[Trône de Fer] Enguerrand Aversin

Archives de la partie TdF menée par Darkbaron
DukeTogo
Vénérable
Messages : 3855
Inscription : 31 déc. 2012, 19:28

[Trône de Fer] Enguerrand Aversin

Message : # 13985Message DukeTogo
16 mars 2013, 22:21

La noblesse au deux visages...
Image Image

La maison Aversin est installée dans la région de Dorne, au sud de Westeros à ….

Le lord actuel, Rheomar Aversin, d'un âge avancé est veuf d'Hélène de Maurecourt décédée il y'a près de dix ans. Ce mariage de raison aura eu plusieurs intérêts : renforcer les caisses du seigneur en mettant la main sur le patrimoine Maurecourt et voir la naissance, ô combien tardive, de deux enfants.

La naissance d’Enguerrand marqua la fin d’un calvaire conséquent pour Hélène qui depuis des années n’arrivait pas à enfanter. L’on disait que sa faible constitution était héréditaire et pour cause, elle était la dernière descendante des Maurecourt. L’accouchement ne fut pas facile et l’enfant manqua d’être un mort-né. Quand retentit enfin son cri, son père s’exclama : « Voilà mon petit guerrier ! » ce qui avec quelques ajustements donna à l’enfant le prénom d’Enguerrand.

Après avoir été alité près d’un mois, Hélène eut un sursaut d’orgueil et affronta Rheomar sur un sujet pour lequel elle s’était trop longtemps tue. Le lord fut contraint de congédier la servante aux seins lourds qu’il avait ramené du nord. Celle-ci lui avait donné un fils un an plus tôt. Hélène pouvait accepter les mœurs volages de son seigneur mais pas au point de tolérer son bâtard sous son toit.
Les Sept ne se montraient pas très clément envers les Aversin : Enguerrand n’était pas une force de la nature. Maigre, souvent malade. Rheomar voyait plus en lui le fils de son épouse que le sien. Un espoir vint enfin, mais seulement cinq ans plus tard, quand Hélène fut de nouveau enceinte. Rheomar espérait un garçon, cette fois fort et robuste. Lysanor était née.

Lysanor était rieuse et avait hérité des traits fins de sa mère, qui fut une belle femme avant de devenir mère. Lysanor était comme un soleil et promettait de trouver époux le moment venu. Enguerrand était terne et renfermé, tel un nuage gris. Rheomar regrettait en secret son premier fils et se tenait informé de son évolution en tant qu’homme auprès de son ami du nord, le seigneur Karstack.

Impliquée et instruite, Hélène avait insisté pour la venue de Mestre Engilram dans le château quand elle fut mariée à Rheomar. Enguerrand s’avéra être un enfant intelligent, doté d’une mémoire remarquable. Lysanor était moins studieuse.

Quand Enguerrand atteint l’âge de douze ans, Hélène perdit la vie, emportée disait-on, par un mal incurable. Lysanor traversa cette épreuve grâce à la légèreté de son âge. Son frère se renferma dans un mutisme qui dura plusieurs semaines avant de reprendre avec davantage d’ardeur son enseignement avec le mestre.

Seul les esprits les plus observateurs remarquèrent que la relation entre Enguerrand et Rheomar changeait : comme si la distance et la peur avait changé de camp. Enguerrand prenait très au sérieux son rôle de successeur à venir en démontrant une habilité et une intelligence certaine à vérifier les comptes, à faire fructifier le patrimoine Aversin. Au début, Rheomar voyait son ingérence dans les affaires courantes d’un mauvais œil mais dut lui reconnaître cette qualité (sous l’éclairage impartial de son mestre) alors il laissa faire. D’une façon générale, le Lord n’aimait pas les conflits avec Enguerrand, toujours à l’équilibre entre ironie masquée et défenseur visionnaire des intérêts souverains du domaine.

Doté d’une force de caractère certaine, il ne manquait à ce fils que d’être davantage semblable à son père au même âge : un jeune homme fort et vigoureux, entrainé à jouter dans les tournois de chevalerie et un sens de l’honneur exacerbé. Sur ce dernier point, Enguerrand jurait quelque peu.

