L'Art de la Conjuration

MJ Casaïr

Modérateur : Casaïr

Avatar de l’utilisateur
Casaïr
Vénérable
Messages : 3972
Inscription : 28 avr. 2015, 19:10
Localisation : Arlon, Belgique

L'Art de la Conjuration

Message : # 54607Message Casaïr
13 août 2016, 20:49

« Vous souhaitez apprendre la démonologie ? »

L’homme qui claudiquait présentement devant la jeune femme se retenait manifestement de rire, quand bien même son interlocutrice fut une méduse, mais elle se garda bien de rétorquer. Elle avait besoin de savoir, d’apprendre, et c’est vers lui que ses contacts l’avaient envoyé : un homme dépravé, détruit par la vie et qui en détruisait d’autres. Pas par vengeance, non. Parce que ça l’amusait. Satine réprima un tremblement de dégoût, mais le regard que lui lança Hectarion était clair : il avait vu à quel point elle cherchait à s’enfuir de cet endroit. Caressant nerveusement son serpent préféré, elle parla d’un ton posé.

« On m’a dit que vous saviez comment faire, et j’ai grand besoin d’un démon efficace. C’est pour ça que…

-Tatata ! l’interrompit le conjurateur. Vous allez bien trop vite en besogne, ma jolie ! Vous n’y connaissez strictement rien en démon, et vous voulez en invoquer un comme ça ? » Il claqua des doigts pour mettre plus de poids sur ses mots, avant de reprendre : « Non, vous ne voulez pas faire comme ça, parce que si vous ne respectez pas les règles, vous et vos jolis serpents finirez dans les Abysses, à nourrir quelques démons. Avec de la chance, vous pourriez finir dans la couche d’un minotaure abyssal… »

Devant les insinuations plus que douteuses d’Hectarion, Satine lâcha une insulte en ophidien, provoquant la colère de ses serpents qui se redressèrent, dardant de leurs regards celui qui avait osé défier leur maîtresse.
« Ho, doucement, fit-il en levant les mains en signe d’apaisement, ce que je vous dis n’est que la plus stricte des vérités ! Vous êtes ici parce que vous avez refusé d’écouter votre diablotin de ce que j’en sais et ça, c’est déjà une preuve de bon sens, même si vous ne pourrez pas toujours l’ignorer. »

Le démonologue regarda la méduse courroucée en soupirant, avant de finalement l’inviter à s’asseoir dans son « bureau », en fait une petite salle borgne à la fenêtre encrassée et dont l’un des murs n’était qu’une bibliothèque croulant sous les livres et autres parchemins. Ce qu’on disait sur cet homme semblait vrai : il se nourrissait de papier et d’encre plus que de pain et de vin. Hectarion sourit en voyant le regard de la jeune femme s’égarer dans les rayonnages avant de la sortir de son inspection en lui proposant une coupe de vin jaune en provenance des Communes princéennes. Satine accepta le verre, bien qu’elle préféra les alcools un peu moins sucrés, et prit sur elle d’attendre le bon vouloir de son hôte qui devait lui expliquer en quoi elle faisait fausse route…
Il est toujours utile d'affronter un ennemi prêt à mourir pour son pays. Vous avez en définitive, lui comme vous, le même objectif en tête.

- Terry Pratchett, Va-t-en-guerre.

Avatar de l’utilisateur
Casaïr
Vénérable
Messages : 3972
Inscription : 28 avr. 2015, 19:10
Localisation : Arlon, Belgique

Les bases de la conjuration

Message : # 54608Message Casaïr
13 août 2016, 20:54

Tout d’abord, mademoiselle, vous devez comprendre que tout le monde ne peut invoquer de démons. En fait, les gens qui en sont capables sont même assez rares. Ho, ils sont plus nombreux en Abyme, mais je ne pense pas que vous désiriez vous rendre jusque-là pour apprendre la démonologie –la preuve : vous êtes chez moi !

