[PEC] - BOTTTOS Chap V - Jusqu'au commencement

Campagne de Crépuscule (2010-2013)
Avatar de l’utilisateur
Iris
Grand Ancien
Messages : 16863
Inscription : 14 févr. 2011, 17:31
Localisation : Nord-Est de Lyon
Contact :

Pas sûre de pouvoir vraiment agir

Message : # 26579Message Iris
30 sept. 2013, 09:01

Lucrèce perdit conscience... et pendant un temps... tout allait bien...

... mais comme la première chose dont elle prit conscience à son éveil fut un ventre qui grossissait à vue d'oeil et valait largement une vision tirée d'Alien, ... il était évident que le cauchemar reprenait de plus belle... C'était toujours comme ça... l'horreur, puis un apaisement temporaire... et de nouveau le pire...

... il devait être aux alentours de septembre... et elle n'aurait pas le loisir de s'interroger sur l'opportunité d'accoucher en pleine nature...

Une pensée sombre à l'égard de Zoréo, de tout le monde en fait, mais dans l'immédiat, elle voulait juste que la douleur cesse. Ses vêtements n'étaient pas appropriés pour une femme enceinte, se distendaient ou la serraient douloureusement...

A court terme, la douleur physique prenait le pas sur celle psychique. Ses ongles trop longs la gênaient pour défaire son pantalon, et elle se griffait et se blessait superficiellement, entre sanglots, gémissements et cris de douleur aigüe.
Meneuse : Ombres d'Esteren | Dragons
Joueuse : /

Crépuscule
Mathusalem
Messages : 5542
Inscription : 17 févr. 2011, 17:16

Re: [PEC] - BOTTTOS Chap V - Jusqu'au commencement

Message : # 26762Message Crépuscule
03 oct. 2013, 02:40

Zoréo avait roulé dans un coin de la tour ... quand il revint vers eux, c'était une boule de poil en pullover, touffus, dont on ne voyait plus les yeux ou les membres cachés sous une longue poilure (comme dirait ma fille ^^). Il va sans dire que c'est en ralânt qu'il se rapprocha, encore plus quand il regarda la longueur de ses griffes. En quelques coups de dents, il se fit une manucure impéccable.

Pendant ce temps, Ben intervint auprès de Lucrèce :

"Lucrèce, laisse moi faire."


Le pantalon était si tendu à la taille qu'il n'eut d'autre choix que de sortir un couteau et de fendre avec prudence mais d'un geste précis le tissu depuis la fente où se trouvait le bouton jusqu'au bord. Il libéra bien la place pour ne pas que le ventre reste comprimé, quitte à entailler sans hésitation ses sous vêtement s'il le fallait. Il libéra aussi de la place au niveau du haut. Un fois fait, il ota son manteau long et couvrit Lucrèce.

Zoréo avait entre temps dis à Maig de se laisser faire, et il lui rongea à son tour les ongles, avant de s'occuper de ceux de Lucrèce.

"Tu parles de dieux! Ils sont pas immortels, je suis sûr que s'ils mettent un pied dehors, il tombe en poussière, ils se sont emprisonnés eux-mêmes dans leur palais ... si tu veux mon conseil la rouquine, ne remet jamais les pieds là bas... ** regardant à l'extérieur de la tour ** Mmm ça sent l'automne."

"Oui on est le 3 octobre ... mais on parlera du temps plus tard, il faut l'emmener à l'hôpital le plus proche. Il y en a un à Glastonbury tout près d'ici, à même pas dix minutes. La voiture est juste là "

Ben pris Lucrèce dans ses bras, un bras sous les jambes, l'autre sous les bras, telle une mariée ... avec ses 10 nouveaux kilos en plus. Effectivement, une BMW noire était 'garée' à une dizaine de mètres dans la côte, des mottes de terres arrachée sous les pneus et la calandre en partie enfoncée, un phare brisée. Il demanda à Maig de lui ouvrir la porte et il installa Lucrèce à l'arrière puis prit le volant.

