TdF - Chap. 19-20 : Intermède de la tente de soin

MJ DukeTogo
Date de début : printemps 2014
Abandon : printemps 2018
Avatar de l’utilisateur
Iris
Grand Ancien
Messages : 16621
Inscription : 14 févr. 2011, 17:31
Localisation : Nord-Est de Lyon
Contact :

Walton, cours d'anatomie ?

Message : # 62690Message Iris
06 janv. 2018, 22:47

Pendant un moment Aleth se demande si Walton ne s'est pas trompé sur les femmes qu'il a vues. Ce n'est pas désagréable, mais si elle avait le choix... et puis, la tête de son géant entre les jambes, était-ce vraiment ce qu'il avait vu ? Elle se demandait si elle ne devrait pas lui dire d'envisager autre chose...

Un tressaillement. C'était... ce point qui était parfois si agréable quand elle était à califourchon, à cheval, ou ... mais c'était plus fort... et Walton y revint... A portée de main...

Hésitante, elle ramena une main tremblante et caressante dans la chevelure de Walton. Il peinait, mais elle sentait, et consumée d'embarras autant que de l'envie de connaître la suite, elle glissa sur l'intérieur de sa cuisse, chercha sa vulve aux pétales de chair humide, et de deux doigts l'entr'ouvrit pour offrir la source de cette chaleur aux baisers fougueux de l'aventureux chevalier.
Meneuse : Ombres d'Esteren | Dragons
Joueuse : /

Avatar de l’utilisateur
Ser Walton Dulver
Jeune pousse
Messages : 208
Inscription : 08 nov. 2017, 18:45

Re: TdF - Chap. 19-20 : Intermède de la tente de soin

Message : # 62691Message Ser Walton Dulver
06 janv. 2018, 23:00

Ah oui bon bah forcément... quand on vous montre où il faut aller, c'est plus simple, parce qu'il faut bien le dire jusqu'ici il faisait un peu n'importe quoi. Désormais quelle métaphore employer pour la suite? Parler d'une lance que l'on pointe vers son objectif serait peu à propos. Car si en ce moment sa lance est très dure, elle est surtout compressée (au supplice) dans ses chausses et point partie pour toucher une quelconque cible. Prenons plutôt alors l'arc et la flèche. Quoi que non un arc se bande et si il est bandé... et... OH PUIS ZUT! Le narrateur se perd complètement alors trêve de métaphores. Une fois que le sacro-saint lui est révélé, il intensifie ses caresses de la langue dessus.

Il ira crescendo en tentant de s'harmoniser à son rythme. Et n'ayez pas peur pour sa mâchoire qui pourrait finir toute engourdie, Walton est endurent, on a pu le constater aujourd'hui. Ceci étant dit, cessons l'humour et cessons les précisions anatomiques et permettons nous malgré tout un peu de licence poétique, car - avouons le - la sacralité de l'instant l'exige.

Ainsi sont-ils nos amants de blondeurs : Dans ce paysage bucolique d'une nature basculant dans l'obscurité, il est un géant dont la tête est plongée sous les jupons d'une belle, apprenant maladroitement le corps de l'autre, retenant chaque instant de cette leçon. Tentant d'avancer sur le mince fil qui sépare le vice de la vertu, de concilier leurs désirs et ses interdits. Et c'est un spectacle en vérité terriblement banal, mais terriblement beau. Deux jeunes gens qui apprennent à s'aimer, qui tâtonnent, qui cherchent, qui trouvent aussi. Un spectacle que l'on a vu et revu des millions de fois depuis les débuts de l'humanité, au temps des premiers hommes et avant encore. Mais un spectacle qui malgré tout, par delà les sermons des septons est une voie de communion, une voie d'amour, une voie d'extase et d'abandon.

Walton se donne pleinement à Aleth par cet acte, peut être plus encore que s'il entrait en elle, car il est dans de la pure abnégation, dans un acte d'amour, il ne veut rien prendre et tout donner. Il veut la transporter, loin, très loin, si loin. Il veut qu'elle ressente tout son amour, il veut que cet amour s'incarne physiquement, charnellement en elle.