La première chose –la seule chose !- qu’il faille est un contact avec la Ténèbre, avec l’Ombre qui s’est réfugiée dans les Abysses il y a tellement longtemps que je ne pourrais pas vous donner la date exacte, et de toutes les façons ce n’est pas ce qui nous intéresse. Sans ce premier contact, vous pourriez faire tous les efforts que vous voulez, vous serez incapable d’invoquer un démon par vous-même. Il resterait toujours la possibilité d’en appeler à un autre conjurateur, mais ce serait à vous de payer le prix, mais j’y reviendrai tout à l’heure.

Une fois ce premier contact assuré, et concrétisé par la présence du diablotin qui se cache dans vos jupons, vous avez ressenti le premier appel, mais avant de pouvoir conjurer votre premier démon, il vous faudra acquérir vos premières encres. À quoi servent-elles ? Comme vous êtes une novice et que vous m’avez bien payé, je vais vous expliquer : à créer un portail. En fait, l’encre sera utilisée pour dessiner une porte par laquelle votre démon apparaitra mais attention ! Vous ne pouvez pas procéder n’importe comment ! Pour créer un portail, vous devrez en tracer les contours en suivant une ombre, une belle ombre qui permettra à votre premier serviteur de s’extraire des Abysses. Si vous échouez à tracer l’ombre, le démon ne pourra pas vous rejoindre et vous aurez gâché votre chance. Il y a plusieurs Cercles d’invocation, et à chaque Cercle son encre. Je pourrai vous en montrer tout à l’heure, pour que vous compreniez bien de quoi l’on parle ici.

Enfin, quel que soit la puissance du démon que vous appellerez, sachez que vous devrez établir un contrat, une Connivence, dans lequel seront inscrits ce que vous attendez de la créature invoquée, mais aussi ce qu’elle désire en échange. Il n’y a pas d’histoire de contrôle d’un côté ou de l’autre, les relations avec les démons des Abysses sont toujours de l’ordre du donnant-donnant : vous proposez, ils s’exécutent en échange d’un « paiement ». Un Opalin ne demandera presque rien, ou alors des choses futiles, ridicules (bien que parfois ils puissent mettre dans l’embarras leur conjurateur). En revanche, un carmin risque de vous mettre sur la paille, ou de vous demander des choses qui vous obligeront à sombrer dans la criminalité pour les obtenir. Que se passe-t-il si vous refusez de payer ? Ho ma belle, vous jouez avec le feu ! Vous ne seriez pas la première à tenter les Hauts Diables, et comme tous ceux qui vous ont précédé, vous perdrez. Et vous ne voulez pas savoir ce qui arrivera si ce cas de figure arrivait. Non, non, non.

Une fois le contrat signé par les deux parties –souvent d’une croix par les Opalins-, il vous faudra trouver un Advocatus Diaboli. C’est aussi lui qui vous aura vendu vos premières encres, comme celles que je possède. Une fois la Connivence acceptée, le démon ira remplir sa mission après avoir reçu sa contrepartie. C’est pourquoi il n’est pas possible de conjurer une de ces créatures au débotté dans un endroit dangereux, car vous ne pourriez pas faire enregistrer la Connivence et vous seriez dans un cas de contrat illégal. Dans ces cas-là, les mortels sont toujours perdants, sachez-le. Après, il est toujours possible de tomber sur un Advocatus Diaboli « compréhensif » et qui voudra bien accepter votre Connivence malgré son retard, mais ces perles sont plutôt rares…

Ah, petite chose encore, avant d’entrer dans le vif du sujet : un démon ne ressemble pas à un autre. La couleur de leur peau trahit leur nature, et est de la couleur de leur cercle d’invocation. De même, tous les démons ont des ailes leur permettant de voler avec plus ou moins de facilité. Si vous souhaitez invoquer un démon avec lequel vous vous êtes bien entendu par le passé, n’oubliez pas de leur demander leur nom, cela facilitera d’autant leur future conjuration.
Il est toujours utile d'affronter un ennemi prêt à mourir pour son pays. Vous avez en définitive, lui comme vous, le même objectif en tête.

- Terry Pratchett, Va-t-en-guerre.

