Shade : Ivoire et Ebène

Les sujets abandonnés par leurs meneurs disparus ou ne souhaitant pas conclure. En attente de conclusion pour être fermés, ou d'une éventuelle reprise.
Répondre
Ellis
Vétéran
Messages : 559
Inscription : 29 mars 2011, 20:46

Shade : Ivoire et Ebène

Message : # 2076Message Ellis
11 mai 2011, 12:22

Capitolo 0 : Presentazione Di Clemente

Bievenu à Clémence , la ville qui ne dort jamais.

La ville où tous le monde se déteste. La ville ou les riches se déchirent pour de l'or et la puissance et où les pauvres s'égorgent les uns les autres pour gravir les échelons être mieux vu des riches pour survivre.

Bienvenu à Clémence ou les journées sont belles et fleuries et ou les nuits sont chaudes. , la ville de de la luxure et de la haine, de la colère et de la passion, de la richesse et de l'envie. A Clémence une démocratie est présente mais elle n'est que fictive , masque qui cache les réelles ficelles de deux grandes familles : Les Agati et les Di Medici qui se vouent bien entendu une Haine tenace.

A l'origine de ce conflit bien sur il y a un affront mais désormais il n'est plus vraiment possible de savoir de quel coté il a débuté , désormais la guerre du pouvoir et de la richesse l'a emporté.

A clémence tous est question d'alliance et de choix politique, les nobles sont choisissent leurs camps et les pauvres se rallient à leur cause pour sortir de la misère mais peu d'elu en sorte réellement.
Il est dit également que Clémence est un paradis terrestre que Séléne à créer pour les Hommes , vu de l'exterieur il est vrai que les femmes et les hommes sont généralement tous beaux , la ville éclaire la nuit de mille feux et la journée elle est un mélange de beauté fleurale , de magnifiques architectures et les oeuvres d'arts d'artistes de génies orne certaines maisons ou plaza.

Si vous avez de l'argent , si vous avez des entrées et des contacts à Clémence tous est possible.

Le véritable centre de Clémence est la place de la Signoria, le forum de la République. C'est là que se trouvent le Palazur qui est la résidence des Di Medici et non loin de l'autre coté de la place se trouve le Manoir carmin qui la résidence principale des Agati.

Entre la place della Signoria et l'Alua (le fleuve qui parcourt Clémence), s'élève le Palais des Uffizi (des Offices) qui contient une des premières collections artistiques. Quelques-unes des oeuvres les plus remarquables de cette merveilleuse galerie sont réunies dans une petite salle connue sous le nom de "Tribune". C'est le centre culturel ou les plus grands artistes , artistes en herbes et mécène viennent s'inspirer des génies de leur temps et des temps anciens.

Après avoir traversé l'Alua, sur le Ponte Vecchio, on arrive au Palais Pitti, qui renferme une galerie de tableaux, non moins célèbre que celle des Offices. Le beau jardin Boboli est situé derrière le palais Pitti.

Au nord de la place della Signoria se trouve la place du Dôme, où s'élèvent trois des plus beaux monuments de Clémence: la Cathédrale Di Ombre réputée pour sa taille gigantesque , sa coupole et ses vitraux ainsi que ces célèbres portes de bronzes et d'or. On dit également que celle de l'est, la plus belle méritrait d'être la porte du Paradis.

Clémence la ville de l'art certes mais aussi des Sciences avec l'évolution de la médecine mais aussi des inventions farfelues à l'image des clémentins.

Cependant Clémence connait aussi les bas fonds les plus chauds du protectorat Clémentin , prostitués , drogues , échauffourée , meurtre, vol. La misère crée la necessité et il ne fait pas bon vivre d'habiter trop près des bas fonds où il faut rejoindre des gangs pour avoir un peu de protection relative. Ces bas fonds ne sont pas très grands en proportion de la ville qui compte peut etre dans les 60 000 habitants (entre 40 000 et 100 000 suivant les periode) et de dépeint pas la beauté de la ville.