Adolescent déjà, profitant de sa position de « petit seigneur », il avait ordonné à des serviteurs de s’accoupler devant lui. Soucieux d’en apprendre davantage, il avait ensuite payé sa propre éducation auprès d’une maîtresse cupide de son père. Passé la stupeur des premiers émois, il renouvela son apprentissage tarifé auprès d’autres femmes expertes. Il appris beaucoup à leurs contacts et pas seulement dans le but de devenir un brillant amant. Leurs expériences partagées lui apparurent comme une évidence : le sexe faisait tourner le monde des hommes de Westeros presque autant que les dragons d’or. Et ces femmes là savaient mentir à leur client qui leur payait sans le savoir le droit de se croire important et unique.

Enguerrand développa une économie parallèle dans la ville à travers une maison de «loisirs» de luxe en plaçant à sa tête sa toute première maitresse : spectacle, vins raffinés et mets délicats.
Hors de l’enceinte du château, Enguerrand se déplace rarement sans un inquiétant et taciturne personnage, assez craint dans les environs, qu’on dit particulièrement féroce quand il s’agit de recouvrer les prêts consentis par le jeune sire.
Le contraste est d’autant plus saisissant entre le charme désarmant assumé du seigneur et l’effroi que suscite son ombre.

Enguerrand est de nature agréable et jouit d’une bonne réputation, conséquence d’un savoir-être exemplaire en toutes circonstances. Les (rares) personnes qui s’en méfient n’ont sans doute pas encore été charmés ou bien ont la présence d’esprit de garder leur réserve secrète.

Ce n’est plus qu’une question d’années pour qu’Enguerrand ne devienne le nouveau lord Aversin. Il semble déjà près et les relations qu’il entretient avec les autres maisons comme ambassadeur de Rheomar portent à le croire très capable.

La route semble tracée. Si ce n’est l’arrivée imminente d’un « frère » ou plutôt d’un demi-frère venu du lointain nord…
Dernière modification par DukeTogo le 17 mars 2013, 03:02, modifié 1 fois.
"Seuls les singes et les pitres sollicitent l'applaudissement" Tywin Lannister

DukeTogo
Vénérable
Messages : 3855
Inscription : 31 déc. 2012, 19:28

La rencontre avec "La Vérole"

Message : # 13986Message DukeTogo
16 mars 2013, 22:22

L’action se déroule deux ans plus tôt.

L’homme que l’on nomme La Vérole s’était retrouvé dans une taverne plutôt mal famée de la ville. Il y’avait quelques gardes postés devant la maison d’en face. Que faisaient-ils là ? Peut importe, il n’est pas interdit de boire dans un vieux rade. C'est ainsi, on a les fréquentations à la hauteur de ses moyens et à l'époque, sa bourse était maigre... Comment s’était-il retrouvé dans une arrière salle discrète à jouer aux cartes pour faire le cinquième ? Bah... il se débrouille pas mal, d'habitude.
C'est là qu’il a rencontré le fils Aversin, surement un nobliaux venu s’encanailler dans les bas quartier. Il sentait le vin et y'avait de l'argent facile à prendre. Ce n’est que plus tard que Vérole se rendra compte que c'est les tâches de sa chemise qui sentait le vin, pas lui. Pendant que celui-ci plumait les joueurs présents, il fallait en plus qu'il l'interroge en long et en large sur d'où il venait et tout ça. Et Vérole, il n’aime pas qu'on le cuisine. Et quand il n’aime pas, en général, pas besoin de le dire, ça se sent mais le nobliau n'en avait cure.
À un moment, Vérole lui fait redistribuer car il trouvait son mélange de cartes un peu louche.
Par les Sept, quelle bonne intuition ! La chance changea de camp : voilà qu’il avait des cartes d'enfer et accumulait désormais un bon pécule !
Mais… Le nobliaux l’accuse soudainement de triche et d'avoir des cartes sous le coude. "N'importe qu...", pensais La Vérole en relevant ses avant-bras pour le faire taire. Horreur, deux cartes était là. L’une d’elle resta collée un moment sous sa manche avant de glisser mollement sur la table. « L'enculé... », songea l’homme piégé.
Pas le temps de s'expliquer que le nobliau avait déjà convaincu les autres de le bastonner. Mais à ça aussi, La Vérole se débrouille. Après avoir sonné les autres abrutis, ça allait le tour du petit malin et avec un peu de chance, il trouverait bien une fosse à purin pour lui foutre la tête dedans. Le plus surprenant est qu’il n’essayait absolument pas d'éviter la droite et écopa naturellement d’un gros bourre-pif. Mais voilà qu’il en redemandait ?!
Dégoûté, La Vérole allait filer en prenant son argent quand l’autre retint son attention. Il s'était rassis et lui proposait de travailler pour lui. Il cherchait un type sans scrupules, sans attaches, qui a le coup d'œil et qui tape fort. Et bien payé en plus.
La garde est arrivée trop vite, La Vérole n’avait plus le moyen de se défiler, encerclé qu’il était. Ils donnèrent du Sire Enguerrand au nobliau : la Vérole s’en voulu de ne pas l’avoir reconnu plus tôt. Contre toute attente, le jeune homme affirma que les autres l'avaient entrainé là pour l'agresser et que lui, l’avait secouru.
Une fois seuls, il lui demanda le sens de ses bobards. Sa réponse lui en boucha un coin :