Un jour, oui, il savourera la fusion érotique de leurs corps. Un jour oui, ils ne feront qu'un. Mais ce jour n'étant pas venu, il lui en donne un aperçu, lapant, suçant, gouttant, il en aperçoit pour sa part la saveur. Il en discerne un écho, comme la trace que laisse la mer sur la sable.

Avatar de l’utilisateur
Iris
Grand Ancien
Messages : 16621
Inscription : 14 févr. 2011, 17:31
Localisation : Nord-Est de Lyon
Contact :

*après avoir tiré des dés*

Message : # 62697Message Iris
07 janv. 2018, 09:46

Walton enfoui dans les jupons de soie arrache bien des gémissements et frissons de son aimée, mais soudain elle s'échappe de son étreinte, recule, se relève essoufflée. Elle se tient échevelée, sa chainse dénudant presque un sein, et la robe tombant à partir de la taille. Elle passe les mains dans son dos et desserre les dernières attaches du lacet, laisse glisser la robe sur ses hanches et jusqu'au sol. Avec soin elle la ramasse, la défroisse un peu et la pose un peu à côté.

Puis elle s'agenouille auprès de Walton, le regard fiévreux et dénoue la boucle de sa ceinture :

" Je veux sentir ta peau contre moi, je ne veux pas être seule sous la nuit."
Meneuse : Ombres d'Esteren | Dragons
Joueuse : /

Avatar de l’utilisateur
Ser Walton Dulver
Jeune pousse
Messages : 208
Inscription : 08 nov. 2017, 18:45

Re: TdF - Chap. 19-20 : Intermède de la tente de soin

Message : # 62716Message Ser Walton Dulver
07 janv. 2018, 19:51

Que.. quoi... mais... C'est à peu prêt ce que l'on peut lire sur le visage de Walton quand on le dégage de son ouvrage. Il était sur sa lancée et... Oh... cette main à sa ceinture. Elle veut... le sentir... Et voilà que la tête lui tourne. Tout son corps hurle de désir. Ce n'était pas sensé se passer comme ça. Non pas aujourd'hui cela ne devait pas. Alors pourquoi le preux chevalier s'empresse t'il d'aider Aleth à le débarrasser de ses chausses et sous vêtements? Oui? Pourquoi est-il entrain d'exhiber à la lune paraissante son sexe dressé, face à celui, humide d'Aleth? Et le voilà désormais de s'abaisser par dessus elle, tout son corps pris d'un impérieux désir. Sa bouche, encore pleine d'elle vient se visser à la sienne. Il l'embrasse langoureusement, il se colle en un corps à corps qui n'a rien de martial.

Nous assistons à l'effondrement de la vertue. Quelque part en bas, les résolutions tombent. Lentement, mais inexorablement, il entre en elle.

Avatar de l’utilisateur
Iris
Grand Ancien
Messages : 16621
Inscription : 14 févr. 2011, 17:31
Localisation : Nord-Est de Lyon
Contact :

Aleth, cavalière de l'apocalypse et démone ?

Message : # 62721Message Iris
07 janv. 2018, 21:07

Elle voulait sentir sa chaleur, sa peau -- cette même peau qui paraissait presque fumer sous l'air frais du matin. Son chevalier dévêtu -- enfin ! -- tout comme elle, l'étreint et l'embrasse jusqu'à l'ivresse. Il a tant déjà œuvré pour lui laissé entrevoir les voluptés, que tout son corps s'offre avec une passion sauvage, sans plus la moindre trace de pudeur, dans un abandon qui confine à l'extase. Elle se crispe un moment, mais la douleur n'est rien au regard de l'ardeur qui la consume, et elle ne tarde pas à décroître.

