[Symbaroum 2.1] Rencontre aux Salons de Symbaroum

MJ NaislEater

Modérateur : NailsEater

Avatar de l’utilisateur
Madennig
Vénérable
Messages : 1019
Inscription : 10 mars 2018, 19:38

Re: [Symbaroum 2.1] Rencontre aux Salons de Symbaroum

Message : # 64470Message Madennig
16 avr. 2018, 15:46

Verama suivait du regard les gestes raffinés de son hôte, presque curieuse et sursauta un peu quand le martinet claqua.
Mais quand la question sur ce qui l'amenait ici arriva, elle détourna le regard pour observer encore un autre ustensile.

"Une course à faire... "

Elle se sentait assez évasive, et ne voulait tout de même pas vexer Heidi. Alors, elle reprit doucement.

"Je m'appelle Verama du clan Baïaga."

Puis s'approchant du martinet, elle passa ses doigts entre les lanières de cuir, presque hypnotisée par ces derniers.

"Je n'ai jamais vu un tel objet... "

Elle imagina un instant des coutures de paille et de mousse sur ses morceaux de cuir.
Quittant cette vision, elle soupira. Son regard prit à nouveau le temps de se gorger de la lumière écarlate de la pièce et ses doigts quittèrent la chevelure du martinet.


"Alors, tu es certaine qu'il n'est pas possible de dormir ici ? On peut s'y reposer seulement, mais sans dormir.... Où peut-on dormir dans ce cas ?"
Maden(n)ig. OdE - La Forêt Engloutie
Verema. Symbaroum - Le Courroux du Gardien

Avatar de l’utilisateur
Casaïr
Vénérable
Messages : 4080
Inscription : 28 avr. 2015, 19:10
Localisation : Arlon, Belgique

Re: [Symbaroum 2.1] Rencontre aux Salons de Symbaroum

Message : # 64471Message Casaïr
16 avr. 2018, 16:11

Elle avait l'air tellement perdue.

Si jeune, si touchante.

Je devais batailler dur pour ne pas faire quelque chose qui serait totalement en rapport avec l'endroit mais qui ne serait sans doute pas compris par... Verama alors. Je repris doucement l'objet du délit d'entre les mains fines de la jeune barbare.

"Hélas non, ici point de repos. De l'amusement, ça oui. Pour ceux qui recherchent ce genre de compagnie, précisais-je. Mais tu as de la chance de tomber sur moi -façon de parler, bien sûr. Je connais Fort Chardon comme ma poche, ça fait deux ans que je vis ici maintenant et..."

Je m'interrompis en entendant cavaler dans le couloir, bruits de pas précipités accompagnés de gloussements enfantins. D'un coup, la porte s'ouvrit avec fracas et une tornade blonde aux yeux d'émeraude me sauta au cou.

"MAMAAAAAAAAAAAN !!"
"Doucement, doucement, lui dis-je en riant. Je t'ai déjà dit de ne pas ouvrir les portes aussi brutalement, tu pourrais casser quelque chose."

Évidemment, la fillette n'écoutait déjà plus ce que je disais, dévisageant Verama avec des yeux ronds, du même vert que les miens, et la bouche ouverte sur un "ho" muet de stupeur et de curiosité mélangées. Je soupirais en levant les yeux au ciel.

"Fjola, je te présente une nouvelle amie, Verama. Verama, voici ma fille, Fjola, qui vient tout juste d'avoir cinq ans."

Je regardais par en dessous la barbare. À chaque fois que j'annonçais à quelqu'un que j'étais déjà maman à tout juste vingt ans, cela avait tendance à changer leur regard sur moi. Et les questions muettes, du genre "Mais où est son père ?" se faisaient immédiatement ressentir. Je ne leur en tenais pas rigueur, c'était aussi un bon moyen de jauger ceux qui désiraient graviter autour de moi. De trier en somme.

Apollon arriva bientôt avec un plateau de biscuits aux noix et une nouvelle jarre de thé et failli bousculer mon garde en repartant. Vêtu d'une armure complète qui ne laissait même pas paraître ses yeux, il se tenait là, juste à l'extérieur de la chambre, nous couvant, Fjola et moi du regard.

"Ne t'inquiète pas, lui dis-je. Tu peux rester à la porte."

Il acquiesça de la tête avant de la fermer après le départ d'Apollon.

