[OdE - Chap. 10-04] Rumeurs d'allées et venues

Ici sont rassemblées les parties ouvertes.

Pour le HRP voir ci-dessous.
Avatar de l’utilisateur
Iris
Grand Ancien
Messages : 16732
Inscription : 14 févr. 2011, 17:31
Localisation : Nord-Est de Lyon
Contact :

[OdE - Chap. 10-04] Rumeurs d'allées et venues

Message : # 74041Message Iris
06 août 2020, 20:39

11e oghmios 910 - 29 juin 910 - vers 9h45

Ludd Einach était un jeune homme d'Osta-Baille, considéré comme excentrique par beaucoup de gens, pour son attitude et ses passions.

Son goût de la mécanique et des pièces précises l'avait amené à être en contact avec des bijoutiers de la capitale. Les outils et notamment les loupes, étaient les mêmes dans les deux professions, or dans des domaines de pointe, les fournisseurs sont en nombre limité. C'est ainsi que Ludd fit la connaissance d'un sieur Perreg, bijoutier à succès et notable de la capitale. Ce dernier avait une fille, Rozenn, que d'aucuns disaient d'une beauté remarquable, mais souffrant d'une maladie rare et s'étant tournée vers la magience pour trouver des remèdes à son mal. La jeune femme était partie courageusement seule en direction de la Forêt engloutie, pour y étudier botaniques, herboristerie et pharmacologie. Depuis son père était fort inquiet. Rozenn était partie sans extracteur de flux. Or suite à une conversation avec des personnes bien informé, le sieur Perreg conçut une très vive inquiétude à l'idée que sa fille pût en avoir besoin et qu'elle fût incapable de le signaler.

Or il s'avéra que le dénommé Ludd Einach partait dans la même région pour des motifs que seul cet esprit avant-gardiste et original pouvait concevoir comme étant normaux. Le sieur Perreg saisit l'occasion et insista tant et encor' que Ludd Einach finit par accepter de se rendre dans le modeste village de Terfynisel pour livrer cette précieuse cargaison à Rozenn Perreg en personne.

Depuis Ostreach, on arrivait à Terfynisel en franchissant un petit pont de bois qui enjambait une ravine et puis on atteignait une auberge, sobrement nommée "Auberge du carrefour". Le villages s'étendait quelques centaines de mètres au sud. Au niveau du carrefour, on devinait que les lieux devaient être autrefois plus calmes : on construisait désormais une base hilderine, une grande et solide demeure en bois. Le chantier était animé et la période était à d'intenses travaux agricoles.

Les paysans et autres fermiers avaient tous fort à faire : les foins à faucher pour les retardataires, des récoltes (dernières framboises et myrtilles), bientôt les moissons... De la fin du printemps à la fin de l'été, on travaillait intensivement de l'aube jusqu'au coucher. On constituait petit à petit les réserves pour tout l'hiver. On allait d'un champ à l'autre, d'un pré à l'autre, et on travaillait dur. De fait, la garde du village était réduite à sa portion congrue, presque tout le monde étant mobilisé pour les travaux en extérieur. Il n'y avait que quelques notables et privilégiés (ou tire-au-flanc) qui regardaient tout cela de loin, parce que leurs fonctions leur permettaient d'y échapper, que leurs goûts leur faisaient fuir ces temps forts physiques.
[/i]
Image
Image

Ludd Einach avait voyagé avec plusieurs marchands, profitant des chariots des uns et des autres, jusqu'à arriver à sa destination. Il mit pied à terre à l'auberge du carrefour et put prendre une chambre, déposer ses bagages et se mettre en quête de la magientiste. Par chance, celle-ci était déjà bien connue localement. Ludd. Allant du chantier au village, et de maison en maison en vain, il attira l'attention d'une garde du château qui trouva là un bon prétexte pour quitter son poste et guider le nouveau venu.