Avatar de l’utilisateur
Casaïr
Vénérable
Messages : 3972
Inscription : 28 avr. 2015, 19:10
Localisation : Arlon, Belgique

Premier Cercle : les Opalins

Message : # 54609Message Casaïr
13 août 2016, 20:58

Allumant une pipe de bruyère dégageant un parfum entêtant et visiblement pas du goût de la jolie méduse, Hectarion rassembla ses pensées ainsi que quelques parchemins sur lesquels se trouvaient les croquis torturés faits par un esprit visiblement malade. Souriant devant le malaise de Satine, le conjurateur laissa échapper un petit rire aigre. Il tendit les feuillets à la jeune femme avant de commencer son explication sur les Opalins.

Ces démons sont des abrutis. Mais des abrutis utiles. Ne vous attendez pas à avoir une flèche sous vos ordres, à moins de l’avoir invoqué spécifiquement dans ce sens, auquel cas il faudra vous méfier comme d’une guigne de cette fouine malfaisante. Quoi ? Oui, bien sûr que vous pouvez influencer le potentiel du démon que vous invoquerez. Suivant comment votre ombre sera tracée, la créature sera plutôt un combattant, plutôt un éclaireur –un rôle qui sied à merveille à un Opalin- ou un lettré. Sachez toutefois qu’il leur est impossible de pratiquer l’Emprise. Les… Arts quoi ? Ne me parlez pas de ces fadaises, et gardez pour vous vos histoires de crincrin magique !

Où en étais-je ?... Ah oui ! Un Opalin n’a pas un cercle très étendu de compétences, et s’ils peuvent être costauds, ils ne seront que rarement intelligents ou très agiles. Mais plus votre tracé sera bon, plus le démon que vous invoquerez sera efficace, et cela quel que soit son Cercle d’origine. Mais en attendant, n’en demandez pas trop aux Opalins, vous risqueriez d’être déçus. Donnez-leur des tâches simples, avec des ordres courts. Faites l’inverse et c’est l’assurance d’un travail ni fait ni à faire. Je vous aurai prévenu.

Les Opalins ne ressemblent pas à grand-chose non plus, un peu comme si on leur avait mis les membres qu’on ne voulait pas donner à d’autres. Vous pouvez toujours modeler un peu leur apparence pour les rendre moins grotesques, mais il n’est pas dit qu’ils vous remercient pour votre geste. Tout comme leur corps, les ailes des Opalins sont ridicules bien que tout à fait aptes à remplir leur rôle.
Il est toujours utile d'affronter un ennemi prêt à mourir pour son pays. Vous avez en définitive, lui comme vous, le même objectif en tête.

- Terry Pratchett, Va-t-en-guerre.

Avatar de l’utilisateur
Casaïr
Vénérable
Messages : 3972
Inscription : 28 avr. 2015, 19:10
Localisation : Arlon, Belgique

Deuxième Cercle : Saphirins et Azurins

Message : # 54610Message Casaïr
13 août 2016, 21:04

« On commence donc par invoquer des sous-fifres inintéressants ? fit Satine avec une moue sceptique. Je n’en vois pas l’intérêt…

- L’intérêt, ma jeune écervelée, est que ces démons sont habitués à obéir, même s’ils chercheront à vous tromper si leur Connivence est mal rédigée. Si vous êtes incapable de vous faire respecter d’un Opalin pourtant pas bien futé, imaginez le désastre quand vous progresserez dans les Cercles supérieurs ! »

Soufflant la fumée de sa pipe en s’efforçant de faire des ronds dans lesquels il semblait se perdre, Hectarion réfléchissait à Satine et sa dangereuse impatience. Il fallait la rassasier tout en la mettant d’avantage en garde. Bah, cela viendrait bien en son temps, sourit-il en pensée avant de poursuivre.


Ces démons ont de plus grandes facultés d’adaptation et sont nettement moins idiots que leurs cousins du premier cercle. Ils sont aussi beaucoup plus sournois et avides. Leurs demandes sont souvent extravagantes, comme réclamer un banquet pour une cinquantaine de convives –payé par leur conjurateur bien entendu- qu’ils s’empresseront de dévorer sans l’aide de personne. Ou alors ils laisseront la nourriture pourrir au soleil, suivant leur humeur du moment. Vous ne pouvez pas savoir à l’avance ce qu’ils désireront mais si le travail auquel vous songez n’est pas faisable par un Opalin, un démon de deuxième cercle sera certainement plus à même d’y répondre.