Ellis
Vétéran
Messages : 559
Inscription : 29 mars 2011, 20:46

Re: Shade Chap 1 : Ivoire et Ebène

Message : # 2746Message Ellis
21 mai 2011, 19:55

Capitolo 1 : Le Bal des Ombres

La nuit les ombres dansent , et cette nuit là , la Danza macabra d'un petit génie allait prendre vie au son de sa mélodie. Le théâtre allait lever le rideau sur un bal précurseur de l'odieuse Tragedie qui allait se jouer. Il était en revanche possible de changer la fin de l'histoire , de ré-écrire une fin différente telle était le pouvoirs des enfants des ténèbres et de leurs âme-soeur : Les Tenebrosi

Le bal du Baron Aquino venait de débuter. Le gratin de tout clémence était présent et bien entendu les deux familles Agati et Di Medici étaient présentent. Arbhorrant leurs couleurs bleu et rouge tandis que les familles nobles qui n'étaient pas directement affiliés aux familles portaient des couleurs diverses du vert au violet en passant par le jaune.

En ce lieu se déroulait le meilleur de la grandeur clémentine : L'hypocrisie sous toutes ces formes. Il n'était en aucun cas question de regler les différents clémentins dans la demeure du Baron mais la Haine restait palpable et visuellement les deux familles ne se mélangaient pas. Créeant deux clans et des nobles pour meubler le centre. A cela venait s'ajouter un flots d'ombres , qui semblaient danser meme si elle n'était que des ombres vulgaires... ou bien... en apparance. Les ombres aux lueurs des bougies présentes qui éclairaient la grande salle de Bal et de reception du Baron. Cet escalier en marbre noir qui donnait accès aux balcons et aux mezzanines d'où , tel des fourmis, les nobles grouillaient , s'agitaient, se dandinaient ,...

La soirée n'était pas masqué , pas ce soir , chaque personne savait qui étaient présents.

Alessio Orsini se préparait , un peu tendu par la pression qui s'exercait ce soir pour lui. Il fallait qu'il puisse marquer les mémoires et surtout ne pas decevoir les invités et le Baron , son mécène. Les ombres se mouvaient dans les coulisses , elles dansaient déjà le prologue de la mélodie d'Alessio. Le pianiste Silverio Damassio était présent à ses cotés et remettait son veston correctement, il semblait détendu et adressa un sourire à Alessio.

Giovanni Dafermi lui était invité par son mystérieux ami à connaître la décadence des clémentins et cependant son choix allait de coeur pour les Agati peut etre que cette soirée pourrait lui donner une meilleur vision de son choix. Ca lui permettrait également peut etre de se renseigner sur Clémence et ses nouvelles coutumes , sur peut etre du travail , sur une possible fin de soirée agréable et pleins d'autres choses...

D'ailleur Elena Di Zilioli Di Agati, la belle lunin, fille adoptive des Agati dénotait dans la soirée. La plupart des clémentines étaient habillées de robes très large avec beaucoup d'étoffes , de véritable robe de bal. Elena , elle , comme à son habitude était vétu d'une robe près du corps , rouge , fendu sur le coté qui n'était en rien commune à la mode Clémentine... Elle était principalement avec son cousin Tobia , un des plus virulent Agati , il n'avait jamais caché sa haine profonde contre les Di Medici et il était à l'origine de la plupart des dérapages entre les deux familles.

Carmine Di Medici quand à lui était accompagné de son ami Cesare et de son frère Adolfo. Depuis quelques temps ils étaient inséparable et profitaient des nuits libres et chaudes qu'offraient Clémence. Les dernieres heures avaient été difficile pour Carmine , il avait de nouveaux les idées plus claires.

Fierenzi Cappego lui regardait de loin la belle Elena , pensant mille et une chose à son sujet tandis qu'il avait pour mission de surveiller la Comtesse Agati , assurer sa protection principalement , c est bien pour cela qu'il avait une tenue passe partout et qu'il se cachait dans les ombres des tentures et des colonades.

Semper Fiorzi était venu accompagner Milena Tremaldi. Elle lui avait demandé de venir , lui offrant ainsi la possibilité comme à leurs habitudes de lui trouver un divertissement parmis le gratin clémentin et elle ne pas laisser n'importe qui l'accompagner restant libre par la suite mais si tous les deux ne trouvaient rien d'interessant au moins ils repartiraient tous les deux.

Le Doge était présent et s'entretenait avec le Baron, un peu à l'écart. Les musiciens se préparaient sur une scène de théâtre , très spacieuse , le rideau était baissé.
Pièces jointes
schema bal.png
Voici le plan vite fait , je sais c est moche :D
schema bal.png (226.17 Kio) Consulté 1068 fois
Dernière modification par Ellis le 21 mai 2011, 23:06, modifié 1 fois.