La descente 'hors piste' fut loin d'être agréable pour Lucrèce, régulièrement secouée, des contractions commençaient à se faire sentir, de plus en plus forte. Ben, arrivé en bas du Tor vira près de l'entrée, roulant sur une puis deux barrières en bois précédemment défoncée. (A tout évidence, il était arrivé de toute urgence et n'avait pas fait dans la finesse). Une fois sur le goudron de la petite route de campagne, pas plus large qu'une voiture, bordée par des hautes haies de chaque côté, la BM fonça.
Pour les curieux, faites le parcours en street view ... vous verrez la route perdue que c'est :
https://maps.google.fr/maps?saddr=Glast ... ,,0,0&z=14

Vous avez vu .. on a commencé en jeu et irl en décembre et on se retrouve de nouveau dans une concordance temporelle pour le final ... dingue non :)


Zoréo était près de Lucrèce et avait sa main posé sur elle, elle sentait un regain de vigueur, elle se sentait plus endurante, mais cela n'enlevait en rien l'intensité des douleurs. Maig quant à elle, assise à l'avant, vit une carte postale posée dans une case du tableau de bord avec le Tor. Ben lui dit de la tourner. A l'arrière, était juste écrit, d'une écriture étrange, comme des traces de charbon, la date et l'heure exacte où ils étaient arrivés, à en croire l'heure affichée dans la voiture.

"J'ai trouvé ça sur mon bureau ce matin. Incroyable n'est ce pas ?"

Lucrèce souffrait trop pour se préoccuper d'autre chose, elle ne souhaitait qu'une chose, c'est que ça s'arrête, que tout ça s'arrête. Elle n'était pas loin de tourner de l'oeil ... c'était trop dur, elle ne tiendrait jamais jusqu'à l'hôpital

Par chance la route était déserte. La voiture montait une côte, roulant à vive allure. Soudain les branches des grand arbustes longeant la route s'allongèrent et formèrent une barrière. Ben n'eut d'autre choix que de quitter la route par un chemin d'accès à un pré et rapidement, la voiture cessa d'avancer. De l'herbe et des racines avait poussée subittement et bloquait les roues. Les racines continuaient de grandir et s'enroulaient et s'insinuaient partout. Elles commençaient à démonter la voiture, forçant les portes et tordant la carroserie. Des lianes les saississaient de partout, trop nombreuses pour parvenir à se défaire de toutes.

Tout autour de la voiture, la végétation s'était étendue de manière halucinante, des murailles de ronces et de lierres s'étaient levés, c'était une véritable forteresse sauvage et végétale qui s'était formée.

Lucrèce était à présent extraite de la voiture, les lianes formant sous un lit couvert de mousse, les plantes la positionnant dans la position appropriée. Elle sentit des racines rentrer en symbiose avec elle dans son dos, et enfin depuis sa colonne se propogea une substance soulageant ses douleurs. Une sphère de lyserons se forma autour de son lit, l'isolant, tandis que d'autres racines s'étaient introduites sous ses vêtements et les avaient lacérés, évacuant les lambeaux de tissus en continuant de se propager. Lucrèce était dans un état de conscience partielle.

En dehors de la bulle occultant l'accouchement, les trois autres passagers avaient aussi été extraits. Ben et Zoréo étaient libéré mais Maig restait maintenu aux chevilles et aux poignets, et une cage de ronces se formait tout autour d'elle, des lianes commençaient même à la baillonner .. à moins qu'elles ne tentent de l'étouffer, en tout cas, Maig avait de quoi s'inquiéter et était impuissante face à cette puissance végétale.

Du côté de Lucrèce, des racines s'étaient déployées sur son ventre, et des impulsions, comme de petites décharges, déclenchaient à présent la contraction des muscles appropriés, poussant l'enfant hors de son corps. Après plusieurs minutes de travail, la tête du nouveau-né apparaissait. Encore quelques minutes et des lianes purent saisir l'enfant et finir de le sortir, le déposant dans un berceau de mousse, le cordon fit pincer puis coupé. Les plantes finirent de s'occuper de Lucrèce tandis que le berceau glissa par l'ondulation du tapis de verdure vers la paroi de la sphère qui s'écarta pour laisser passer le bambin jusqu'au pied de Ben.