"Il n'est pas très bavard mais sa présence est rassurante. Il veille sur ma fille lorsque je ne suis pas en mesure de le faire."

Fjola, elle, était déjà en train de sauter sur le lit. Je l'attrapais d'un geste vif avant de lui chatouiller les côtes, déclenchant son hilarité.

"Combien de fois dois-je te dire de ne pas sauter sur le lit, mon cœur ? Allez, on mange un peu et après on va faire un tour, d'accord ? Verama doit trouver un endroit où dormir."

Je m'arrêtais et regardais la barbare.

"Tu as de l'argent sur toi ? Cela m'aiderait à trouver un endroit convenable qui te convienne."
Il est toujours utile d'affronter un ennemi prêt à mourir pour son pays. Vous avez en définitive, lui comme vous, le même objectif en tête.

- Terry Pratchett, Va-t-en-guerre.

Avatar de l’utilisateur
Madennig
Vénérable
Messages : 1019
Inscription : 10 mars 2018, 19:38

Re: [Symbaroum 2.1] Rencontre aux Salons de Symbaroum

Message : # 64472Message Madennig
16 avr. 2018, 16:27

Toute cette joie, et ces bruits, ces voix, ces mouvements donnèrent un peu le tournis à Verama qui ne savait plus sur quoi se concentrer. Elle n'était plus sûre de ce qu'elle avait entendu, ni de ce qu'elle avait vraiment vu, quand Heidi posa à nouveau une question qui lui était adressée. Ses yeux ronds et noirs s'étaient posés sur le garde, sur Apollon et maintenant sur la petite fille, si minuscule.
Enfin, pour la première fois, elle fit un presque-sourire, mais à l'enfant.

Elle en oublia de répondre, toujours debout au milieu de la pièce, absorbée dans la contemplation de l'énergie vive et pure de la petite fille.

Enfin, après quelques secondes, elle revint à elle et à Heidi. Son sourire s'effaça.


"Je crois qu'il me reste... un Shilling... Ce n'est pas beaucoup. Mais j'espère trouver de quoi travailler demain."
Maden(n)ig. OdE - La Forêt Engloutie
Verema. Symbaroum - Le Courroux du Gardien

Avatar de l’utilisateur
Casaïr
Vénérable
Messages : 4080
Inscription : 28 avr. 2015, 19:10
Localisation : Arlon, Belgique

Re: [Symbaroum 2.1] Rencontre aux Salons de Symbaroum

Message : # 64473Message Casaïr
16 avr. 2018, 16:40

Si je m'étais attendue à davantage de réaction de la part de Verama, je devais bien admettre que j'en fus pour mes frais.

"Tu sais, il va falloir te dérider un peu, t'encanailler même !"
"C'est quoi s'encanailler, maman ?"
"C'est... S'amuser. Un peu comme nous mais entre grandes personnes."

Gérer deux enfants en même temps. La situation s'y prêtait étonnamment bien. Je revins à la question pécunière.

"Un shilling, tu ne feras rien de bon avec ça. Je te proposerais bien de dormir dans les dortoirs de la garde, mais... une fille seule... Il vaut mieux se méfier."

Je n'eus pas longtemps à réfléchir.

"Je te propose ceci : je t'héberge quelques temps, jusqu'à ce que tu aies de quoi te loger toi-même. En attendant, on partage le ménage et la vaisselle. Et comme ça, je te ferais visiter la ville, qu'en dis-tu ? Je n'habite pas très loin d'ici, en quelques minutes nous pouvons poser tes affaires."

Je me levais en rajustant ma robe, terminais de me préparer en accrochant mes boucles d'oreilles. Je tendis la main à la jeune fille qui se tenait devant moi, comme un reflet de qui j'étais il n'y a pas si longtemps.

"Tu n'as pas besoin de réfléchir. J'ai été comme toi à un moment, totalement perdue. Et si on ne m'avait pas aidé, qui sait où je serais aujourd'hui ?"
Il est toujours utile d'affronter un ennemi prêt à mourir pour son pays. Vous avez en définitive, lui comme vous, le même objectif en tête.

- Terry Pratchett, Va-t-en-guerre.