Alessio Orsini
Jeune pousse
Messages : 128
Inscription : 06 mai 2011, 12:40

Re: Shade Chap 1 : Ivoire et Ebène

Message : # 2747Message Alessio Orsini
21 mai 2011, 22:57

HRP : Le Baron c'est pas plutôt Aquino ? ;)
Alessio Orsini sentait le trac monter en lui. C'était la première fois qu'il jouait devant tant de monde. Et aujourd'hui ce monde n'était pas n'importe qui mais le gratin de Clémence ! Heureusement le pianiste choisit par son ami Rinaldo était effectivement très bon, il avait pu s'en rendre compte pendant les répétitions. Et puis avec le cadeau du Baron, un Stradivarius de grande qualité, il se sentait capable de donner le meilleur de lui-même.

Il vérifia encore une fois que tout était prêt, son violon bien accordé puis jeta un regard discret sur la salle par un replis du rideau de la scène.

Que du beau monde ce soir. Mais j'espère que ça ne va pas dégénérer entre les Agati et les Di Medici. Qu'ils respectent au moins l'hospitalité du Baron.

Alessio ne jette qu'un regard désabusé envers tous ses nobles Clémentins mais si il voit dans la foule quelqu'un portant le Sceau de l'infamie il s'y intéresse plus posément.
HRP : mais si, il est très bien ton plan :)

Eoin Mac Aoidh
Vétéran
Messages : 869
Inscription : 02 mai 2011, 01:48

Re: Shade Chap 1 : Ivoire et Ebène

Message : # 2750Message Eoin Mac Aoidh
22 mai 2011, 00:12

Avant d'arriver, plus tôt dans l'après-midi, Carmine avait eu le temps de donner quelques dernières directives à Cesare.

"Que Leona soit protégée sans qu'elle le remarque, mais sans pitié. L'argent n'est pas un problème. Fais tout ce que tu devras, mais souviens-toi : tu devras répondre de sa vie et de sa santé."

Bien sûr, c'était plus une vue de l'esprit. Il n'allait pas tuer Cesare, son ami de toujours ; mais il avait fait une promesse, et il s'en souviendrait. Mais le message était clair : elle devra rester en vie et en parfaite santé, sans aucun abus d'aucune sorte, sinon cela risquait d'aller très mal pour les personnes engagées.

Il murmura aussi à Lupo, une fois seul :


"Protège mes arrières, tout en restant avec moi. Tu es le seul en qui j'ai la plus aveugle confiance."

Il s'était ensuite calmé, habillé avec soin. Un pourpoint bleu à délicats motifs floraux noirs, une chemise écrue, des brassards de force de cuir noir, un pantalon et ses grandes bottes noires, son béret turquoise habituel. Il portait bien sûr sa schiavona, sa cinquedea et sa dague plate cachée dans le brassard gauche, invisible. Et, bien sûr, sur sa gauche, sa demi-cape noire au revers bleu ciel, arrivant à mi-cuisse, portant le signe de la Compagnie du Loup : une tête de loup noire hurlant dans un cercle turquoise ; elle était accrochée par une fine lanière passant sur l'épaule gauche et sous l'épaule droite.
Le condottiere imaginait bien être la risée de la plupart des présents, mais il avait une réponse toute trouvée, humoristique et sarcastique. Et ce soir il était arrivé avec le reste de sa famille, presque en force pour ainsi dire. Il s'était vite séparé de l'essentiel de ses frères et de son père, et cherchait de son superbe regard turquoise, ses yeux fins dans son visage séduisement hâlé, s'il apercevait celle qui le hantait depuis quelques jours maintenant... La seule non-Medici pour qui il pourrait tuer et commettre les pires actes possibles, sans regrets.
Carmine espérait qu'elle pourrait se libérer. Sinon, il la retrouverait après, avec plaisir... Au moins pour s'expliquer. La ligne entre amour et haine était très ténue, à peine plus épaisse qu'un cheveu...
"Trois cents hommes au torques d'or attaquèrent :
La lutte pour le pays était farouche.
Bien qu'ils fussent massacrés, ils tuèrent,
Jusqu'à la fin du monde, ils seront honorés."