Toutefois, un Saphirin ou un Azurin n’est pas encore capable de répondre efficacement aux demandes les plus exigeantes de certains conjurateurs bien que s’ils sont appelés par un démonologue particulièrement compétent, un démon de deuxième Cercle peut être très dangereux. Mais ne vous méprenez pas, leurs véritables compétences ne sont pas à la hauteur de leurs boniments.

Les Azurins prennent souvent l’apparence d’animaux, rarement celles d’humanoïdes même si cela ne leur déplait pas. Disons qu’ils préfèrent prendre la forme de quelque chose de plus adapté à leur futur travail, ce qui n’est pas pour nous déplaire, n’est-ce pas ma jolie ? Les seules choses qui puissent les distinguer d’un animal normal sont leurs ailes couvertes de longues plumes noires ainsi que leur peau bleutée.

Les Saphirins prennent eux l’apparence la plus en vogue dans la région où ils sont appelés, humains ou saisonins. Et oui, ils peuvent aussi décider de vous ressembler ! N’en prenez pas ombrage, c’est un jeu pour eux. Pervers, certes, mais rien de plus méchant que cela. Sachez toutefois que c’est vous qui aurez le dernier mot sur leur forme définitive. Leurs ailes ressemblent à une cape de chair voletant mollement dans leur dos, suffisamment dérangeant pour que les autres détournent le regard, ce qui les fait bien rire, vous imaginez.
Il est toujours utile d'affronter un ennemi prêt à mourir pour son pays. Vous avez en définitive, lui comme vous, le même objectif en tête.

- Terry Pratchett, Va-t-en-guerre.

Avatar de l’utilisateur
Casaïr
Vénérable
Messages : 3972
Inscription : 28 avr. 2015, 19:10
Localisation : Arlon, Belgique

Troisième Cercle : Ambrés et Safrans

Message : # 54611Message Casaïr
13 août 2016, 21:11

« Ces… démons semblent déjà un peu plus efficaces, non ? demanda Satine en cherchant à masquer la lueur d’intérêt qui venait d’apparaitre dans ses prunelles dorées. J’imagine qu’ils pourraient m’être déjà plus utiles que vos Opalins…

- C’est exact, confirma Hectarion, mais leurs position hiérarchique en fait aussi des individus haineux par moment, détestant toute forme d’autorité sans pour autant avoir la possibilité d’y échapper. Surtout dans les Abysses. Venir ici est exaltant, et la promesse d’un exutoire à leur mesure, sans risque de réprimande. Il convient donc d’y prendre garde. Contrairement aux Ambrés et Safrans. »


Avec ces démons, on entre de plein pied dans la VRAIE Conjuration. Au début vous serez un peu perdue et c’est normal, l’habitude viendra après. Toutefois, de par leurs capacités et leurs demandes, on ne peut pas conjurer un démon de troisième Cercle aussi facilement que les autres : ils seront parfois déjà en mission pour un autre (ou en train de profiter de leur paiement), et il n’est pas possible de les invoquer tant qu’ils n’estimeront pas celle-ci terminée –et cela peut demander un certain temps, et même un temps certain. Mais le jeu en vaut la chandelle, soyez en sûre, ma jolie dame. Ces démons peuvent être les chefs de vos meutes démoniaques, ou de puissants contre-assassin. Ils ont encore des lacunes, mais elles s’effacent pour qui sait ce qu’il veut obtenir. Ils demandent souvent à rester quelques temps sur l’Harmonde et c’est tant mieux : si vous avez besoin d’un garde du corps à long terme, ces créatures seront aisées à contenter.

Les Ambrés aiment à ressembler à des habitants de l’Harmonde afin de se mêler à eux sans trop éveiller les soupçons, mais ils peuvent aisément prendre l’apparence la plus en adéquation avec la mission pour laquelle ils ont été convoqué. Je vous sens perplexe, mademoiselle. Oui, ils décident eux-mêmes de leur apparence, là où les démons de cercle inférieur prendront plutôt celles que vous leur imposerez. Mais ne vous en faites pas, ils n’en seront pas moins efficaces. Leurs ailes res-semblent à celles des insectes, transparentes et parcourues de nervures plus ou moins tarabiscotées.