Avatar de l’utilisateur
Madennig
Vénérable
Messages : 1019
Inscription : 10 mars 2018, 19:38

Re: [Symbaroum 2.1] Rencontre aux Salons de Symbaroum

Message : # 64474Message Madennig
16 avr. 2018, 17:14

Qui mieux qu'une apprentie sorcière pouvait croire aux signes du Destin ? Alors qu'elle entendait parler Heidi, elle ne pouvait s’empêcher de se sentir soulagée, pour la première fois depuis qu'elle avait quitté son village. Jusqu'à maintenant, elle n'avait fait qu'être vigilante, pour ne rien manquer sur la route qui pourrait lui indiquer sa propre voie. Enfin, là, tout prenait forme. Du moins, un début de forme.
Et c'est sans attendre davantage qu'elle acquiesça vivement, même si elle ne savait pas quoi faire de la main tendue de sa bienfaitrice.
Elle arbora un visage encore saisi d'étonnement, bien que le reste de son corps resta immobile.


"Puisque tu as besoin de quelqu'un pour s'occuper de ta fille, tu pourras aussi me la confier quand ce sera nécessaire. Je m'occupais parfois des jeunes de mon village."

Elle oubliait de préciser un détail, mais sur l'instant, elle préférait s'intéresser à celle qui était en train de lui éviter de dormir dans une ruelle sombre d'une ville totalement inconnue.


"Tu étais perdue...? Tu... D'où viens-tu ?"
Maden(n)ig. OdE - La Forêt Engloutie
Verema. Symbaroum - Le Courroux du Gardien

Avatar de l’utilisateur
Casaïr
Vénérable
Messages : 4080
Inscription : 28 avr. 2015, 19:10
Localisation : Arlon, Belgique

Re: [Symbaroum 2.1] Rencontre aux Salons de Symbaroum

Message : # 64475Message Casaïr
16 avr. 2018, 17:32

"Ho, tu sais..."

Je vis à son air perplexe que non, elle ne savait pas. Je l'entrainais à ma suite, dans le couloir puis dans l'escalier pour redescendre, suivi par mon garde de très près.

"L'important n'est pas tellement où j'étais, repris-je, évasive. Je suis tombé éperdument amoureuse -et enceinte- d'un garçon alors que je n'avais que quatorze ans. Seulement, je n'avais pas prévu que ses sentiments pour moi changeraient autant en apprenant qu'il deviendrait papa. Et ma famille..."

Je soupirais.

"Ma famille ne m'a jamais soutenu. Alors, je suis partie pour élever mon enfant ailleurs, et surtout loin de ces hypocrites. Comme j'ai une bonne mémoire, une jolie voix et que j'aime raconter des histoires, je suis devenue conteuse, et je gagne ma vie ainsi."

Une fois dehors, je pris un instant pour ressentir les pavés sous mes pieds nus. Fjola m'imita, inspirant comme je le faisais. Je souris à mon bout de chou, ébouriffais sa crinière pour l'asticoter avant de reprendre la route et la parole.

"Si tu veux, je pourrais te prêter quelques vêtements. Il faudra peut-être les réajuster, dis-je en lorgnant sur sa poitrine et ses hanches, mais cela t'évitera de dépenser toute ta première paie là-dedans. Ce n'est pas l'idéal, et il est possible que mes goûts ne te conviennent pas, mais dans un premier temps, c'est encore le plus simple."
Il est toujours utile d'affronter un ennemi prêt à mourir pour son pays. Vous avez en définitive, lui comme vous, le même objectif en tête.

- Terry Pratchett, Va-t-en-guerre.

Avatar de l’utilisateur
Madennig
Vénérable
Messages : 1019
Inscription : 10 mars 2018, 19:38

Re: [Symbaroum 2.1] Rencontre aux Salons de Symbaroum

Message : # 64478Message Madennig
16 avr. 2018, 18:42

Sur tout le chemin jusqu'à la sortie des Salons, Verama écouta chaque détail de l'histoire de Heidi, même si les tables et les gens autour restaient bien bruyantes. Ça ne comptait pas.
Une fois dehors, elle fut étonnée de voir leurs pieds nus. Si étonnée, qu'elle jeta un coup d’œil au garde pour vérifier si lui aussi avait oublié ses bottes. On lui avait pourtant dit qu'en ville on ne marchait pas nus pieds...

Puis les remarques vestimentaires la déstabilisèrent quelque peu. Devait-elle vraiment ressembler à un habitant d'Ambria ? Des barbares vivaient ici aussi... Mais elle se contenta d'acquiescer encore. Il ne s'agissait pas de contrarier qui que ce soit ce soir.