-- Aneirin Y Gododdin XC

Avatar de l’utilisateur
Thanatologos
Jeune pousse
Messages : 184
Inscription : 06 mai 2011, 17:04

Re: Shade Chap 1 : Ivoire et Ebène

Message : # 2752Message Thanatologos
22 mai 2011, 01:29

Plus tôt, dans la journée

*Comment vais-je m'habiller???*
Une question qu'il se méprisait de poser mais qui avait son importance. Giovanni grogna ; ne pas paraitre ridicule... ne pas donner à ces nobles le plaisir de paraitre comme eux... La tâche paraissait difficile.
Giovanni chercha tant qu'il put, et soudain, il eut une idée.
Un pantalon ample ; une veste sur le même ton refermée jusqu'au col. Le tout sur une teinte rouge sombre qui donnait une certaine aura au personnage. La rapière au côté. Point de perruque mais sa chevelure sombre ondulée rattachée par un ruban noir dans son dos. Point d'artifice, Il était très bien comme ça. Il mit ses bottes marrons, non sans avoir inséré un stylet dans les lanières prévues à cet effet et laissé le deuxième à la Volpe. Ses gants en cuir noirs. Ceux-ci lui sont fidèles depuis bien longtemps et ont toujours eu leur utilité que ce soit en mer ou à terre.
Giovanni se regarda dans la miroir. Ainsi il était paré. Un corsaire élégant... sans couvre chef. Ça changeait. ça faisait moins... austère. Plus propre, plus séduisant. Mais toujours aussi sauvage.

"Tethnamaï. ce soir, je serai le cavaliere."

Arrivée à la fête
Le jeune tenebroso se présenta à l'entrée. `Pantalone doit déjà se trouver à l'intérieur, songea-t-il`. Il marcha et fit ses premiers pas dans la villa Aquino. Après s'être laissé guidé, il pénétra dans une grande salle de bal, somptueusement décorée, aux colonnades donnant presque un air sacré à la pièce. Une scène s'en détachait. Un rideau sur le devant. Il devinait les comédiens s'affairant derrière la scène. S'agirait-il seulement d'une comédie. En réalité, il n'expliquait pas la présence de Pantalone autrement, mais il était conscient qu'il aurait peut-etre une surprise. Après tout, celui-ci n'était pas tenebroso pour rien. Il avait sa part de mystère. Comme tous. Il s'agissait de garder la sienne le plu longtemps possible.
Puis un spectacle le frappa : les couleurs ; `oh oh, songea-t-il`. Deux partis, deux partis séparés par tout un cru de noble apparemment ne montrant pas directement leur affiliations. Medicis et Agatis. Bien... Si le choix du rouge consistait à choisir directement son affiliation et gagner le prestige qu'il fallait avec... Au fait, qui était qui?

Il jaugea les deux petits groupes, en arrêt à l'entrée de la salle de bal. `Moui...`. Sa tenue était différente tout de même puisqu'il y avait toutes sortes de babioles inutiles sur les autres...
Va Bene, puisqu'il fallait se lancer, Giovanni pénétra dans la salle et se rapprocha des Clémentins habillés en rouge, d'un air faussement gêné. En réalité, il était terriblement excité. La soirée promettait d'être terriblement intéressante. Mais... N'était-ce pas la belle Elena par là bas? Ce style différent, ce genre un peu particulier... Il était de dos et un peu loin pour voir, mais si il s'avérait que c'était elle, alors, cette histoire de couleur n'aurait qu'un impact minime sur ses propres choix...
"Vo solcando un mar crudele
Senza vele
E senza sarte,
Freme l'onda, il Ciel s'imbruna:
Cresce il vento, e manca l'arte,
E il voler della fortuna
Son costretto à seguitar." Artaserse, aria di Arbace

Kirk-Tarn-Krun
Jeune pousse
Messages : 227
Inscription : 08 avr. 2011, 06:55
Localisation : Bassin d'Arcachon

Re: Shade Chap 1 : Ivoire et Ebène

Message : # 2755Message Kirk-Tarn-Krun
22 mai 2011, 15:08

*Ma belle Elena. Pourquoi à tu atterris chez les Agatis? Je voudrais que tout s'écroule pour te retrouver.*

Fierenzi espérait que Jurittogi ne lisait pas dans ses yeux. Il avait du mal à se concentrer sur sa tâche avec la présence d'Elena. Il secoua la tête et reporta son attention sur la comtesse et les gens qui l'entouraient. Il ne cessa de surveiller ses propres mouvements pour rester discret ainsi que ceux de la comtesse, par soucis de rigueur ou ceux des autres invités dans le but de prévenir une éventuelle agression. La concentration battait son plein dans l'esprit de Fierenzi.

Alors que ses yeux était braqués sur ça suzeraine, ses mains surveillaient ses armes. Comme pour les empêcher de s'en aller. Mais aussi pour gérer la tension de sa tâche difficile... et risquée: nul doute qu'on l'exécuterait si la comtesse mourait alors qu'elle était sous sa protection. L'homme du peuple pensait qu'il aurait une longue nuit et serait fatigué le lendemain. Même pour un Tenebrosi, la vie de la plèbe n'était pas toujours facile. Ses yeux se recentrèrent sur Elena une seconde, puis revinrent sur la comtesse Agati.