À l’opposé, les Safrans choisissent une forme en adéquation directe avec leur futur travail, quitte à présenter des difformités à la limite du soutenable. Vous désirez qu’il combatte pour vous ? Il aura un torse démesurément musclé, des bras beaucoup trop longs, d’épaisses cornes que ne renierait pas le plus grand des minotaures parcourant les Abysses. Vous souhaitez au contraire qu’il vous assiste lors d’un bal ? Il se fera plus beau que les terribles Morganes, capable de séduire les hommes comme les femmes –et ce sera bien souvent son but final, n’en doutez pas un instant. Et si vous avez besoin d’un cambrioleur, il se fera plus petit qu’une fée noire et plus efficace qu’un farfadet. La seule constante reste leurs ailes jaunes qui s’agitent à une telle vitesse qu’on ne distingue qu’un léger brouillard. N’espérez pas les voir au repos, elles se s’arrêtent jamais de battre l’air.
Il est toujours utile d'affronter un ennemi prêt à mourir pour son pays. Vous avez en définitive, lui comme vous, le même objectif en tête.

- Terry Pratchett, Va-t-en-guerre.

Avatar de l’utilisateur
Casaïr
Vénérable
Messages : 3972
Inscription : 28 avr. 2015, 19:10
Localisation : Arlon, Belgique

Quatrième Cercle : Carmins et vermillons

Message : # 54612Message Casaïr
13 août 2016, 21:19

Cette fois, la jeune méduse ne chercha pas à dissimuler quoi que fut sur son visage, et Hectarion sut qu’il la tenait dans ses filets. Cependant, il fit une pause dans son exposé pour se lever et allumer les lanternes de la pièce, le soir commençant tout doucement à s’étendre. Puis, il revint s’asseoir avec une autre pile de parchemins, représentant cette fois tantôt d’incroyables créatures d’une perfection à peine concevable, tantôt de véritables monstres aux muscles saillants et à la peau vermeil.

Amusé, le conjurateur prit malgré tout son temps, rallumant sa pipe dont il savait déjà que l’odeur indisposait son hôte. Tirant une lente bouffée, il disposa tranquillement les quelques feuilles de pa-pier devant Satine avant de reprendre la parole, l’air plus grave qu’avant.


À partir de maintenant, la conjuration devient dangereuse : en effet ces démons sont parfaitement conscients de leur puissance, largement supérieure à celle de n’importe quel mortel, hormis peut-être certains géants, auquel cas ils seront leurs égaux au moins dans les rapports de force. Mais ils sont intelligents, diablement intelligents, si vous me passez ce bon mot. Ils sont aussi extrêmement dangereux. Et incapables de se supporter. Je ne sais pas ce qui oppose ces deux familles de démons, et je m’en contrefiche. Par contre il est important de le savoir, car vanter les talents d'un Carmin en face d’un Vermillon revient à s’exposer à une mort particulièrement lente et douloureuse.

Sachez qu’ils n’apprécient que moyennement d’être traités comme de vulgaires serviteurs, il vaut donc mieux les flatter dans le sens du poil. Cela ne réduira pas leurs exigences à votre encontre, mais au moins seront-ils mieux disposés à vous écouter. Ho, il vaut mieux aussi connaitre le nom, voire le ou les titres, du démon que vous appelez. C’est aussi un prétexte à la vexation facile, et une créature de cette puissante ne doit PAS être vexée ! Il vous faudra donc faire des recherches avant d’en invoquer un, ceci pour ne pas faire de boulettes imprévues. Moi-même n’en appelle que très rarement, le danger qu’ils représentent, et leurs demandes insensées pourraient ruiner un petit bourgeois, étant les meilleures des raisons pour m’en abstenir.

