Quelle horrible tragédie !" aussitôt approuvée par Grand-Mère, et par Père... Au bout d'un moment arriva la conclusion de la visite : on attendait d'Eulalie qu'elle retournât à sa chambre étudiante et prépare ses bagages pour partir d'ici une dizaine de jours au plus, pour la maison de campagne, fêter la fin d'année avec les siens. Ce serait un temps assurément émouvant, avec la célébration de la mémoire d'Oncle Friedrich Albrecht Ermeler, qui laissait l'entreprise familiale orpheline. Père devait la reprendre, mais il n'était pas un homme d'affaires.

Enfin le tourbillon Ermeler prit fin et tous quittèrent le dortoir, non sans avoir encore pressé Eulalie de questions sur sa santé, lui avoir donné de l'argent de poche pour prendre un fiacre pour rentrer chez elle, l'avoir questionné sur son besoin éventuel d'aide pour faire ses bagages...

Après leur départ, l'impression de silence était assourdissante.
Meneuse : Ombres d'Esteren | Dragons
Joueuse : Hellébore [Symbaroum]

Kenny
Vénérable
Messages : 1954
Inscription : 22 févr. 2011, 13:02

Re: [Artland Chap.5] Sous la patine du temps

Message : # 43986Message Kenny
06 mars 2015, 15:55

Eulalie regarda tout ce tourbillon d'informations un peu hébétée, en souriant poliment. La vue de la robe avait failli lui détruire toute sa bonne humeur quand elle croisa le regard de Camille et lui fit une grimace et une caricature de la tante. Elle n'aimait pas le marron...

Voir la petite fille sourire ou rire lui redonnait le moral, Eulalie ne devait pas se plaindre, elle avait toujours sa famille...

Eulalie se prépara puis commença à faire ses adieux à tout le monde et qu'ils pouvaient la contacter pour "boire le thé" (avec une caricature de la grand mère)...
Elle serra tendrement Camille dans les bras en lui précisant de ne pas oublier sa promesse pour aider son à retrouver son père.

Peut-être que certain sentirait que derrière toute sa bonne humeur, Eulalie était triste de repartir dans sa famille bizarrement...
Joueur : [Artland] Eulalie | [Oikouménè] Lame rouge et Démétrios | [Mekton] Théon | [Warhammer] Ulfang et Unien Ulgarys

Avatar de l’utilisateur
Amnèsya
Vénérable
Messages : 3503
Inscription : 23 mars 2013, 13:52
Localisation : Quelque part le plus loin possible

Re: [Artland Chap.5] Sous la patine du temps

Message : # 44045Message Amnèsya
08 mars 2015, 20:40

Camille ne peut que soutenir moralement Eulalie.
Elle était dubitative mais elle avait compris que les relations entre Eulalie et sa famille ressemblait à celle qu'elle entretenait avec sa belle mère.
Alors elle partageait sa peine... et ne put que jouer avec sa peluche et simuler quelque grimace...

Elle était d'accord avec les gout d'Eulalie... C'était pas son style... et c'était pas beau... Elle se demanda si on lui laisserait son caban...

Lorsqu'elle l'embrassa, Camille remercie Eulalie et lui promit que lorsqu'elle se reverrait, elle lui aurait confectionner une belle robe... comme elle l'aimait.... Camille se disait que cela lui ferait plaisir aussi et que si elle n'avait pas le temps de tenir parole, son papa pourrait y pouvoir.

Elle regarda Eulalie partir avec armethume. Elle sera Lapinou...
C’était compliqué alors j’ai tenté d’expliquer ce qu’était le Graal pour que tous comprenne. C’était difficile alors j’ai essayé de rigoler pour que personne ne s’ennuie. J’ai raté mais je veux pas qu’on dise que j’ai rien foutu parce que c’est pas vrai.

Avatar de l’utilisateur
Iris
Grand Ancien
Messages : 16220
Inscription : 14 févr. 2011, 17:31
Localisation : Nord-Est de Lyon
Contact :

Je meuble ?

Message : # 44179Message Iris
15 mars 2015, 22:30

Métajeu a écrit :J'espérais laisser assez de temps pour Obsidian et Crépuscule en 4.4, mais je ne peux pas attendre ad vitam aeternam, donc...
Eulalie s'aperçut en enfilant l'affreuse tenue marron qu'elle présentait un avantage et dénotant assurément un signe de bienveillance de sa mère : elle était aussi confortable que pouvait l'être un vêtement artlandais (du point de vue de quelqu'un n'ayant jamais porté auparavant de vêtements ajustés). Elle n'était pas trop serrée, pouvait bouger à son aise, et voyait la jupe tourner autour d'elle, accompagnant ses mouvements, ce qui était assez ludique.