Quant à Lucrèce, à présent, les plantes l'avait allongé bien droite et une robe végétale l'avait recouverte, faite de longues et fines feuilles entremêlées. A présent elle le sentait, elle allait s'endormir, pour longtemps. Les plantes étaient les seules à la comprendre, du moins s'était son impression sur le moment, et elle était l'aider à la couper du reste du monde, dans un sommeil paisible, éternel... sans autres soucis. Elle n'avait qu'à se laisser aller, s'assoupir, ne pas lutter.
Dernière ligne droite, tu n'as plus qu'à décider si tu laisses ton inconscient prendre le relai et confier ta vie à tes amies les plantes ou si tu refuses cette paix, que tu veux t'accrocher à ta conscience, à moins que ce soit un début d'instinct maternel que tu n'aurais pas imaginé que fait subittement surface et lutte pour ne pas laisser le fruit de ta chair être emmené loin de toi ... bref à toi de voir, et après en avant pour la conclusion ... ton "Ever after" bien mérité ... :)
MJ:Warhammer, MektonZ
PJ:[AdC] Agent Irish

Ainsi que d'innombrables PJ sacrifiés sur l'autel de la Fortune, Impératrice des Mondes ...

Avatar de l’utilisateur
Iris
Grand Ancien
Messages : 16863
Inscription : 14 févr. 2011, 17:31
Localisation : Nord-Est de Lyon
Contact :

L'An Zéro éthorien, hum...

Message : # 26809Message Iris
03 oct. 2013, 19:58

Lucrèce avait subi l'essentiel des événements à peine consciente... l'agent Norton était revenu... ?... tiens oui, ça faisait plusieurs mois... octobre... elle était peut-être nulle en calcul, mais ça devait vouloir dire possiblement une grossesse qui dépassait les 9 mois, non ?... fin décembre... peu importe... mais il n'avait pas dû rester planté là tout ce temps... Pourquoi était-il là ?...

C'était l'automne, une bonne saison pour s'endormir avec le reste de la végétation, de toute façon, elle n'était pas vraiment humaine, elle pouvait aussi vivre comme une bête sauvage, à mi-chemin entre animal et végétal. Dormir et laisser tout s'écouler.

Elle décida de s'accorder un sursit avant de s'éteindre pour l'éternité, de s'endormir pour que le cauchemar de sa vie éveillée cesse.

... et donc elle intima un "attendre" à ses chères plantes qui essayaient toujours de faire pour le mieux...

... son enfant... c'était bizarre, son enfant à elle... elle ne savait même pas si c'était une fille ou un garçon... et vu le cauchemar qu'elle vivait elle ne savait quoi en faire... Elle aurait du mal à accepter que quelqu'un d'autre le récupère, de même qu'elle ne se voyait pas l'élever. Elle ne se voyait pas vraiment d'avenir... En fait, elle n'en avait pas...

" Agent Norton... Ben... pourquoi étais-tu là ? "

Elle pointait à peine le nez hors de son nid et regardait cet enfant dans son berceau sans savoir quoi faire... quelle décision serait la moins mauvaise... si elle n'avait pas de futur, pouvait-elle éventuellement influer sur le petit monstre qui avait tué Luther et lui coûter la vie à elle aussi ? A peine né et déjà un tel poids sur sa vie... le pauvre...

... par contre aucune pensée pour Maig... la malheureuse était le cadet de ses soucis...
Meneuse : Ombres d'Esteren | Dragons
Joueuse : /

Crépuscule
Mathusalem
Messages : 5542
Inscription : 17 févr. 2011, 17:16

Re: [PEC] - BOTTTOS Chap V - Jusqu'au commencement

Message : # 26812Message Crépuscule
03 oct. 2013, 20:17

Les plantes libérèrent Lucrèce. Devant elle la sphère s' ouvrit pour la laisser passer, dans sa robe végétale, telle une princesse de la Nature. Elle vient que l'enfant était un garçon.