"Jurittogi, tu as intérêt à me servir mieux que d'habitude se soir. Si je meure, comment vivras-tu? murmura-t-il tout bas.
"C'est dans ces rêves que l'homme trouve sa liberté..."

William Kitting, Le Cercles des poètes disparus

ikaru
Petite graine
Messages : 16
Inscription : 11 mai 2011, 19:34

Re: Shade Chap 1 : Ivoire et Ebène

Message : # 2761Message ikaru
22 mai 2011, 18:48

Comme à son habitude, souriante mais toujours sournoise et calculatrice, Elena faisait la belle et ne restait jamais bien loin de son cousin. Souvent elle lui glissait un mot à l'oreille et ils se moquaient de concert de diverses personnes.
Mais ce soir elle parti seule après lui avoir glissé un mot a l'oreille qui fit grogner Tobia, puis d'un clin d'oeil venimeux elle part pour surplomber la salle dans une mezzanine. Ses déplacements laissent voir sa démarche sensuelle typiquement lunin. On pouvait voir combien elle aimait être vu et remarquée mais on pouvait sentir aussi le plaisir qu'elle retirerait de repousser un galant en l'humiliant. Du haut de son perchoir elle regardait la scène qui se déroulait sous ses yeux, et sourit.

"Ma belle... Je sens que ce soir est un grand soir. Je pourrais enfin etre sur de tout bien contrôler. Nos secrets sont bien gardés."

Elle sourit car elle savait combien sa compagne était peu bavarde mais appréciait qu'on ne l'oublie pas.

Ellis
Vétéran
Messages : 559
Inscription : 29 mars 2011, 20:46

Re: Shade Chap 1 : Ivoire et Ebène

Message : # 2762Message Ellis
22 mai 2011, 19:43

oui c est le Doge Don ancilla =) rien de grave :p
Alessio savait qu'il ouvrirait le Bal , s'ensuivrait ensuite les musiciens de l'Orchestro del Ombre qui animeront le bal , avec un entracte , la nouvelle pièce de la troupe de Staglianni. De visu il ne voyait personne avec la marque de l'infamie.

L'heure commencait a avancer et il était pour lui temps de débuter. Il devait se placer au milieu de la scène et affronter la Noblesse de cette ville , il en allait de son avenir, allait il craquer ?
Le pianiste s'était déjà placer derriere son piano, il regardait Alessio se tenant prêt à son signal et dès que le rideau se serait levé.

Carmine avait beau chercher du regard malheuresement la belle Leona n'était pas présente ce soir , en tout cas pas pour l'instant, en revanche Adolfo et Cesare restait près de lui. Ils savaient que Carmine n'était pas dans son assiette et qu'à la moindre insulte ou provocation il pouvait s'enflammer. Même si Cesare était bien le premier à vouloir faire comprendre aux Agati qu'ils n'étaient pas les rois du monde et qu'ils seraient bien mieux de les remettre à leurs places , Cesare savait lui qu'il n'avait en aucun cas le droit d'agir ici et maintenant dans la demeure du baron , en revanche Carmine s'était autre chose.

Elena attirait l'attention comme d'habitude , elle était belle et mesquine, et elle en jouait. Nombreuse femmes vetue de bleu l'avaient regarder d'un air qui laissait présagée qu'elle n'était qu'une femme de joie et elle leur avait rendu un sourire à faire peur tellement qu'il était malsain et méprisant. Elle alla s'installer sur une mezzanine à l'étage pouvant regarder en hauteur les noblions et les autres... Elle avait une vue plongeante sur la scène. Son ombre ricana dans sa tête , des secrets... encore des secrets...

Giovanni comprit rapidement que le Rouge était la famille des Agati et le bleu la famille des Di Medici. Afficher sa couleur ne donnait pas tous les droits et toutes les convenances. Tout le monde connaissait tout le monde et voir même était surveillé par tout le monde. Le fait qu'il affiche un pourpoint rouge sang n'allait pas l'affilié directement aux Agati car il lui manquait une chose.. En effet chez les hommes une broche qui attachait leur demi-cape représentait l'embleme de leur famille et il y avait un fond bleu ou rouge qui designait pleinement leur appartenance. Les femmes elles n'étaient considéré dans cette ville que " d'accompagnatrice ' et n'avait pas à porter ce genre de chose. Accompagnatrices à l'exeption des deux Lady, certe en apparence l'homme dominait la femme , mais derriere le masque c'était la femme qui dirigait la maison...