9h22. La cousine de la femme de charge travaillant chez Matthew Rainhorm ayant une course à faire en ville, était venue apporter du linge et des nouvelles au médecin. "Il semble que M. Wissen, et son... chat... sont en voyage avec M. & Mme Facroce dans les Eisern. Ils vous envoient leur salutations et seraient venus à votre chevet si vous n'aviez pas assuré que tout allait bien pour vous. " Nulle doute que tout le voisinage du Dr. Rainhorm devait le considérer comme un excentrique, et plus encore le "sauvage au gros chat" qui vivait chez lui quant il n'était pas en visite chez leur ami commun, le botaniste Melwin Facroce. Ceux qui découvraient le Dr. Rainhorm depuis l'affaire du planétarium ne pouvaient douter qu'il était un homme des plus étonnant, en plus d'être un humaniste convaincu.


Personne ne vint pour Alfred, qui finit par s'enquérir de l'état de ses vêtements. Ils étaient bien abîmés, mais au moins ils étaient lavés. Du moins pour ceux qui avaient pu être "sauvés". Le reste... il fallut l'acheter. Des infirmiers signalèrent le souci, et un fripier ayant une boutique mobile, campant habituellement non loin de l'hôpital, fut mis à contribution. Alfred dut payer en grinçant des dents. En Artland les soins pour cause d'accident ou d'agression étaient gratuits, par contre on se rattrapait assez vite et l'absence de toute sécurité sociale organisée pouvait vite coûter cher aux gens comme lui qui étaient constamment sur le fil. Par rapport à sa situation, même la petite orpheline semblait mieux lotie !

L'heure de la séparation approchait. On échangea pour ceux qui le souhaitaient, les adresses, quand...


10h26. Arrivée des Field.

Un médecin et une infirmière accompagnaient un couple caricatural : une grande femme maigre et son époux plus petit et replet. Les deux formaient un duo qui n'aurait pas dépareillé dans une comédie au théâtre. (cf. http://fim.pierstoval.com/viewtopic.php ... 825#p43691 )

" Ah voilà la chère enfant !" s'exclama avec une joie un peu forcée la femme présentée comme "Mme Field, une tante lointaine du côté de votre père. Elle et son époux vont veiller sur vous. Ils ont demandé votre tutelle et rien ne s'oppose à ce qu'ils l'obtiennent. M. Field va chercher vos affaires chez vous, et vous irez dans la maison de campagne de vos oncle et tante pendant ce temps."

Une chose était sûre pour Camille : Lapinou ne les aimait pas.
Meneuse : Ombres d'Esteren | Dragons
Joueuse : Hellébore [Symbaroum]

Avatar de l’utilisateur
ramb
Vétéran
Messages : 906
Inscription : 19 avr. 2011, 22:00

Re: [Artland Chap.5] Sous la patine du temps

Message : # 44278Message ramb
19 mars 2015, 17:20

Matthew qui venait de se changer assista à l'arrivé des deux nouveaux protagonistes.
Il se trouvait avec Camille pour lui remonter le moral.

"Bonjour Madame, Monsieur. Je me présente Dr Rainhorm Matthew, un des médecins de votre nièce.
Je n'avais jamais entendu parler de vous.
Vous comptez emmenez Camille, elle se remet encore du choc qu'elle vient de subir n'est-ce pas trop tôt?"
CHAMPI VAINCRA !!!!
car il est légion!!!!!
enfin presque ......

Avatar de l’utilisateur
Amnèsya
Vénérable
Messages : 3503
Inscription : 23 mars 2013, 13:52
Localisation : Quelque part le plus loin possible

Re: [Artland Chap.5] Sous la patine du temps

Message : # 44288Message Amnèsya
19 mars 2015, 22:33

Si Camille n'avait appris qu'une seule chose... C'était que Lapinou avait toujours raisons. Alors i Lapinou ne les aimait pas, Camille ne les aimait pas... Point barre.
Elle s'accrocha à Mattew...

Je ne vous connais pas. Je ne sais pas qui vous êtes...


Elle n'ajouta pas à voix haute... Je veux revoir mon papa...
C’était compliqué alors j’ai tenté d’expliquer ce qu’était le Graal pour que tous comprenne. C’était difficile alors j’ai essayé de rigoler pour que personne ne s’ennuie. J’ai raté mais je veux pas qu’on dise que j’ai rien foutu parce que c’est pas vrai.

Avatar de l’utilisateur
Iris
Grand Ancien
Messages : 16220
Inscription : 14 févr. 2011, 17:31
Localisation : Nord-Est de Lyon
Contact :

On a les papiers !

Message : # 44390Message Iris
21 mars 2015, 23:34

Un coup d'oeil très bref entre les époux, et ils se répartirent les interlocuteurs. M. Field alla parler au Dr. Rainhorm et Mme Field à Camille, simultanément ou peu s'en faut.

