AdJ [MJ Cialf]: Organisation militaire des trois royaumes

MJ Cialf - Aventures à Kalvernach
Avatar de l’utilisateur
Cialf
Vénérable
Messages : 2622
Inscription : 16 avr. 2014, 23:58

AdJ [MJ Cialf]: Organisation militaire des trois royaumes

Message : # 37976Message Cialf
15 juin 2014, 11:20

Tri-Kazel est un univers médiéval où les dangers ne manquent pas: brigands, fauves, feondas, conflits de seigneuries ou de factions. La violence est canalisée par un certain nombre de lois et de coutumes.

Armée royale et seigneuries
Le roi a, en principe, le monopole de la force armée. En fait, il en délègue une grande partie aux seigneuries, aux communes ou à d'autres institutions. L'encadrement se compose de chevaliers, sergents et hommes d'armes professionnels, plus quelques spécialistes (ingénieurs, médecins, etc.).

Le service d'ost (service armé vers 16-17 ans) assure à la plupart des jeunes une formation guerrière de base. Il se fait soit dans l'armée royale, soit dans les forces seigneuriales ou communales. Avec du piston (fils de notable, etc.), un jeune peut faire son service d'ost au siège d'une grande seigneurie ou dans le guet municipal. Sinon, il risque de se retrouver dans une angarde frontalière au régime beaucoup plus dur.

Pour une mission de routine, la patrouille type, royale ou seigneuriale, est commandée par un chevalier (souvent jeune) ou un sergent (souvent vieux) avec des jeunes en service d'ost et quelques hommes d'armes professionnels. Elle peut faire appel à des volontaires pour la durée de la mission.

Particularités des trois royaumes
En Taol-Kaer, l'armée royale est encadrée par les chevaliers hilderins, ordre d'élite qui dépend directement du roi. Il y a une vieille rivalité entre les hilderins (peu nombreux, mais prestigieux) et les chevaliers des seigneuries.

En Gwidre, l'armée royale est laïque à la base, mais elle a dû partager ses fonctions avec le clergé du Temple. les chevaliers lames et les sigires (police secrète), deux des six branches du clergé du Temple, remplissent un certain nombre de fonctions de sécurité. Un lame peut être appelé à commander une garnison royale, par exemple. Ils coopèrent avec les seigneurs et chevaliers laïcs, mais pas toujours dans l'harmonie.

En Reizh, il n'y a pas d'ordre de chevalerie comparable. Le roi, pas très sûr de son autorité, veille à ce que sa garde ne prenne pas d'autorité politique. Du coup, l'encadrement de l'armée royale laisse parfois à désirer.
Contenu non officiel, j'ai plusieurs scénarios qui se passent à Kalvernach.

Le duché de Kalvernach est un des principaux fiefs de Reizh. La duchesse est, entre autres, une des protectrices attitrées du pélerinage de Faireann Ear. Sa petite armée est plus disciplinée que d'autres. Elle est recrutée surtout dans les régions rurales du duché, mais financée surtout par les guildes urbaines: elle doit donc veiller à ne pas causer de tort au commerce.
Ordre ronce
L'ordre des chevaliers ronces est un ordre de chevalerie indépendant, créé, à l'origine, pour la protection des voyageurs. Leur emblème représente des branches épineuses entrelacées. On y entre par volontariat, après un service long et sélectif comme écuyer. L'ordre ronce a pris, au fil des siècles, des fonctions commerciales et financières qui tendent à le détourner de sa mission d'origine. Mais les chevaliers ronces, à la base, sont toujours des combattants d'élite qui veillent à la sécurité des routes. Comme ils ne sont pas très nombreux, ils emploient des hommes d'armes professionnels, en général des mercenaires sans antécédents criminels. Ils peuvent aussi engager des volontaires villageois pour la durée d'un voyage (mais pas dans le cadre du service d'ost).

Mercenaires
Les mercenaires ont des statuts variables qui vont du meilleur au pire. Ce sont des épées (ou arcs) à louer, individuellement ou par compagnie. Ils peuvent travailler pour une autorité reconnue (seigneurie, ville, guilde ou simple particulier) et doivent respecter les lois du royaume sous la responsabilité de leur commanditaire. Quand ils sont au chômage ou mal commandés, ils peuvent devenir un facteur de désordre.

Face à un danger urgent (brigands, feondas, etc.), les combattants de toute étiquette arrivent en général à coopérer. Le reste du temps, les relations peuvent être amicales ou détestables, selon les cas.
Joueur: Deucalion, garde de patrouille (Légendes de la garde). Iontaise Sul, chasseuse/guide (Ombres d'Esteren). Eccomar fils de Lucterios, druide (Oikoumenè). Haytham, voleur/soldat déserteur (Conan d6). Nakajima Koebi, mechapsychologue (Mekton Z).

Avatar de l’utilisateur
Iris
Grand Ancien
Messages : 16881
Inscription : 14 févr. 2011, 17:31
Localisation : Nord-Est de Lyon
Contact :

Re: AdJ [MJ Cialf]: Organisation militaire des trois royaume

Message : # 37999Message Iris
16 juin 2014, 07:51

Variantes d'interprétation

Je précise que l'état de la sécurité en Reizh sur ma chronique (donc MJ Cialf peut avoir une version différente, car chaque Meneur donne un ton différent à son Tri-Kazel ;) ) n'est pas tout à fait aussi chaotique... la situation est surtout nettement différente selon l'autorité : les Seigneur d'Emeraude n'ont pas de scrupules à rançonner / brigander les agents du roi ou assimilable (guildes marchandes, magientistes) ; en revanche, du côté de Kermordhran ou au nord / est (Farl...), les routes sont "normalement sûres". De même l'organisation (qui assure la sécurité, comment) est totalement éclaté : Kermordhran est militarisé ; Kalvernach a une milice urbaine qui veille aussi sur les alentours immédiats ; du côté de Gline en revanche c'est plus flou etc.
Meneuse : Ombres d'Esteren | Dragons
Joueuse : /

Verrouillé