Depuis l'auberge, on parcourait quelques dizaines de mètres, on passait à côté d'une petite Rosace -- établissement de chevaliers Ronces, gardiens des routes, adversaires des monstrueux feondas et banquiers -- avant d'arriver au village proprement dit, dominé par un petit château édifié au sommet d'une colline surplombant les cimes des arbres de la Forêt engloutie, en contre-bas, un spectacle majestueux.

La garde orienta le voyageur vers un sentier à l'est, un peu avant le village, et descendant dans la forêt, au creux d'un vallon. Les deux laissèrent un premier sentier menant au tumulus et jardins forestiers des tombes du village, et poursuivirent la descente vers une rivière. Chemin faisant, la garde, femme entre 30 et 40 ans, enceinte, du nom de Duana, demanda d'où l'étranger venait et quelle était sa profession. Comprenant que l'homme était artisan, elle lui dit en substance : " Oh le deuxième artisan du matin ! Vous venez vous installer aussi ? La seigneuresse Blodwen et le ... sire ? Aeldred cherchent des gens qualifiés et leur font des facilités pour s'installer. Vous tombez bien."

Duana vit qu'un groupe assez nombreux déjà se tenait sur les berges de la petite rivière (grand ruisseau ?) et prit congé. Ludd Einach nota les présences :
  1. Rozenn : une très belle et élégante femme, intellectuelle, raffinée, à la mode d'Osta-Baille.
  2. Kiddle : un adolescent d'allure vagabond-roublard blessé au bras
  3. Aeldred : un jeune homme, assez réservé, d'allure modeste, mais semblait avoir une position importante dans le groupe.
  4. Ethel : une très belle adolescente ou très jeune femme, les cheveux coiffés de manière excentrique (dreadlocks, extrêmement rare pour ne pas dire unique), avec une allure un peu tarishe (bohémienne) dans l'allure ; une mine mélancolique et préoccupée ; des yeux vairons, dont un oeil doré
  5. Gweneth : une troisième très belle femme, d'un teint de lys délicat, les cheveux d'un blond clair lumineux comme de l'or, vêtue modestement et avec goût, portant l'emblème de la foi uniste -- l'hexcelsis en pendentif
  6. Daerna : une voyageuse aguerrie, récemment arrivée
Image
Meneuse : Ombres d'Esteren | Dragons
Joueuse : /

Avatar de l’utilisateur
Azaghâl
Petite graine
Messages : 28
Inscription : 30 juil. 2020, 21:16

Re: [OdE - Chap. 10-04] Rumeurs d'allées et venues

Message : # 74044Message Azaghâl
06 août 2020, 23:05

Sur le chemin, Le jeune homme observa avec intérêt les paysans alentour, affairés à leurs tâches. C'était là un spectacle nouveau pour lui. Arrivé en vue du petit groupe sur les berges, il remercia son aimable guide et poursuivit seul en direction de la rivière.

L'étranger avança avec précaution, car ce qu'il transportait le déséquilibrait quelque peu et, malgré son passé de citadin, il n'avait pas de peine à imaginer que les abords d'un ruisseau forestier pouvaient être glissants. Alors qu'il s'avance vers vous, vous avez tout loisir de l'inspecter du regard. L'homme est grand et mince, de courts cheveux indisciplinés et une barbiche encadrent son visage aux yeux bruns malicieux, et il serre le bec d'une pipe allumée entre ses dents. Vous distinguez facilement qu'il boite de la jambe gauche, mais vous ne sauriez dire si c'est cela qui le gène le plus dans sa marche ou bien un poids manifestement lourd, qui tire et brinquebale sur le pan droit de sa longue veste de cuir souple ; un mouvement qui provoque de temps à autre des bruits de quincaillerie qui s'entrechoque depuis l'intérieur du vêtement. Outre cette veste, il porte des bottes de voyage, un pantalon de drap gris et une chemise qui a du être autrefois d'un genre sobre et fonctionnel. Autrefois dis-je, car à présent vous voyez que certaines de ses pièces ont été sommairement reteintes de couleurs vives, et qu'elle est ajustée par un ceinture de drap rouge aux multiples rubans bariolés.
Une fois à votre hauteur, l'énergumène manifestement convaincu de sa prestance (ou s'amusant en lui-même de son excentricité vestimentaire) se redressa de toute sa hauteur en s'époussetant avec un sourire. Il jeta un coup d’œil à chacun d'entre vous, ôta sa pipe de ses lèvres et lança d'un voix claire :

"Mesdames messieurs, ravi de faire votre connaissance dans ce charmant patelin de... Moudenn ?"