"Cela semble bien difficile ce que vous avez vécu."

Peu à peu la réalité de cette ville reprenait le dessus sur le calme et la concentration de Verama. Et elle oubliait déjà tout ce qu'elle aurait pu dire.
Elle regarda un instant, Adelheïd, dans les yeux. Prise d'une panique intérieure. Au point que son regard commençait à ressembler à une supplique...
Maden(n)ig. OdE - La Forêt Engloutie
Verema. Symbaroum - Le Courroux du Gardien

Avatar de l’utilisateur
Casaïr
Vénérable
Messages : 4080
Inscription : 28 avr. 2015, 19:10
Localisation : Arlon, Belgique

Re: [Symbaroum 2.1] Rencontre aux Salons de Symbaroum

Message : # 64483Message Casaïr
16 avr. 2018, 19:17

"Ça n'a pas toujours été facile", concédais-je avant de voir sa mine changer du tout au tout.

Il me fallut un moment pour comprendre que la ville, le monde (et Fort Chardon était une ville plutôt bien remplie) pouvaient constituer une gêne pour Verama. Je glissais mon bras sous le sien, la rapprochant d'autant plus de moi. Je fixais mes pupilles émeraudes aux siennes, tellement sombres qu'on aurait dit une nuit d'encre, et lui souris gentiment.

"Ne crains rien, on va aller chez moi, et tu pourras souffler."

Je l'entrainais ainsi à l'Est de la place du Crapaud et prendre la rue qui menait jusqu'à l'auberge de la Bière Noire, bifurquais juste avant de voir l'établissement pour emprunter une ruelle plus petite. Je m'arrêtais rapidement devant une porte que j'ouvris et qui donnait ainsi sur un escalier montant sur deux étages, franchis celle sur le premier palier. Le garde, lui, ne rentra pas.

"Bienvenue chez moi !" dis-je de façon théâtrale.

C'était une pièce assez grande, aménagée de façon à ce que Fjola ait son petit nid à elle face à mon lit au bout duquel se trouvait un grand coffre à fermoir de bronze. Dans un coin l'on pouvait trouver une vasque de bois et une jarre d'eau pour nos ablutions, dans un autre il y avait une table et trois chaises à côté de ce qu'il fallait bien qualifier de cuisine.

"Je sais que ça ne paie pas de mine, mais c'est mon petit nid d'amour. Enfin, c'est plutôt les Salons mon... Bref."

J'abrégeais une conversation qui passait totalement au dessus de la tête de la jeune barbare à qui j'allais devoir apprendre certaines choses. Je lui indiquais une place près de nos lits, suffisamment grand pour ajouter une paillasse supplémentaire afin qu'elle puisse y déposer ses affaires.

"Et maintenant, par quoi souhaites-tu que l'on commence ? Si tu as besoin de quoi que ce soit, je dois pouvoir t'aider."
Dernière modification par Casaïr le 16 avr. 2018, 20:02, modifié 1 fois.
Il est toujours utile d'affronter un ennemi prêt à mourir pour son pays. Vous avez en définitive, lui comme vous, le même objectif en tête.

- Terry Pratchett, Va-t-en-guerre.

Avatar de l’utilisateur
Madennig
Vénérable
Messages : 1019
Inscription : 10 mars 2018, 19:38

Re: [Symbaroum 2.1] Rencontre aux Salons de Symbaroum

Message : # 64487Message Madennig
16 avr. 2018, 19:50

Le cocon arriva juste à temps et réconforta assez vite Verama. Elle resta juste à l'entrée quelques minutes, le temps d'observer chaque détail. C'était essentiel pour elle... Heidi finirait par s'apercevoir que cela s'apparentait à un rituel. Ensuite, elle posa son sac dans le coin qui lui était alloué, et défit son sac de couchage, puis sa cape. Elle n'avait rien dit sur le chemin, rien dans les escalier, et rien en entrant.
Elle finit par s'asseoir sur le sol couvert de son sac de couchage et une couverture.

Elle renvoya un nouveau presque-sourire à la petite enfant qui devait bien se demander qui squattait sa maison ce soir.


"C'est très bien." dit-elle enfin.

"Je vous remercie toutes les deux, pour cet accueil. Votre hospitalité me touche très profondément."