"Vous auriez préféré être condamné au mieux à finir vos jours en prison pour coups et blessures sur l’héritier de cette ville ?".

Il l’amena dans la haute ville. « Pas degueu, le château », songea La Vérole.
Il vit son adorable sœur, tel une délicate poupée de porcelaine, blémir et courir chercher le Mestre pour lui soigner la figure. "Pas maintenant...", refusa Enguerrand, "Mon père a le droit de savoir".

Le reste est passé comme papa dans la bonne. Il le présenta au seigneur, en insistant pour qu’il soit engagé comme garde du corps en disant qu'il était sur qu'on porterait plus jamais la main sur lui. Sur le coup, La Vérole se demandait si cet avertissement ne lui était pas destiné. Le père le regarda bizarrement, comme si il voulait lire en lui et puis accepta finalement.

La Vérole, garde du corps... Officiellement. Parce que dans les faits, ce n'est pas toujours joli-joli. On ne compte plus les types qu’il a secoués, les doigts qu’il a retournés et les besognes accomplies sans poser de questions.

Tant que ça paye bien...

Et puis, il y'a des bons à-côtés. Parfois, certaines des filles de la maison de Dame Gabriella Lorrimor sont « déclassées » et la charge lui revient de leur réapprendre l’obéïssance et s’assurer de leur silence sur ce qu’elle ont vu et entendu dans la maison. Invariablement, elles ont peur de lui, de son contact. Ce qu’il préfère, c’est les plus jeunes. Alors, il essaie de se montrer doux et attentionné – «tiens, Lysanor, mouches-toi» –, n’arrivant qu’a les effrayer davantage –«chhh, là, c’est fini, tout ce que tu as faire, c’est d’être gentille.»-.
Dernière modification par DukeTogo le 24 mars 2013, 16:26, modifié 1 fois.
"Seuls les singes et les pitres sollicitent l'applaudissement" Tywin Lannister

DukeTogo
Vénérable
Messages : 3855
Inscription : 31 déc. 2012, 19:28

Enguerrand Aversin - Fiche de perso

Message : # 13987Message DukeTogo
16 mars 2013, 22:23

Bon, je cherche un peu partout sur internet et je trouve différentes choses… Faut pas heister à me dire ce qu’il faut corriger.

Étape un : Maison et Patrimoine
Maison Aversin. Cf description, sujet ouvert par Darkbaron.