Au-dessus d'elle dans la nuit, son ciel n'est plus que la passion pure et puissante. Elle soupire et gémit à chacun de se mouvements, son corps se tend, se cabre, elle s'agrippe, relâche.
Meneuse : Ombres d'Esteren | Dragons
Joueuse : /

Avatar de l’utilisateur
Ser Walton Dulver
Jeune pousse
Messages : 208
Inscription : 08 nov. 2017, 18:45

Re: TdF - Chap. 19-20 : Intermède de la tente de soin

Message : # 62744Message Ser Walton Dulver
08 janv. 2018, 10:57

Maintenant qu'il est en elle, il se sent, si vêtu, si encombré, il retire donc rapidement son pourpoint et Aleth peut désormais voir les bandages qui tiennent ses côtes. Mais elle peut aussi et surtout voir sa peau, enfin, la sentir, la goutter. Lui ne se prive pas d'en faire autant, sur son front, sur sa bouche, son menton, ses joues, sa nuque, ses seins dévoilés : il dévoile une myriade de baisers embrasés. En matière de brasier, en bas l'incendie est total. La lente introduction c'est muée en coups de boutoirs sulfureux, en fusion incandescente des corps, en communion extatique. Cette chaleur serait-elle celle des flammes de l'enfer qui attendent les pécheurs? En cet instant Walton n'y pense pas, il y voit au contraire un avant gout du paradis promis aux justes. Quoi qu'il en soit Walton bien qu'il soit entrain de céder au vice, a eu un mode de vie très droit ces derniers temps... ce qui fait qu'il n'a pas connu de femmes depuis longtemps... et que... l'envie était forte. Mécaniquement, on voit bien ce que cela produit. Aussi voilà notre géant qui est en Aleth depuis peu longtemps déjà entrain de ahaner, de gémir et de trembler. Il est entrain de venir notre grand bonhomme.

Avatar de l’utilisateur
Iris
Grand Ancien
Messages : 16621
Inscription : 14 févr. 2011, 17:31
Localisation : Nord-Est de Lyon
Contact :

Guéri ! Il est guéri ! Regarde-le !

Message : # 62760Message Iris
08 janv. 2018, 14:22

Ce maudit pourpoint avait été le principal objet de la demande d'Aleth quant à... cette demande fiévreuse, pressante, qui avait eu raison des dernières résistances du fougueux chevalier. Ses précédents assauts avaient déversé en elle tant de voluptés qu'elles avaient nourri un désir toujours plus affamé, sauvage, brut, sincère, offert et avide tout à la fois. Le rythme incandescent initié par son amant -- son amant !-- la transporte, l'emporte en une même transe qui lui arrache des cris de jouissance qu'elle ressent plus qu'elle n'entend. Son corps se tend se cabre, une tension suprême, au bord de la rupture, une chaleur, un soleil puissant, un fleuve qui rompt un barrage et l'emporte, une douceur céleste.
Meneuse : Ombres d'Esteren | Dragons
Joueuse : /

Avatar de l’utilisateur
Ser Walton Dulver
Jeune pousse
Messages : 208
Inscription : 08 nov. 2017, 18:45

Re: TdF - Chap. 19-20 : Intermède de la tente de soin

Message : # 62763Message Ser Walton Dulver
08 janv. 2018, 16:02

La narratrice aura évoquée une douceur céleste. Aussi permettez au narrateur de filer la métaphore. L'extase est là et alors qu'en soubresauts il se déverse en elle, notre Walton part vers les cimes. Dans un monde de pur ether où se meuvent des sphères et des sphères de sphères, libres et brillantes, entre elles, dans des fleuves analogiques s’ébattent des anges rieurs. Ici tout n'est que lumière diffuse auto-engendrée. Ici tout n'est que chaleur salvatrice et accueillante. Il n'y a plus de poids, plus de douleurs, plus de pudeurs, plus de tourments. Ici, l'esprit est délivré de tout entrave et connait l'illumination, la communion. Les choses qui doivent être sont. C'est une transmutation alchimique qui est à l'oeuvre dans l'athanor du corps de Walton. Il était Homme gouttant et touchant les choses des Hommes, il est désormais Dieu, car il goutte et touche les choses des Dieux. Il s'est transformé par la grâce de la fusion androgyne des corps. Il s'est lié à Aleth, en Aleth, par Aleth et le voici changé. Plus que que par tout les sacrements et par tout les sermons il comprend le mystère de l'Alliance. Il comprend les choses des 7. En bas, là bas, tout en bas, on peut apercevoir les flammes, terribles qui promettent une damnation éternelle mais il en est désormais si loin. Il est impossible qu'une chose si belle puisse vouer à l'enfer. Les Septons doivent se tromper. Ce n'est pas possible. Ce qu'il ressent en lui là, maintenant, est un pur don céleste. Pourquoi un tel effet sur notre brave chevalier qui a pourtant par le passé déjà connu le corps des femmes? Parce que pour la première fois, il ne fait pas de la gymnastique, il n'est pas dans un acte de lubricité, non, pour la première fois il est dans un acte d'amour. Il ne baise pas un con. Il fait l'amour, pleinement et totalement, il se donne à celle qu'il aime.