Les Carmins prennent d’emblée une apparence reflétant leur perfection. Bouffis d’orgueil, ils font en sorte de faire ressentir à leur conjurateur à quel point il est petit et insignifiant. Toutefois, toute cette débauche de moyens est excessive et les dessert presque. Mais mieux vaut s’abstenir de les contrarier en leur disant qu’ils en font trop. Leurs ailes… elles sont… étranges, à tout le moins. Comme si on les avait forgées directement sur eux pour ce qui est de l’ossature, quand les ailes mêmes semblent être liquides, d’un rouge profond. Il est difficile pour moi de les décrire, car j’en ai peu vu, mais c’est un spectacle très intéressant à voir au moins une fois.

Les vermillons sont totalement différents dans l’esprit. Ils considèrent en effet les Carmins comme des imbéciles niant leur nature de démon pour nous impressionner, alors que nous ne le méritons pas. Je vous laisserais vous rendre compte vous-même de ce que cela implique dans leur comportement. Pour ce qui est de l’apparence, un Vermillon ne prend pas la peine de nous ressembler, et conserve donc l’apparence que, selon eux, doit arborer un démon. Ils sont donc terribles d’aspect, avec des cornes gigantesques, de terribles griffes effilées, et d’incroyables ailes, moitié de chair, moitié de métal. Pourtant, ces créatures donnent plus une impression de puissance que d’effroi –mais elles restent terribles, tenez-le vous pour dit. Ils ne cachent pas ce qu’ils sont mais sans pour autant chercher à faire fuir leur conjurateur. Ils veulent juste démontrer ce qu’est, à leurs yeux, un véritable habitant des Abysses, et ils y arrivent d’une manière aussi splendide que terrible.
Il est toujours utile d'affronter un ennemi prêt à mourir pour son pays. Vous avez en définitive, lui comme vous, le même objectif en tête.

- Terry Pratchett, Va-t-en-guerre.

Avatar de l’utilisateur
Casaïr
Vénérable
Messages : 3972
Inscription : 28 avr. 2015, 19:10
Localisation : Arlon, Belgique

Cinquième Cercle : les Obsidiens

Message : # 54613Message Casaïr
13 août 2016, 21:23

La fin de ce chapitre sur les démons de quatrième cercle se conclut par un assombrissement soudain de la pièce et un silence pesant. Au regard de Satine, Hectarion sut qu’elle le suspectait d’un quelconque tour de prestidigitation mais il n’en avait cure. Au contraire, tout cela l’amusait follement, d’autant qu’il la savait déjà trop attirée par les Ténèbres pour s’en détourner maintenant. Il y avait en elle quelque chose qui entrait en résonance avec les Abysses, et il ne faisait aucun doute qu’elle ferait une redoutable conjuratrice.

Un sourire pervers jaillit sur son visage comme l’on tirait un poignard de son fourreau, ce que ne manqua pas de voir la méduse qui se renfonça dans son fauteuil, dans un geste ô combien futile de protection.

« Ces… choses sont déjà particulièrement puissantes, et vous semblez laisser entendre qu’il y a encore pire, dit-elle dans l’espoir de ramener les pensées dérangées de son hôte sur le chemin de dé-part.

- Mmm ? fit-il, soudain ramené sur terre par les harmoniques de la voix de son invitée. Ho, oui. Plus puissant, il y a. Il y a toujours. Mais nous entrons désormais sur des terres qui me sont inconnus à moi aussi : les Obsidiens. »

Si vous parvenez jamais à ce niveau, vous vous rendrez rapidement compte que vous avez affaire à un prince parmi les démons, n’ayant pour supérieurs que les Hauts Diables eux-mêmes. Ils ont accès à toutes les connaissances qu’un mortel rêverait d’avoir et, de fait, il est possible de les obtenir en passant une Connivence avec eux. Encore faut-il être prêt à en payer le prix ! Et si vous désirez savoir ce qu’est capable de faire un Obsidien, dites-vous qu’il a moins de limites que vous ou moi. Il peut invoquer d’autres démons, même Obsidiens ! Il peut utiliser l’Emprise, ou du moins une version terrifiante que même le pire des Obscurantistes n’aurait osé imaginer. Ses connaissances n’ont de bornes que l’existence de l’Harmonde lui-même, mais le coût pour un tel savoir est proprement démesuré, ma jolie. Si vous souhaitez conserver un vernis de raison, vous n’invoquerez jamais d’Obsidien…