à l'air interloqué qu'il suscita il chercha vivement dans sa veste et en tira un parchemin griffonné qu'il tourna en tous sens avant de reprendre dans la foulée :

"Euh, Terfynisel voulais-je dire bien sûr... Je suis Ludd Einach, ouvrier et créateur trans-partisan depuis toujours et, à ce qu'il semble, apprenti varigal depuis peu, ah ah." et se tournant vers Rozenn, "mademoiselle Rozenn Perreg c'est bien ça ? Non, ne vous étonnez pas, j'ai beaucoup entendu parler de vous. J'ai en effet un petit quelque chose qui vous vient tout droit d'un paternel inquiet d'Osta-Baille."

Ludd tira alors de sous sa veste une lourde malle de bois, manifestement le poids qui tiraillait le vêtement plus tôt, et la tendit en direction de la jeune femme avec un large sourire.
Image Ludd Einach, l'atelier sur pattes. (Esteren - la Forêt Engloutie)

Avatar de l’utilisateur
Casaïr
Vénérable
Messages : 4283
Inscription : 28 avr. 2015, 19:10
Localisation : Arlon, Belgique

Re: [OdE - Chap. 10-04] Rumeurs d'allées et venues

Message : # 74048Message Casaïr
07 août 2020, 15:36

Rozenn

"C'était prévu que j'aille voir Adéodat afin de disposer de quelques soldats, rassura Rozenn. Il va d'ailleurs falloir que j'aille m'entretenir avec D..."

La jeune femme s'interrompit alors qu'un inconnu s'approchait de leur petit groupe et plus particulièrement d'elle. Si la surprise se lut d'abord dans son regard émeraude, la compréhension s'installa tout aussi rapidement alors qu'il se présentait.

"Mon extracteur ! C'est Papa qui vous envoie ? Mais il ne devrait pas encore avoir reçu mon message !"

Un sourire coupable apparut instantanément, prenant la place laissée vacante par ses autres sentiments. elle passa une main gênée dans ses cheveux dorés que le soleil matinal rendait encore plus lumineux.

"J'ai trop tardé à lui donner de mes nouvelles, n'est-ce pas ? J'imagine qu'il vous a donné comme mission de me gronder, ou de me remettre une lettre de sa part qui aura le même résultat ? Je lui ai pourtant dit que je le préviendrai dès que je le pourrai, je ne suis plus une enfant."

Elle fronçait les sourcils, embarrassée qu'elle était devant ses camarades. Puis son regard dériva de nouveau vers l'appareil sanglé à l'épaule du nouveau venu.

"J'espère que vous en avez pris soin, ce genre d'appareil est très fragile."

Elle n'avait plus d'yeux que pour l'extracteur portable qui, au vu de son poids (pas loin de vingt kilos tout de même) devait certainement scier l'épaule de l'inconnu venu d'Osta-Baille exprès pour le lui donner.

***

Aeldred

Aeldred avait ouvert la bouche pour répondre à Ethel, cependant l'interruption provoquée par l'arrivée de celui qu'il prit d'abord pour un coursier lui fit perdre le fil. Alors que Rozenn s'approchait de l'étrange appareil avec une fébrilité qui l'inquiétait quelque peu, il réussit à sortir de son mutisme pour la prévenir :

"Tu sais, il est certainement moins maladroit que toi, tu ferais mieux de le lui laisser jusqu'à ce qu'il le dépose à la maison." Voyant avec satisfaction que son avertissement avait stoppé les mains de la magientiste, il reprit la discussion avec Ethel, coupée juste avant. "Je peux essayer de lui en parler. De toutes façons, cette couronne est censée me revenir, enfin je crois. Et on a une experte pour nous en dire plus à son sujet, autant de raisons valables de l'éloigner de Blodwen, même si je ne pense pas qu'elle dormira avec."