Étape deux : Concept de personnage
Age : Jeune adulte
Statut : 4 (fils héritier et légitime de Rhéomar Aversin et Hélène de Méricourt)
Rôle : Manipulateur (connaissance, duperie, ingéniosité, langue, persuasion, statut, vigilance et volonté) (qu’est-ce à dire ? Il y’a des bonus à ajouter dans ces compétences ?)
Histoire : Cf premier post
But : Gravir les échelons sociaux et politiques en Westeros.
Motivation : Depuis le décès d’Hélène, la passivité s’est transformé en une volonté de fer. Pour plus d’infos, prévoir une psychanalyse poussée…
Vertu : a définir. (est ce que vertu et avantages sont la meme chose?) Ou trouver la liste?
Vice : Même chose, mais pour un vice ou un défaut. (IDEM)

Étape Trois : Affecter les compétences
Age : 22 ans (ou plus, selon ajustement)

Agilité 4
Art militaire 1
Athlétisme 1
Connaissance 3
Corps à corps 1
Spécialité : 1 (bof ne sait pas se battre)
Discrétion 5
Dressage 1
Duperie 6
Endurance 1
Ingéniosité 5
Langue 3
Larcin 3
Persuasion 7
Soins 2
Statut 3
Survie 2
Tir 1
Vigilance 3
Volonté 6

Question : en terme de mécanique de jeu, est-ce un doublon d'etre fort en duperie et en persuasion?

Étape Quatre : Les Spécialités

?? Où je trouve la liste?

Étape Cinq

Étape Six

Étape Sept




Points de destinée : 5 ?

Avantages : (j’ai lu qqpart 3 avantages max vu l’age) oui? non?

J'en ai présélectionné : des conseils, peut-être?
- Héritier : Vous êtes destiné à hériter des biens et du destin de votre maison.
Vous êtes l’héritier du suzerain de la maison. Si quoi que ce soit lui arrivait, vous échangeriez cet avantage avec l’avantage Chef de famille.
Vous devez obtenir la permission de votre narrateur et de vos amis joueurs avant de pouvoir acquérir cet attribut. Un seul membre de la même maison peut avoir cet avantage.

Autorité : Réduit de 2 les malus liés à l'humeur en persuasion. (trouvé sur la fiche de mon frère…_)

Adroit : Vous avez d’extraordinaires reflexes.
Quand vous effectuez un test d’agilité, vous pouvez relancer un nombre de 1 égal au nombre de dés de bonus de la spécialité la plus adaptée au test en question (par exemple Equilibre pour marcher sur une corde, pour un minimum de 1 dé (dans le cas où vous ne possèderiez pas la spécialité en question).

Fin gestionnaire : Fin gestionnaire (Condition : Statut 3 (Intendance 1))
Vous gérez votre maison avec une précision d’expert.
Quand vous effectuez un jet de dé lié aux événements de la maison, vous pouvez ajouter votre rang d’Ingéniosité au résultat de votre test de Statut. De plus, vous pouvez augmenter la Richesse de votre maison de 1d6.
Réseau (Condition : Connaissance de la rue 1)
Vous disposez d’un certain nombre d’espions et d’informateur dans une région spécifique.
Lorsque vous obtenez cet attribut, choisissez une région (le Nord, le Bief, Dorne, etc.) ou une ville (Port-Réal, Accalmie, etc.) Vous avez des relations dans cette région et vous pouvez les contacter pour recueillir des informations. Vous bénéficiez d’un bonus de +1D à tous les tests de Connaissances effectués dans la région choisie. Vous pouvez sélectionner cet attribut plusieurs fois. Chaque fois, il s’applique à un lieu différent.

Sens aiguisés : (Condition : Vigilance 4)
Vos sens sont extrêmement développés.
Quand vous effectuez un test de Vigilance pour remarquer quelque chose, vous pouvez relancer un nombre de 1 égal à votre rang d’Observation (pour un minimum de 1). De plus, vous pouvez ajouter votre rang d’Ingéniosité à la valeur de votre Vigilance passive.

Riche : Vous avez hérité une fortune ou vous vous l’êtes forgée grâce à votre sens des affaires. Au début de chaque mois, vous pouvez effectuer un test d’Ingéniosité ou de Statut Très facile(3) pour remplir vos coffres. En cas de succès, vous gagnez un total de dragons d’or égal à 10 fois le nombre de degrés de réussite obtenus.