Du côté de Matthew

"Docteur, merci pour tout ce que vous avez fait pour elle. C'est un miracle que la chère petite soit en aussi bonne santé ! Il est normal que vous ne nous connaissiez pas, mon épouse est de la famille du père de Camille, mais ces scientifiques... ont parfois des lubies, et il s'est brouillé avec une partie de sa famille. Il avait coupé les ponts depuis des années. Nous avons appris par la presse le drame, et le fait que notre nièce soit désormais orpheline. "

" Elle sera très bien à la campagne, rassurez-vous. Du bon air, des voisins, ... Et puis... Tout vaut mieux qu'un hôpital pour un enfant !"

L'homme s'exprimait avec fluidité, mais on pouvait aussi deviner qu'il avait dû déjà raconter son histoire plusieurs fois, à chaque médecin, infirmier, agent de l'administration...

Du côté de Camille

" Jeune fille, c'est normal que tu ne nous connaisses pas encore... Je suis ta Tante Marnie et tout ira très bien. Tu verras, la maison à la campagne est agréable... C'est la saison des fêtes et des cadeaux pour les enfants...Tu aimes bien les jouets, non ? Tu voudrais une nouvelle poupée ? Une nouvelle robe ? "

" Ton Oncle Hubert va chercher tes affaires chez toi, et nous irons à l'hôtel puis prendront le train. Ton Oncle nous rejoindra ensuite et tu auras tout ce qu'il te faut."
Métajeu a écrit :Si vous voulez vous incruster dans une conversation, il faut décider laquelle puisqu'elles ont lieu en même temps.
Meneuse : Ombres d'Esteren | Dragons
Joueuse : Hellébore [Symbaroum]

Avatar de l’utilisateur
Amnèsya
Vénérable
Messages : 3503
Inscription : 23 mars 2013, 13:52
Localisation : Quelque part le plus loin possible

Re: [Artland Chap.5] Sous la patine du temps

Message : # 44400Message Amnèsya
22 mars 2015, 12:01

Jeune fille... Ca sonnait Bizarre.

Je m'appelle Camille, crut t'elle bon d'ajouter

En fait de jeu, Camille n’aimait que l'espièglerie... Sinon tout ce qu'elle voulait c'était voir le monde, apprendre découvrir...

Je n'aime pas cette période... C'est la période de la famille, et je n'ai plus de famille tous le monde, même vous, n'arrêtez pas de me le dire... Et je ne veux pas d'une nouvelle poupée... Je veux rester avec Lapinou.
C’était compliqué alors j’ai tenté d’expliquer ce qu’était le Graal pour que tous comprenne. C’était difficile alors j’ai essayé de rigoler pour que personne ne s’ennuie. J’ai raté mais je veux pas qu’on dise que j’ai rien foutu parce que c’est pas vrai.

Crépuscule
Vénérable
Messages : 4906
Inscription : 17 févr. 2011, 17:16

Re: [Artland Chap.5] Sous la patine du temps

Message : # 44415Message Crépuscule
22 mars 2015, 19:07

L'homme massif à la peau burinée par le vent arriva dans la chambre et constata la présence des Field.

Joe avait des petits yeux enfoncés au creux de ses rides et marqués par des cernes plus marquées que la veille. Il sentait également assez fortement le mélange de fumées, celle de cigare prédominante, mais il avait derrière cette odeur qui imprégnée les tissus des pubs.

Il sourit à Camille en la voyant, et constatant son air contratrié, Approcha d'elle et de Mme Field.

"Bonjour. Que se passe-t-il ici ?"
MJ:Warhammer, Oikouménè, MektonZ
PJ:[TdF] Joango Noirécu|[FIM] Joe Le Béni

Ainsi que d'innombrables PJ sacrifiés sur l'autel de la Fortune, Impératrice des Mondes ...

Avatar de l’utilisateur
Obsidian
Vénérable
Messages : 2623
Inscription : 11 avr. 2013, 20:00
Localisation : Lyon 6 ème

Re: [Artland Chap.5] Sous la patine du temps

Message : # 44416Message Obsidian
22 mars 2015, 19:11

La crâne scindé en deux par un chapeau de plomb, Leopold avait du mal à agir avec sa légereté et sa bonne humeur habituelle. Point de mélimélo manuel, ni de démarche bourgeoise gracieuse contrastant avec son style élimé. Le pas était lourd et les gestes mal assurés. La gueule de bois était bien là...

L'air renfrogné, il toisa d'un regard suspicieux le couple de bourgeois et chercha dans chaque coin de la pièce la présence d'une éventuelle casquette.

"Effectivement, elle s'appelle Camille. Et elle n'aime pas la campagne également, trop d’allergènes..."

Il souria d'un air entendu à la jeune fille.

Se retournant vers l'hypothétique tante lointaine.

"Et vous êtes ? ... Madame..."

Verrouillé