Puisque Rozenn ne semblait pas du tout s'intéresser à ce fameux Ludd, Aeldred songea qu'il lui fallait l'accueillir proprement.

"Bienvenue à vous, je suis Aeldred. Vous êtes un artisan d'Osta-Baille ? Avec Rozenn, ça nous fait deux personnes de la capitale désormais. Quelle est votre spécialité et, surtout, qu'est-ce qui a bien pu motiver un tel voyage jusqu'ici ?"
Dernière modification par Casaïr le 07 août 2020, 17:30, modifié 1 fois.
Il est toujours utile d'affronter un ennemi prêt à mourir pour son pays. Vous avez en définitive, lui comme vous, le même objectif en tête.

- Terry Pratchett, Va-t-en-guerre.

Avatar de l’utilisateur
Azaghâl
Petite graine
Messages : 28
Inscription : 30 juil. 2020, 21:16

Re: [OdE - Chap. 10-04] Rumeurs d'allées et venues

Message : # 74049Message Azaghâl
07 août 2020, 17:00

Ludd partit d'un léger rire à la vue de l’excitation de Rozenn, et s'empressa de la rassurer :

"Allons bon, je ne suis pas homme à "gronder", comme vous dites, qui que ce soit. Si ç'avait été l'intention de votre père, il n'aura pas pu choisir pire émissaire. En substance, il s'inquiète pour vous et a manifestement eu le nez creux en anticipant vos besoins.
Et oui, votre engin est en parfait état, quoique encore en pièces détachées dans cette malle. C'était plus confortable et sûr à transporter et, de vous à moi, il parait que courir la campagne en arborant sur soi un bidule magientiste n'est pas le meilleur moyen de se faire des amis dans la faune locale. Surprenant n'est ce pas ?"


Un sourire en coin mais franc et un haussement de sourcil complice vous inclut dans l'amusement que cette pique d'ironie suscite chez le jeune homme.
Se retournant vers Aeldred comme celui ci l'accueille :

"Ravi de vous rencontrer Aeldred. J'étais un artisan d'Osta-Baille, c'est exact. Pour être franc, quand j'ai décidé de quitter la ville, je ne comptais pas forcément venir par ici. C'est ma reconversion en portefaix au service de la famille Perreg qui m'y amène. Cela dit, je suis à peine arrivé que vous êtes déjà la deuxième personne à vous intéresser à mon savoir-faire, alors j'imagine qu'il pourrait bien y avoir dans le coin de quoi m'occuper un moment. J'ai vu des bâtiments en travaux sur le chemin ; dans le temps j'ai été menuisier, ce n'est plus ma spécialité aujourd'hui mais je peux encore m'acquitter de cette tâche honorablement. En fait, pour tout vous dire, je crois que je ne suis pas loin d'avoir touché peu ou prou à tous les arts manuels que Tri-Kazel ait porté, et je me fait fort de vous construire, forger ou sculpter tout ce que vous voulez, du moment que vous ne vous attendez pas au chef-d’œuvre d'un foutu Neach-Torgail avec 30 ans d'expérience dans la même minuscule spécialité. Peut être comprenez vous mieux maintenant pourquoi j'ai du quitter la capitale..."