Charismatique : (Condition : Persuasion 3)
Vous mettez à profit votre forte personnalité.
Quand vous choisissez cet attribut, sélectionnez une spécialité de la compétence Persuasion. Quand vous effectuez un test de Persuasion avec la spécialité en question, ajoutez 2 au résultat de votre test.
Vous pouvez prendre cet avantage plusieurs fois, en choisissant chaque fois une spécialité différente.

Convaincant : (Condition : Charismatique)
Vous avez une personnalité si fascinante qu’on a du mal à résister à vos exigences.
Choisissez une spécialité de Persuasion à laquelle vous associé l’avantage Charismatique. Quand vous utilisez cette spécialité dans une intrigue, augmentez son influence de 1.
Vous pouvez choisir cet avantage plusieurs fois. Chaque fois, il s’applique à une spécialité de Persuasion différente à laquelle vous avez également associé l’avantage Charismatique.

Courtois : (Condition : Persuasion 3)
Vous avez des manières irréprochables.
Vous pouvez ajouter la moitié de votre rang de Persuasion (arrondi à l’inférieur) au résultat de vos tests de Duperie. De plus, quand un adversaire utilise l’action Comprendre la cible lors d’une intrigue contre vous, vous pouvez ajouter votre rang d’Ingéniosité au résultat de votre Duperie passive.

Fascinant (Condition : Charismatique)
Il y a quelque chose en vous qui attire alliés et amis.
Quand vous l’emportez sur un adversaire en utilisant la spécialité Charme, l’humeur de celui-ci augmente d’un nombre de cran égal au nombre de dés de bonus que vous avez investis en Charme (Minimum 2 crans).

Maitre négociateur (Condition : Duperie 3)
Vous dissimulez vos émotions au plus profond de vous, et vos adversaires ont du mal à distinguer vos véritables motivations.
Tant que vos adversaires ignorent votre humeur, vous ne subissez pas de malus dû à votre humeur de départ lors des tests de Persuasion.

Perfide : Vous mettez à profit votre ruse et votre duplicité pour tromper l’ennemi
Vous pouvez ajouter votre rang d’Ingéniosité au résultat des tests de Duperie que vous effectuez lors d’une intrigue.

Désavantages préselectionnés :

- Arrogant : Votre arrogance vous empêche de voir les dangers qui vous entourent.
Vous subissez à tous vos tests de Vigilance un nombre de dés de malus égal à votre rang de Statut.

Maladie : Vous êtes faible et souffrez en permanence de divers maux.
Vous subissez un malus de -1D aux tests d’Endurance destinées à résister aux périls naturels et aux maladies.

Mauvaise santé : Les excès ou une physiologie défavorable font que vous n’êtes jamais en forme.
Quand vous effectuez un test d’Endurance pour faire disparaître lésions ou blessures, le résultat est affligé d’un malus de -3.

Faiblesse : Vous souffrez d’une maladie ou d’une faiblesse particulière.
Quand vous acquérez ce défaut, choisissez une compétence : désormais, tous les tests effectués avec celle-ci subissent un malus de -1D. Lorsque vous calculez vos résultats passifs avec cette compétence, elle est considérée comme inférieure d’un point. Par exemple, si vous avez Vigilance 4 et le défaut Faiblesse (Vigilance), votre résultat passif de Vigilance sera de 12 ([4-1]*4) Les caractéristiques dérivées (comme la Défense d’intrigue) sont également réduites de 1.

_______

Valeurs d'intrigue :
Défense d'intrigue = Vigilance + Ingéniosité + Statut.
Sang-froid = Volonté x 3

Valeurs de combat :
Défense de combat = ? - Malus d'armure.
Santé = ? (bonus inclus)
Valeur d'armure (VA) = dépend du type d'armure portée.

Equipement :
a définir...
Dernière modification par DukeTogo le 22 mars 2013, 20:29, modifié 1 fois.
"Seuls les singes et les pitres sollicitent l'applaudissement" Tywin Lannister

darkbaron
Vénérable
Messages : 3968
Inscription : 07 déc. 2012, 22:27
Contact :

Re: [Trône de Fer] Enguerrand Aversin

Message : # 14056Message darkbaron
17 mars 2013, 16:34

Comme tu es dans la catégorie adulte, comme tout le monde, tu as 210XP de compétences et 80XP de spécialités.
Comme prévu, tu seras statut 3.