Il était plutôt calme, jouant resserrant d'attraper de ses mains les tiges surplombant son berceau. Il gazouillait et était souriant (chose assez inhabituel pour un nouveau né)

«J'ai trouvé ce matin sur mon bureau une carte postale du Tor, avec comme message uniquement la date d' aujourd'hui et l'heure... L'heure à laquelle vous êtes arrivés. Je suis parti sur le champ.

Ce n'est pas vous qui m'avez averti? Et toi comment te sens tu?»
MJ:Warhammer, MektonZ
PJ:[AdC] Agent Irish

Ainsi que d'innombrables PJ sacrifiés sur l'autel de la Fortune, Impératrice des Mondes ...

Avatar de l’utilisateur
Iris
Grand Ancien
Messages : 16863
Inscription : 14 févr. 2011, 17:31
Localisation : Nord-Est de Lyon
Contact :

Re: [PEC] - BOTTTOS Chap V - Jusqu'au commencement

Message : # 26813Message Iris
03 oct. 2013, 20:29

Avait-elle l'air d'avoir averti qui que ce soit ?

... et cet enfant qui gazouillait... elle n'y connaissait pas grand-chose en bébé, mais jusqu'ici, dans les reportages et fictions, ils étaient fripés et occupés à pleurer...

" Aucun de nous ne vous a prévenu. Si j'avais su que je ressortirais sur le point d'accoucher, je... peu importe... Que disait la carte ? Juste l'heure et la date ? "

Songeuse...

" Je ne sais pas qui s'est encore mêlé de ma vie... pour ce qui en reste... j'imagine que les Ethoriens de l'autre dimension..."

" Armis est mort..."

" Les hommes qui nous avaient attaqué, c'étaient des Ethoriens d'une dimension parallèle, ceux de celle-ci sont tous morts. Ils veulent cet enfant, parce qu'il a deux parents qui avaient des pouvoirs différents... "

Et de se remettre à pleurer en imaginant encore tous les malheurs qui l'attendaient, elle et cet enfant...
Métajeu a écrit :Et Zoréo, pas d'avis ? :P
Meneuse : Ombres d'Esteren | Dragons
Joueuse : /

Crépuscule
Mathusalem
Messages : 5542
Inscription : 17 févr. 2011, 17:16

Re: [PEC] - BOTTTOS Chap V - Jusqu'au commencement

Message : # 26960Message Crépuscule
07 oct. 2013, 01:30

"Il n'y avait rien d'autre ... je doute que ce soit vos ennemis, s'ils connaissaient le moment de votre retour, ils seraient venus vous cueillir, quel intérêt ils auraient ..."

Lucrèce se mettant à pleurer, il lui prit la main et posa son autre main sur son épaule :

"Je ne laisserai personne, qu'ils viennent d'ici ou d'ailleurs, vous nuir. Je vais vous aider, vous et cet enfant inattendu.
Depuis votre départ ... quelques petites choses ont changé, j'ai de nouvelles attributions, et des moyens adaptés pour les assurées. Ces types peuvent venir, nous les attendons de pied ferme. Venez avec moi, nous pouvons assurer votre protection, je vous l'assure Lucrèce."


Zoréo s'était extirpé des plantes qui avaient envahies la voiture. Il s'était approché du berceau, il semblait inquiet,il l'était, inquiet pour Lucrèce, et pour l'enfant ... il lui aurait bien proposé de se réfugier le temps nécessaire dans un Havre, elle et l'enfant seront à l'abri de leurs poursuivants, mais il craignait un rejet de la part de sa protégée, voir même de l'irriter. Mais, il était surtout inquiet par cette invasion végétale ... avait-elle encore le contrôle de ses pulsions profondes, celles auquelles répondaient les plantes ... ici, dans ce temples de verdure, la moindre pensée négative inconsciente de Lucrèce pouvait devenir un piège mortel pour tous, le berceau devenir le cercueil de l'enfant même ...
Ces plantes étaient un danger bien présent, et dans l'état autodestructeur de Lucrèce, Zoréo était dans un état de vigilance extrême ... prêt à se téléporter avec l'enfant au moindre signe inquiétant.
MJ:Warhammer, MektonZ
PJ:[AdC] Agent Irish

Ainsi que d'innombrables PJ sacrifiés sur l'autel de la Fortune, Impératrice des Mondes ...