Ayant dit ces mots, Ludd porte sa pipe à ses lèvres et en tire une bonne bouffée, plissant les yeux dans une attitude un rien bravache.
Dernière modification par Azaghâl le 09 août 2020, 00:26, modifié 1 fois.
Image Ludd Einach, l'atelier sur pattes. (Esteren - la Forêt Engloutie)

Avatar de l’utilisateur
Gweneth
Jeune pousse
Messages : 189
Inscription : 09 déc. 2018, 19:42

Re: [OdE - Chap. 10-04] Rumeurs d'allées et venues

Message : # 74054Message Gweneth
08 août 2020, 17:29

Gweneth avait suivi le groupe et les discussions en cours en silence, perdue dans ses pensées. Pendant le trajet jusqu'à la berge, elle s'arrêta à plusieurs reprises pour observer la vie du village, le travail dans les champs, les petites tâches du quotidiens. Elle se mit à penser à son ancienne vie, celle d'avant l'abbaye, celle d'avant l'incident. Elle repensa à Eoden, à leurs projets avortés. Elle se surprit à repenser à tout cela de manière calme et détachée sans sombrer dans la profonde tristesse qu'entraînaient de telles pensées au début de son entrée dans les ordres. Elle réalisa soudain qu'elle était probablement "guérie". Ne restait de cette époque qu'une grande mélancolie et des souvenirs.

Arrivée à la berge avec les autres, elle étudia un instant le groupe hétéroclite dont elle faisait partie. Elle s'arrêta plus longuement sur Aeldred et réfléchis à tout le travail qui lui restait à accomplir pour le révéler complètement en tant qu'élu de l'Unique. Mais elle réalisa que rien ne l'obligeait à le suivre comme son ombre. Elle se mit à repenser à ce qu'avait dit le vecteur sur la construction d'un Temple ou les propos de l'hilderin sur la mise en place d'un hospice. Elle repensa aux projets de Blodwenn et d'Aeldred pour l'ancien domaine des Mac Trahern. Elle se tourna vers Terfynisel et prit sa désicion. Elle devait en parler à Aeldred...

« Aeldred, il faudrait que je te parl... »

Elle fut coupée par l'arrivée d'un drôle de personnage. Elle lui sourit et s'inclina poliment à son approche mais son sourire s'effaça aussitôt quand elle vit l'engin de malheur qu'il avait apporté avec lui et à destination de Rozenn en plus... Tout ceci ne fit que confirmer que sa décision était la bonne. Elle se dit néanmoins que ce n'était pas une raison pour se montrer rustre.

« Le bonjour à vous maître Einach, j'espère que votre séjour à Terfynisel sera plaisant. »

Puis elle attendit le moment opportun pour s'adresser à nouveau au jeune clerc.

Avatar de l’utilisateur
Casaïr
Vénérable
Messages : 4283
Inscription : 28 avr. 2015, 19:10
Localisation : Arlon, Belgique

Re: [OdE - Chap. 10-04] Rumeurs d'allées et venues

Message : # 74055Message Casaïr
08 août 2020, 23:08

Aeldred

Le nom invoqué par Ludd passa à cent lieues au dessus de la tête d'Aeldred qui ignorait totalement qui était ce "Nech-machin-chouette", mais cela ne l'empêcha pas de comprendre que l'homme qui lui faisait face pourrait se révéler un atout sacrément précieux.

"C'est sans doute l'Unique qui vous envoie, ou les esprits ou qui ce se soit qui s'adapte à vos croyances, vous pourriez tout à fait être l'homme de la situation."

Il songea qu'il s'apprêtait une fois de plus à tout récapituler, mais qu'importe, le jeu en valait la chandelle.

"Je viens de recevoir la charge d'un fief déserté par tous ses habitants et, si j'ignore encore ce qui a pu se produire, je dois aussi m'assurer qu'il est possible d'y loger des gens. Il y a un petit village à quelques kilomètres d'ici et je devais m'atteler à la tâche de réunir une équipe pour vérifier l'état des maisons --et également trouver un emplacement pour un chez-moi temporaire. Il y a bien un château, mais il est totalement en ruine et n'était jusqu'à très récemment occupé que par des fantômes --une longue histoire
, éluda-t-il. En fait, si je n'avais pas eu à accueillir de nouvelles têtes aujourd'hui, je serai déjà à pied d'œuvre, mais il semblerait également que si j'avais été occupé ailleurs, je n'aurai sans doute pas fait connaissance de personnes capables de nous aider et j'en suis heureux."