De longues expirations, suivie de longues inspirations. Des tremblements de tout le corps. Walton reprend ses esprits, reprend son souffle. Une fois celui ci retrouve, il embrasse Aleth tendrement.

La vague reflue. Retour sur terre.

Avatar de l’utilisateur
Iris
Grand Ancien
Messages : 16621
Inscription : 14 févr. 2011, 17:31
Localisation : Nord-Est de Lyon
Contact :

Câlin gros nounours !

Message : # 62769Message Iris
08 janv. 2018, 17:30

Aleth n'a pas de mots, et n'y songe même pas. Elle se glisse, se love, se blottit -- Une chatte qui pose ses pattes, tâte et se coule dans la place chaude et moelleuse qu'elle a trouvée.

Les grillons chantent, une chouette hulule au loin et des chauves-souris dansent dans les airs en quête de papillon de nuit. Elle est dehors ! Elle est dehors, elle s'est exprimée librement de tout ce qu'elle ressentait, jusqu'à se surprendre lorsqu'elle se considère a posteriori. Elle a fait ce qu'elle voulait, et personne n'est venu pour la reprendre, pour le lui déconseiller, la dissuader, détourner, transformer. Elle était libre ; elle l'est encore un peu, avant de rentrer au camp avec sa couronne de fougère et de lierre.

Guillerette, elle finit par s'asseoir et chercher à tâtons les deux couronnes. Du bout des doigts, elle se recoiffe sommairement et repose la sienne sur sa tête, avant d'approcher en se dandinant vivement à genoux vers Walton avec celle du chevalier dans les mains :

" Mon prince d'aubépine" murmure-t-elle encore quand elle se penche sur lui pour le couronner et l'embrasser avec une tendresse piquante.

Elle lève les yeux au ciel sombre. Elle n'a pas eu souvent l'occasion de voir les étoiles ailleurs que depuis une fenêtre. Elle est tranquillement assise, sa silhouette blanche, vêtue seulement de sa longue chevelure et du feuillage qu'elle a tressé à son image.

Il faudra bien partir, mais elle s'attarde encore quelques précieuses secondes.
Meneuse : Ombres d'Esteren | Dragons
Joueuse : /

Avatar de l’utilisateur
Ser Walton Dulver
Jeune pousse
Messages : 208
Inscription : 08 nov. 2017, 18:45

Re: TdF - Chap. 19-20 : Intermède de la tente de soin

Message : # 62783Message Ser Walton Dulver
09 janv. 2018, 10:12

Il pourrait s'endormir là. Il se rend compte qu'il est épuisé. Il a connu aujourd'hui la joute la plus difficile de sa vie, suivie de celle la plus intense à son cœur. Il ne prend pas la peine de se rhabiller, il est là torse nu, chausses abaissées, un air béat au visage et les yeux mi-clos. Un bras caresse le dos d'une Aleth qui se blottit contre lui. Mais voilà qu'il est tiré de sa langueur par une Aleth qui reprend vie et commence à s'activer.

Il se redresse alors, et commence à se rhabiller. Il répond au baiser : "Ma Princesse sauvage".

Et ce surnom lui va en vérité bien car lui qui jusqu'ici était si droit, si pieux, si carré dans sa façon d'être, ce qu'il aime chez elle, c'est au contraire cette forme de sauvagerie, en tout cas cette soif de liberté qui l'anime, sa rage contre les conventions et les "il faut faire ainsi".

Il regarde un temps les étoiles, puis, à nouveau Aleth.

"C'était magnifique... je peine à me projeter dans le fait de rentrer à nos campements et de faire comme si de rien était... j'ai envie de t'embrasser à chaque instants"

Verrouillé