Fierenzi ne pensait pas que la comtesse puisse être en danger ce soir , mais c'était son travail de s'en assurer. Il savait bien entendu qu'il n'était pas seul à effectuer cette tâche mais ses sens étaient affutés.
Comme si je ne te servais pas assez bien ! Et toi comment pourrais tu vivre sans moi ? hein ! lui répondit Jurittogi

Avatar de l’utilisateur
Thanatologos
Jeune pousse
Messages : 184
Inscription : 06 mai 2011, 17:04

Re: Shade Chap 1 : Ivoire et Ebène

Message : # 2764Message Thanatologos
22 mai 2011, 20:26

Giovanni sourit. La belle se déplaçait avec grâce. Oui, aucun doute. Il s'agissait bien là de la jeune femme qu'il avait croisé la veille sur la place de la signora. Bien. Elle semblait se diriger vers l'escalier. Giovanni scruta les alentours pour voir si il ne connaissait personne d'autre, mais, a priori. Pas de visage connu.
Le jeune homme se détourna et suivit la belle jeune femme vers la Mezzanine. Aller saluer la dame, et par cet intermédiaire, faire quelques connaissances peut-être. Telle, une ombre, un petit sourire sur le visage, le cavaliere pénétra dans la mezzanine, s'attirant les regards curieux de quelques nobles devant lesquels il passa, sans même leur adresser un simple coup d'oeil.

Dafermi observa Elena. A la fois simple et compliqué, son accoutrement divergeait avec celui des autres femmes, beaucoup moins formels... Il eut soudain le sentiment qu'il n'était pas le seul à se soucier de la jeune femme, et jeta un oeil en oblique. Peut-être était-ce sa soeur. Peut-être étaient-ce ces nobles qui se souciaient du bien-être de la jeune femme.

Le jeune homme était conscient, que dès qu'il ferait le premier pas, comme ça, en public, il attirerait les regards. Et que beaucoup ne seraient pas aimables. Aussi, le chevalier se plaça au niveau de l'Agati et murmura en lui jetant un regard en biais:

"On fait de bien étranges rencontres lors de ces bals. Pour une surprise, donna Elena, c'en est une... Comment vous portez vous ce soir?"

Debout, il baissa légèrement la tête pour faire montre de politesse, mais tout de même réservée. Pourquoi être excessivement obséquieux, après tout?
"Vo solcando un mar crudele
Senza vele
E senza sarte,
Freme l'onda, il Ciel s'imbruna:
Cresce il vento, e manca l'arte,
E il voler della fortuna
Son costretto à seguitar." Artaserse, aria di Arbace

Eoin Mac Aoidh
Vétéran
Messages : 869
Inscription : 02 mai 2011, 01:48

Re: Shade Chap 1 : Ivoire et Ebène

Message : # 2765Message Eoin Mac Aoidh
22 mai 2011, 22:11

Carmine acheva de faire le tour de la salle, sourit. Le sourire du prédateur. Aucune de ces dames, d'où qu'elles viennent, quelles que soient leurs familles, ne l'intéressaient ce soir. Il n'avait même pas envie de se battre, de crier, de tempêter. Il n'avait même pas envie d'encaisser.
En fait, le condottiere n'avait même pas envie d'être présent à cette soirée. Mais parce que son père le lui avait imposé, il y était. Il tapa sur l'épaule d'Adolfo et sur celle de Cesare.


"Allons, profitez de ce bal, si je voulais des gardes du corps j'aurais demandé à Luigi et à Mario. Ne vous en faites pas pour moi, je serais sage, après tout j'ai rendez-vous après !"

Il sourit et attrapa un verre non-alcoolisé, s'il y en avait un, au passage ; sinon, un verre de vin. Non, ce soir, il éviterait de réagir aux provocations, se contenterait de sourire et d'acquiescer. Même si c'était Tobia Agati qui cherchait des noises... Il les lui ferait ravaler un autre jour. C'était sa ferme résolution pour ce soir.
"Trois cents hommes au torques d'or attaquèrent :
La lutte pour le pays était farouche.
Bien qu'ils fussent massacrés, ils tuèrent,
Jusqu'à la fin du monde, ils seront honorés."

-- Aneirin Y Gododdin XC

Répondre