Il voulut ajouter quelque chose et se rappela Gweneth.

"Nous pourrons discuter de ce que tu veux, quand tu veux. Et..."

Il regarda Rozenn d'un air interrogateur.

***

Rozenn

La magientiste avait gardé les yeux braqués sur l'extracteur, désormais si proche tout en restant trop loin d'elle, mais Aeldred avait raison : elle risquait fort, dans son empressement, de casser l'appareil et là, elle serait bonne pour tout refaire. Tendue comme une corde d'arc, elle s'efforça au calme et à la patience, ce qu'elle ne réussit qu'en détournant les yeux de son précieux appareil. Son regard croisa celui d'Aeldred et ses cils papillonnèrent d'étonnement quelques secondes avant de comprendre ce qu'il voulait.

"Oui, nos affaires en suspend ! Bien entendu, cela n'a que trop traîné. Dommage que ser Uilleam ne soit pas là, mais je ferai sans lui, ce ne sont que quelques rendez-vous. Je vais de ce pas trouver Dame Blodwen et le capitaine Adéodat pour leur expliquer les progrès que nous avons réalisé quant à la traque du drewlifigg et leur exposer mon plan. Daena, Ludd, ce fut un plaisir de vous rencontrer et... veuillez me pardonner si j'abuse de votre gentillesse, mais pouvez-vous garder encore un peu l'extracteur ? Je doute que cela me soit utile dans l'immédiat."

Elle lui décocha un sourire flamboyant et victorieux avant de saluer la cantonade et remonter le chemin jusqu'au château.
Il est toujours utile d'affronter un ennemi prêt à mourir pour son pays. Vous avez en définitive, lui comme vous, le même objectif en tête.

- Terry Pratchett, Va-t-en-guerre.

Avatar de l’utilisateur
Amnèsya
Vénérable
Messages : 3839
Inscription : 23 mars 2013, 13:52
Localisation : Quelque part le plus loin possible

Re: [OdE - Chap. 10-04] Rumeurs d'allées et venues

Message : # 74056Message Amnèsya
09 août 2020, 20:29

SI le concept avait été inventé en Try Kazel, dans un dictionnaire illustré, en face du mot "Oxymore", on aura pu mettre le portrait d'Ethel.

Déroutante, contradictoire, paradoxale, Ethel était tout et son contraire à la fois.

La jeune femme d'une petite vingtaine année semblait flotter dans ses habits. Petite, anormalement maigre, séquelle des années de vie passée sur les routes à connaitre la faim; elle était frêle et aurait pu sans problème être classé comme femme enfant.
Et pourtant, il se dégageait de sa petite personne une force mentale, reflet d'une détermination sans faille qu'elle devait à sa philosophie : Tous était déjà écrit et chacun avait son rôle à jouer dans ce monde.
Le sien, était de percer les mystère de l'occulte et d'apaiser les mauvais esprits pour protéger les vivants de leurs maléfices.

Pacifiste enragée, son visage constellé de tache de rousseur, elle en avait partout surtout sur les mains n'était, en général, d'aucune émotion. laissant de sa personne une impression de tristesse et de dépression.

Cependant, son regard, vairon, un œil jaune généralement plissé sous le soleil, l'autre vert semblait voir au delà des gens, au delà des choses. Ethel ne vivait pas dans le présent.

Il en résultait un personnage atypique et étrange. Ses longs cheveux coiffée en dreadlock interminable, ornée de bijoux fantaisies, coquillage, perles, ainsi que ses poignets couverts de bracelets fait de chanvre et de laine, ne laisse en rien présager son appartenance jadis à la noblesse. Il ne reste de cette éducation stricte qu'une curiosité et un verni de culture ainsi qu'un port altier.