Angarad
Jeune pousse
Messages : 233
Inscription : 13 mars 2013, 14:55

Re: [Trône de Fer] Enguerrand Aversin

Message : # 14068Message Angarad
17 mars 2013, 20:06

Ah ! Voilà une bonne petite raclure ! J'adore...
Si tu pouvais avoir un avatar un tout petit peu beaucoup plus viril, ce serait parfait !
Je sens qu'on va bien s'entendre.
Les hommes oublient plus vite la perte de leur père que celle de leur patrimoine.

DukeTogo
Vénérable
Messages : 3855
Inscription : 31 déc. 2012, 19:28

Re: [Trône de Fer] Enguerrand Aversin

Message : # 14083Message DukeTogo
18 mars 2013, 18:06

Réponse A : shhh... On pourrait nous surprendre. :p

Réponse B : En plus viril, t'avais Voyvodin, pj a la courte carrière visible fan les sections des personnages au chômage technique...
"Seuls les singes et les pitres sollicitent l'applaudissement" Tywin Lannister

darkbaron
Vénérable
Messages : 3968
Inscription : 07 déc. 2012, 22:27
Contact :

Re: [Trône de Fer] Enguerrand Aversin

Message : # 14084Message darkbaron
18 mars 2013, 18:25

En plus, Enguerrand a la classe : une maîtresse qui ressemble à Cersei (cette dernière n'étant de toute façon pas encore née).

DukeTogo
Vénérable
Messages : 3855
Inscription : 31 déc. 2012, 19:28

[Trône de Fer] PNJ - Gabriella Lorimorr

Message : # 14136Message DukeTogo
19 mars 2013, 18:36

Image

L'âge de Gabriella Lorimorr est un mystère. Il est évident à plusieurs détails (le dos de ses mains, les plis près des yeux, etc.) qu'elle n'a plus 20 printemps.
Toutefois, son assurance et son aisance montrent qu'elle ne craint pas -à moins qu'elle ne fasse semblant- la concurrence de jeunes idiotes à la peau lisse.
Gabriella est une personne jouissant d'un certain statut (ou réputation) dans la ville, connu pour sa beauté conservée et sa vaste culture.
Sa finesse d'esprit la fit émerger du statut de simple dame de parage en personnage local incontournable des réunions mondaines.

Il y'a de cela quelques années, elle était connue pour avoir tenté de se placer durablement auprès du seigneur Rheomar Aversin.
Il ne faisait de secret pour personne qu'elle lui rendait de charmantes visites et nul ne doutait qu'elle fusse capable de réveiller le guerrier qui sommeillait en lui.
Certains misèrent sur son succès.
C'était sans compter l'image toujours présente d'Hélène de Maurecourt dans les murs du château...

Un jour, alors qu'elle ruminait chez elle dans sa luxueuse maison de la haute ville, toute la rancoeur d'avoir été congédié en public du chateau par un Rheomar passablement éméché, elle reçu la visite d'Enguerrand.
Celui qu'elle pensait être un obstacle à ses projets d'épousailles tardives se montra étonnamment tendre, charmant et compréhensif. Il avait eu vent de l'affront qu'elle avait subit et venait s'enquérir de l'état de son coeur.
Adorable, il alla même jusqu'à comparer son élégance avec celle de sa propre mère, dont la beauté restait figée à jamais car décédée avant d'atteindre les trente printemps, et en soulignant habilement toute la noblesse du maintien gracieux de Gabriella.
La comparaison flatteuse, le fait de voir en elle de la noblesse, des mains qui se frôlent, une chevelure relevée pour qu'il contemple sa nuque (qu'il jugeait en tout point admirable) plus le ressentiment toujours vif envers Rheomar conduisit à ce qu'elle entraine Enguerrand dans des draps de satin, chose qu'il souhaitait ardemment de ses yeux affectueux et brillants. Enguerrand, pas tout à fait adulte, avoua son inexpérience et s'en remettait à elle...
Gabriella savourait l'instant en compagnie de son jeune éphèbe : elle était femme, amante, experte, désirée et désirable. Grisée, maitresse femme, elle avait en son pouvoir l'autre Aversin, qui lui donnait plus de considération qu'elle n'en avait jamais eu dans les râles lourds du père, s'endormant après sa besogne accomplie.
Le garçon se montra un élève studieux, appliqué et doué. Pas particulièrement doté par la nature, ni d'une stature lui permettant de dominer physiquement sa partenaire, il expérimentait avec brio toutes les étapes des délices dont beaucoup d'hommes se fichait, concentré qu'ils sont sur leurs propres plaisirs et l'illusion de leur virilité. Enguerrand voulait tout savoir du désir et du plaisir féminin.