À quoi ressemble un Obsidien ? Je serai bien en peine de vous répondre, je n’ai jamais osé en appeler un. Je sais qu’ils prennent l’apparence qu’ils souhaitent, sans se soucier des désirs du conjurateur qui n’a strictement pas le droit à la parole à ce niveau. Ils peuvent être plus grands que le plus colossal des géants, plus sombres que la nuit, plus terribles d’aspect que tous les Vermillons que vous verrez jamais. L’ombre à tracer pour les conjurer est, d’après ce qu’on m’a dit, impossible à dessiner, et il faut employer d’autres méthodes pour leur permettre de se matérialiser. Mais peut-être n’ai-je eu affaire qu’à de sombres ignorants. Si par chance vous parveniez à en conjurer un avant moi, j’espère que vous vous voudrez bien me dire ce qu’il en est…
Il est toujours utile d'affronter un ennemi prêt à mourir pour son pays. Vous avez en définitive, lui comme vous, le même objectif en tête.

- Terry Pratchett, Va-t-en-guerre.

Avatar de l’utilisateur
Casaïr
Vénérable
Messages : 3972
Inscription : 28 avr. 2015, 19:10
Localisation : Arlon, Belgique

Conclusion

Message : # 54614Message Casaïr
13 août 2016, 21:26

« Et voilà qui conclut la leçon du jour ! lâcha Hectarion en claquant dans ses mains, ramenant à la réalité la méduse qui buvait avec avidité ses paroles.

- Mais, et moi ? demanda Satine, désorientée. J’ai besoin d’un démon, pas d’un cours magistral sur eux !

- C’est vrai, consentit son hôte, mais sans ce « cours », vu votre empressement à vous lancer dans le noble art de la conjuration, vous auriez commis de graves erreurs de jugement, plutôt tôt que tard si vous voulez mon avis –et si vous ne le voulez pas, c’est pareil. Vous êtes une novice quand moi j’en suis un expert, il serait donc normal que vous preniez en considération ce dont je vous parle.

- Cela signifie-t-il que je vais devoir attendre ?! Alors que ce travail doit être fait sans délai ! »

La méduse se mordit la lèvre avec violence tandis qu’Hectarion l’observait en silence.

« Sachez que la conjuration demande de la patience, finit-il par dire dans un soucis d’apaisement. Vous apprendrez vite que tout vient à point à qui sait attendre, surtout s’il s’agit d’une vengeance. Car c’est bien de cela qu’il s’agit, non ? Vous en savez assez maintenant pour apprendre à discerner le vrai du faux dans les dires de votre diablotin, il sera donc plus à même de vous aider dans votre œuvre. Comme je vous l’ai dit, même un Opalin peut être très efficace lorsque l’on sait les utiliser. Et de toutes les façons, il ne restera pas assez longtemps sur l’Harmonde pour vous dénoncer, soyez en sûre. »

*****

Satine venait de quitter Hectarion, troublée, avec certainement bien plus de questions que de réponses d’autant qu’il était loin de lui avoir tout révélé, mais telle était la vie d’un jeune démono-logue, songea l’homme en souriant. Certaines choses se devaient d’être vécues plutôt que contées. Il rangea sa bouteille de vin, jeta au feu ce qu’il restait dans le verre de la méduse, légèrement déçu qu’elle ne l’ait pas apprécié à sa juste valeur. Au prix qu’il coûtait ! Bientôt l’on toqua à sa porte, et il vit par la lorgnette un homme, apparemment désemparé, accompagné d’un Opalin qui n’avait pas oublié ce que « grossièreté » et « laideur » pouvait signifier. Avec un soupir las, Hectarion ouvrit la porte et, un sourire commerçant aux lèvres, lança :

« Je suppose que vous avez enfin trouvé un terrain d’entente avec cette petite créature, mon bon ami… »
Il est toujours utile d'affronter un ennemi prêt à mourir pour son pays. Vous avez en définitive, lui comme vous, le même objectif en tête.

- Terry Pratchett, Va-t-en-guerre.

Verrouillé