***

Perchée sur son mur, Ethel observa le nouveau venu sans y prendre garde, bien plus préoccupée par la réaction du clerc, qui pour ne pas changer semblait ne pas avoir compris ses dires.
Visiblement, le nouveau venu semblait aimer autant être le centre de l’attention et de la provoc, qu'elle aimait l'ombre et les coulisses. Elle n'allait ni être son public, ni lui faire concurrence.

Elle se contenta de l'écouter et de noter ce qu'il avait dire. Elle s'inclina et lui rendit une salutation silencieuse lorsqu'il balaya l'assemblée après sa présentation.

Puis lorsque Rozenn commença à parti, elle reprit d'une voix plus plus affirmé.

"Rozenn, Aeldred, je plaisante pas... Il ne s'agit pas que de Blodwen,Personne ne doit s'approcher à moins de 100 m de cette couronne... Et si c'est impossible, Je vous serais grée de me la confier... J'essayerais d'en absorber les ... Maléfice... à défaut d'autres mots plus adaptés."
C’était compliqué alors j’ai tenté d’expliquer ce qu’était le Graal pour que tous comprenne. C’était difficile alors j’ai essayé de rigoler pour que personne ne s’ennuie. J’ai raté mais je veux pas qu’on dise que j’ai rien foutu parce que c’est pas vrai.

Avatar de l’utilisateur
Azaghâl
Petite graine
Messages : 28
Inscription : 30 juil. 2020, 21:16

Re: [OdE - Chap. 10-04] Rumeurs d'allées et venues

Message : # 74062Message Azaghâl
10 août 2020, 02:15

Ludd haussa un sourcil à la mention inattendue de l'Unique dans la bouche d'un Talkéride. Son regard se porta de nouveau vers Gweneth, plus longuement et pensivement cette fois. Le pourpre ornant sa robe était le signe d'une érudite, si les informations qu'avait pu glaner Ludd étaient vraies. Il n'était déjà pas si commun de croiser un religieux de l'Unique dans le pays, mais qu'est ce qui pouvait bien amener un clerc en pleine campagne si loin de Gwidre ? Quelle était donc l'influence réelle du Temple dans la région ? ...et pourtant, si une magientiste était aussi acceptée dans ce groupe... bizarre.

Cependant, au fur et à mesure que Ludd écoutait les propos de chacun, ses yeux s'écarquillèrent, ses lèvres s’étirèrent en un sourire de plus en plus large et il dut même se retenir de rire avec peine. Il ne comprenait goutte à ce qui se discutait, mais c'était bien l'entrée en matière la plus étrange, la plus inquiétante et la plus hétéroclite qu'il ait jamais connu. Eh quoi ! Un village mystérieusement déserté, des histoires de fantômes, la traque d'une... chose appelée "drewlifigg", une couronne maléfique apparemment mortellement dangereuse... Rien de plus naturel pour une discussion détendue au bord de l'eau n'est ce pas ?
à entendre de telles choses, n'importe qui de sain d'esprit aurait sans doute décampé sans demander son reste... Mais c'était si étrange de voir cette assemblée improbable discuter de choses folles ou terrifiantes en sa présence, comme si cela relevait du quotidien le plus banal, que l'esprit de contradiction de Ludd en concevait une sorte de fascination malsaine.

En conséquence, Ludd fit un pas en retrait et résolut d'écouter ses hôtes avec une délectation incrédule et amusée qu'il ne cachait guère. Il jeta un coup d’œil à la frêle et séduisante jeune femme aux allures tarishes qui était intervenu en dernier. Elle avait semblé réservée jusque là, pensive ou mélancolique peut être, mais lorsqu’elle avait pris la parole au sujet de cette... couronne maléfique, ç'avait été avec autant d'autorité que de concision. Qui pouvait elle bien être ?

Malgré toutes ces pensées, le jeune artisan avait tout de même répondu à Rozenn lorsque celle ci s'adressa à lui au sujet de la lourde mallette.