Avatar de l’utilisateur
Iris
Grand Ancien
Messages : 16863
Inscription : 14 févr. 2011, 17:31
Localisation : Nord-Est de Lyon
Contact :

Je devrais tirer mes émotions au dé...

Message : # 26968Message Iris
07 oct. 2013, 09:33

Heureusement que Lucrèce ignorait tout des projets de Zoréo de lui voler l'enfant, même si elle n'avait pas décidé de ce qu'elle voulait en faire ! Ce serait assurément le meilleur moyen de la rendre furieuse et de briser tout sentiment amical à l'adresse du petit compagnon d'infortune qui s'avèrerait comme les autres être un traître et quelqu'un qui voulait l'utiliser, ou son enfant... Quel sale traître quand même que Zoréo qui avait bien l'air de davantage se préoccuper d'un enfant pas franchement désiré et sources d'innombrables difficultés que de Lucrèce qui est au bord du suicide ! Manquerait plus que l'agent Norton se mette aussi à devenir gaga du bébé et Lucrèce sera convaincue que tout le monde préfère le mioche à elle !... De quoi lui donner tout de même envie d'aller dormir et s'éteindre...
Ben Norton a écrit :"Il n'y avait rien d'autre ... je doute que ce soit vos ennemis, s'ils connaissaient le moment de votre retour, ils seraient venus vous cueillir, quel intérêt ils auraient ..."
Ah ? Il doutait ? Et comment quelqu'un d'autre aurait-il pu savoir quoi que ce soit ?... Non, Lucrèce ne croyait définitivement pas pouvoir espérer une quelconque aide du futur... Luther était mort, définitivement, irrémédiablement... avec tous les éthoriens de ce monde-ci... Quant à un éventuel Luther d'une dimension parallèle, Lucrèce s'attendait plutôt à un jumeau maléfique, c'était ce qu'on voyait dans la plupart des films sur les dimensions parallèles, les gens y étaient rarement "nets"... et puis penser à Luther lui donnait encore davantage envie de pleurer...
Ben Norton a écrit :"Je ne laisserai personne, qu'ils viennent d'ici ou d'ailleurs, vous nuire. Je vais vous aider, vous et cet enfant inattendu.
Depuis votre départ ... quelques petites choses ont changé, j'ai de nouvelles attributions, et des moyens adaptés pour les assurer. Ces types peuvent venir, nous les attendons de pied ferme. Venez avec moi, nous pouvons assurer votre protection, je vous l'assure Lucrèce."
Il assurait sa protection, hein ? ...

" C'est l'enfant de Luther..."

Inattendu, c'était le mot. Rien que de penser à devoir s'occuper d'un bébé, elle était effrayée et avait d'autant plus envie de se cacher dans un nid douillet, protégée du reste du monde... Elle n'avait aucune expérience, elle n'était pas prête pour ça, ne savait pas par quel bout le prendre... et tout le monde allait immanquablement s'en mêler et lui rappeler à quel point elle était une incapable, incapable de subvenir à ses besoins, de le protéger, de rester en vie même. Cet enfant était un concentré d'inquiétudes pour elle. Elle ne voulait pas le confier à d'autres, ne savait pas quoi faire, n'imaginait pas une seconde pouvoir être une "mère" et elle avait le plus grand mal à croire qu'on puisse l'aider... et continuait de sangloter...

" Luther disait vouloir me protéger et il est mort. "

" Armis est mort aussi."

" Mon frère et tous les autres sont restés prisonniers de l'Atlantide"

" Tous ceux qui m'approchent meurent."