Elle retira un de ses fétiches qui lui pendaient autour du cou. Il ressemblait à un petit animal à quatre pattes, couvert d'une fourrure de mousse séchée. Elle lui offrir un baiser, et le posa sur son front ensuite en fermant les yeux. Ses lèvres bougèrent mais aucun son ne sortit. Enfin, elle le posa sur le repli de couverture.
Et elle commença à délacer ses bottes. Sous sa robe, elle avait encore un pantalon.


"J'ai fait un si long voyage, j'ai traversé tant de villages... Maintenant que je suis à destination, j'aimerais tant dormir pour de vrai. Toutes ces semaines de voyage ne m'ont pas permis de dormir en toute confiance... Demain, j'aimerai trouver un moyen de prendre un bain, laver mes vêtements, et aller rencontrer les Barbares qui vivent ici. Ils m'aideront à trouver du travail."

"Demain soir, j'espère ramener à manger pour nous... Où travailles-tu habituellement, Heidi ?"


Et la première botte fut retirée.
Maden(n)ig. OdE - La Forêt Engloutie
Verema. Symbaroum - Le Courroux du Gardien

Avatar de l’utilisateur
Casaïr
Vénérable
Messages : 4080
Inscription : 28 avr. 2015, 19:10
Localisation : Arlon, Belgique

Re: [Symbaroum 2.1] Rencontre aux Salons de Symbaroum

Message : # 64490Message Casaïr
16 avr. 2018, 20:38

Comme Verama s'installait, je sortis de mon coffre une couverture supplémentaire tandis que Fjola courait chercher sa poupée de chiffon préférée pour la montrer à notre invitée.

"Elle s'appelle Bodil ! Elle me protège la nuit, même qu'elle a une épée en feu !"
"Doucement, notre amie est fatiguée, ce n'est pas le moment pour lui raconter tes rêves."

La fillette haussa les épaules avant de grimper sur une chaise et attraper un fruit sur la table. Je profitais de cette pause bienvenue pour répondre à Verama.

"Je travaille principalement aux Salons, mais pas comme hôtesse. Je m'y installe avec mon cistre et mon tambourin et je raconte des histoires aux clients -avec une tenue adaptée pour l'endroit, concédais-je avec un sourire. Il m'arrive aussi d'aller du côté de l'Odovakar. Je connais quelques contes barbares qui plaisent bien là-bas. Il arrive même que j'aille travailler à la louche ailée, mais ce n'est pas tout à fait le même train de vie : il faut être noble pour aller y manger, et je n'ai pas vraiment le style vestimentaire qui va avec."

"Pour ta lessive, j'ai un bac et du savon, on pourra aller un peu plus loin, il y a une petite place où on se réunis pour jaser et laver notre linge."

Pas sûre que cela soit tout à fait de ton goût, songeais-je en regardant la jeune femme. Je m'assis en tailleur face à elle, fis jouer mes épaules nouées.

"Demain je pourrais t'emmener à l'Odovakar, ils sauront t'aider j'imagine. La tenancière est une crème. Je veux dire par là qu'elle est gentille", rectifiais-je. "Et pour ta toilette, il y a bien un établissement de bains publics, mais avec le peu d'argent dont tu disposes, il vaut mieux oublier dans l'immédiat. Mais mon eau est à ta disposition et est gratuite, elle."

Je m'apprêtais à me relever avant de m'approcher de Verama et de la prendre dans mes bras.

"Je ne sais ce qui t'amène ici, mais si tu as besoin d'une amie, tu peux compter sur moi." Je me reculais avant de lui adresser un clin d'œil. "Désolée, je suis plutôt tactile, j'aime bien toucher les gens que j'apprécie. Il va falloir que je file, si tu veux bien garder Fjola, tu seras un amour. Quant à moi, je vais être en retard pour ma prestation aux Salons, je reviens vite."

J'embrassais Fjola bien fort sur la joue puis sur le front avant de dire au revoir à tout le monde et de confier ma fille aux bons soins de Verama.
Dernière modification par Casaïr le 17 avr. 2018, 11:27, modifié 3 fois.
Il est toujours utile d'affronter un ennemi prêt à mourir pour son pays. Vous avez en définitive, lui comme vous, le même objectif en tête.

- Terry Pratchett, Va-t-en-guerre.

Verrouillé