"Oh, mais oui mademoiselle, je peux garder votre engin pour vous pendant un moment... mais à une condition : que je sois là quand vous l'assemblerez. Moi et Melchior, on a transporté cette malle sur une sacrée distance, et maintenant je serais bien curieux de voir ce qu'elle a dans le ventre." Dis Ludd en gratifiant la magientiste d'un clin d'oeil complice.
Image Ludd Einach, l'atelier sur pattes. (Esteren - la Forêt Engloutie)

Evolena
Petite graine
Messages : 26
Inscription : 11 juil. 2020, 16:32

Re: [OdE - Chap. 10-04] Rumeurs d'allées et venues

Message : # 74065Message Evolena
10 août 2020, 10:47

Daena eut l'impression que l'arrivée de l'excentrique nouveau venu provoquait une petite tempête. Après sa propre introduction, les discussions avaient porté sur les problèmes en cours - la chasse au feond-nénufar, la mystérieuse couronne, la reconstruction du village - et les problèmes passé - les esprits du pont, et une sorte de distorsion temporelle dans le village désert ? -, avec plus ou moins d'enchevêtrement. Mais tout à coup, Ethel insistait sur la dangerosité de la couronne, l'effacée Gweneth semblait avoir quelque chose d'important à dire à Aeldred, Rozenn accueillait à peine l'arrivant qui lui apportait un objet pourtant manifestement aussi précieux pour elle que lourd pour lui avant de s'empresser de les quitter - certes pour s'occuper d'organiser la traque du feond -. Seul Aeldred semblait garder la maîtrise de lui-même et des convenances - il n'avait visiblement pas acquis la responsabilité de terres sans raisons.

Avec un peu de retard alors qu'elle observait tout ça, la jeune femme se tourna vers l'artisan :

"Bonjour, maître Einach. Je suis arrivée à Terfynisel juste avant vous, je m'appelle Daena. Je suis une Passeuse des Ahman Glas, et j'entends mettre ma connaissance des terrains marécageux et mon expertise en orientation au service de cette communauté en plein développement."

La Passeuse était une jeune femme élancée, dont la musculature fine mais ferme trahissait l'endurance. Sa peau pâle, ses yeux gris, ses cheveux bruns qu'elle portait coupés sous les oreilles sous un chapeau en peau, ses vêtements de lin grisâtre seulement relevés d'un gilet en cuir lui donnaient une allure aussi morne que celle des marécages gris dont elle venait. Des bottes de marche et un bâton ferré - elle avait laissé le baluchon contenant le reste de ses maigres possessions à l'auberge - indiquaient une certaine habitude à voyager.

Elle avait le sentiment qu'elle devait quelques explications à Ludd. À sa place, elle se sentirait encore plus perdu dans toutes ces histoires qu'elle-même ne l'était. Elle s'en tint cependant au plus simple :

"Comme le disait Aeldred, ma propre arrivée ce matin et les présentations qui en ont suivi ont retardé les projets en cours, notamment une chasse au feond camouflé en nénufar pour laquelle Rozenn devait demander des renforts à la garde locale, c'est pourquoi elle vient de partir."
Daena la Passeuse

Avatar de l’utilisateur
Azaghâl
Petite graine
Messages : 28
Inscription : 30 juil. 2020, 21:16

Re: [OdE - Chap. 10-04] Rumeurs d'allées et venues

Message : # 74067Message Azaghâl
10 août 2020, 13:59

L'artisan adressa un signe de tête reconnaissant à Daena. L'explication était moins surréaliste que ce que son imagination avait commencé à lui suggérer. Un Feond. Ces abominations étaient somme toute assez courantes dans la nature d'après ce qu'on lui avait dit, et même en ville certaines rumeurs troublantes couraient parfois... Sans cesser de tendre l'oreille pour ne pas perdre une miette d'une éventuelle discussion sur les autres sujets évoqués, il répondit à la passeuse :

"Merci, je comprends déjà mieux son départ. Oh, et appelez moi Ludd, pas la peine de faire de manières pour moi."
Image Ludd Einach, l'atelier sur pattes. (Esteren - la Forêt Engloutie)

Répondre