En même temps, l'Agent Norton était vraiment gentil, et contrairement à toutes les personnes ici, elle n'avait même pas l'ombre d'un grief à son encontre. Et elle se laissa aller à sangloter blottie contre lui. Trop épuisée pour réfléchir, elle se contenta de le suivre s'il voulait sortir en ouvrant les feuillages. A l'agent Norton de récupérer le poupon sous un bras et de soutenir la mère peu convaincue, passablement amorphe et n'espérant que de dormir pour oublier de l'autre.
Meneuse : Ombres d'Esteren | Dragons
Joueuse : /

Crépuscule
Mathusalem
Messages : 5542
Inscription : 17 févr. 2011, 17:16

Re: [PEC] - BOTTTOS Chap V - Jusqu'au commencement

Message : # 27093Message Crépuscule
10 oct. 2013, 13:22

Juste un petit post avant d'avancer


«Ton frère va bien, il s'est échappé de la base Atlante en volant un aquanef ... C'est un intrépide !
Dès que j'ai appris la présence de cet engin, j'ai pris l'affaire en main, et nous les avons récupérer.

La dessous ça a été agité, un certain Grayson a perdu la raison d'apres ton frère, enfin il disait que ce n'etait plus vraiment lui...

Ton frère est en mission, je n'ai pas eu te temps de le prévenir. Dès qu'on sera rentrés je l'avertirai de ton retour. »
Dernière modification par Crépuscule le 12 oct. 2013, 00:25, modifié 1 fois.
MJ:Warhammer, MektonZ
PJ:[AdC] Agent Irish

Ainsi que d'innombrables PJ sacrifiés sur l'autel de la Fortune, Impératrice des Mondes ...

Avatar de l’utilisateur
Iris
Grand Ancien
Messages : 16863
Inscription : 14 févr. 2011, 17:31
Localisation : Nord-Est de Lyon
Contact :

Atlantes & Ethoriens même combat

Message : # 27094Message Iris
10 oct. 2013, 13:54

Lucrèce ne réagit pas vraiment, répondant d'un murmure morose :

" Grayson... Je lui avais dit qu'il ne fallait pas accepter... il s'est laissé posséder..."

Quant à la notion de mission ou autre, ça lui passait, comme le reste, par dessus la tête. En l'état elle ne se sentait vraiment pas d'humeur sociable. Elle réagissait à peine, chaque geste ou parole était déjà un effort considérable.
Meneuse : Ombres d'Esteren | Dragons
Joueuse : /

Crépuscule
Mathusalem
Messages : 5542
Inscription : 17 févr. 2011, 17:16

Que celui qui est le nautonier de ma destinée dirige ma voil

Message : # 27161Message Crépuscule
12 oct. 2013, 02:34

Zoréo signala qu'il ne fallait pas traîner. Ils n'étaient pas à l'abri. Ben acquiesça.

Soutenant Lucrèce, il s'approcha de la voiture pour en extirper son sac. Il en sortit un vêtement dans lequel il emmaillota le bébé.

Sur le passage de Lucrèce guidée par Ben, les plantes s'écartaient. Il s'approcha de la cage de Maig et la prison végétale se retracta, libérant la Bansidh.

Ben hésita ... il était chargé, soutenir Lucrèce, porter le sac et l'enfant ... il avait pensé le confier à Maig ... mais il se rappella la vision qu'elle avait évoqué ...

Maig comprit l'origine de son hésitation ... Le destin était-il écrit ? Avait-elle peur de ne pouvoir tisser son propre chemin en marchant sur celui qu'elle avait vu ? Pourtant difficile d'imaginer Lucrèce agir comme elle l'avait vu dans son état, même si elle en avait la volonté, en aurait-elle seulement la force ? Ne marchaient-ils pas déjà sur un autre chemin ?
MJ:Warhammer, MektonZ
PJ:[AdC] Agent Irish

Ainsi que d'innombrables PJ sacrifiés sur l'autel de la Fortune, Impératrice des Mondes ...

Verrouillé