Se voyant assez fréquemment, Gabriella eut la surprise de se croire amoureuse. La déconvenue fut de taille quand le masque tomba. D'une froideur qu'il avait longtemps caché, il lui affirma qu'elle ne pourrait jamais prendre la place d'épouse du Lord, que ce soit l'actuel... ou le prochain. Cependant, Enguerrand lui assura quelques garanties : il veillerait à ce qu'elle ne manque de rien, il acheterait des dépendances voisines pour agrandir sa maison et s'assurerait que son nom ne soit pas oublié des listes d'invités des événements mondains. Elle aimait cet univers chamarré et illusoire, qu'importe la souffrance qu'elle nourrissait de ne point être née noble.
Ce qu'il lui donnait, il pouvait lui reprendre. Elle devait tout lui dire des allées et venues de personnes influentes dans la région et ne jamais se présenter au château sans sa permission... Gabriella comprenait qu'il n'avait pas besoin d'une stature d'ogre pour la dominer.

Quelques mois plus tard, la maison de Gabriella devenait un endroit très en vue, uniquement accessible aux nobles ou aux plus fortunés et l'on venait parfois de loin pour assister à des spectacles prisées, consommer les meilleurs vins du domaine et trouver du reconfort auprès de jeunes femmes accortes triés sur le volet. La mécanique était parfaitement huilé, Gabriella assouvissait son besoin d'être et d'exister dans les hautes sphères et s'assurait de l'éducation et du savoir être de celles qu'elle hébergeait.
Les moins capables d'esprits se voyait reléguer à tarifer leur corps au tout venant dans des auberges secondaires. Cette perspective représentait une peur certaine chez les candidates qui aspirait au train de vie de la maison Lorimorr : le dur retour à la réalité se faisait invariablement en étant enfermée avec un type effrayant qu'on appelait "La Vérole".
Brisées, humiliés, salies, elle n'en ressortait pas indemne. gardant l'écoeurant souvenir du contact charnel de cet homme et la promesse d'une mort atroce si d'aventures elles osaient colporter l'identité du véritable propriétaire des lieux, qu'elles voyaient venir parfois assez tard, accompagner de ses invités ou pour parler de la tenue de l'établissement avec Dame Gabriella.
"Seuls les singes et les pitres sollicitent l'applaudissement" Tywin Lannister

darkbaron
Vénérable
Messages : 3968
Inscription : 07 déc. 2012, 22:27
Contact :

Re: [Trône de Fer] Enguerrand Aversin

Message : # 14137Message darkbaron
19 mars 2013, 18:45

Quel vilain personnage... Je pense que pour représenter ta maison de plaisirs, il doit y avoir quelques éléments à prendre.
Prendre "guilde" pour le domaine me semble effectivement adapté, mais il n'y aura pas que ça...

Concernant les avantages, "héritier" existe, donc il faudra le prendre.

darkbaron
Vénérable
Messages : 3968
Inscription : 07 déc. 2012, 22:27
Contact :

Re: [Trône de Fer] Enguerrand Aversin

Message : # 16503Message darkbaron
07 mai 2013, 21:35

Tu as une idée des Avantages que tu veux ou tu as d'autres pistes que tu voudrais explorer sur ton personnage ?

Répondre