[Symbaroum 2.1] Rencontre aux Salons de Symbaroum

MJ NaislEater

Modérateur : NailsEater

Avatar de l’utilisateur
Madennig
Vétéran
Messages : 977
Inscription : 10 mars 2018, 19:38

Re: [Symbaroum 2.1] Rencontre aux Salons de Symbaroum

Message : # 64513Message Madennig
17 avr. 2018, 20:15

Encore une épreuve !

Elle était à peine sortie de la première que la voilà sous la menace souriante de la jolie et généreuse Ambrienne. Prise au piège, elle regarda avec une certaine détresse Fjola qui semblait se moquer de sa nounou avec son sourire espiègle et ses cheveux volant.


"Attends... "

Elle calma un peu l'enthousiasme de Adelheïd, lui saisissant les deux mains dans les siennes.
Puis elle lui dit avec beaucoup de sérieux et d'intensité dans le regard :


"... La danse, c'est sacré. C'est la joie offerte qui se répand dans les âmes... "

Elle se redressa et libéra les mains de la conteuse. Ses yeux se posèrent d'abord sur la fille puis sur sa mère.

"Laissez-moi vous offrir cela..."

Ses yeux se fermèrent et son corps se mit à sentir le rythme, le faire entrer et à l'évacuer... A l'instant présent. Ses mains se percutent, et ses pas sautent, la robe d'Adelheïd s'anime sur une danse rare qu'on ne voit qu'en Davokar d'habitude. Toujours les yeux clos, ses lèvres sourient largement.
C'est un peu comme revenir au creux du clan, l'espace de quelques instants.
Maden(n)ig. OdE - La Forêt Engloutie
Verema. Symbaroum - Le Courroux du Gardien

Avatar de l’utilisateur
Casaïr
Vénérable
Messages : 4009
Inscription : 28 avr. 2015, 19:10
Localisation : Arlon, Belgique

Re: [Symbaroum 2.1] Rencontre aux Salons de Symbaroum

Message : # 64514Message Casaïr
17 avr. 2018, 20:27

C'était la première fois que je voyais cela, et aux multiples soupirs que j'entendais dans mon dos, je devinais que cela faisait très longtemps que les autres convives n'avaient pas assisté à cela. Cette danse me poigna le cœur comme jamais auparavant et un sourire un peu triste affleura mes lèvres à cet instant, sans que j'en comprenne vraiment la cause. Je me joignis à l'ovation qui retentit lorsqu'elle termina sa prestation et je me sentis soudain un peu idiote de toutes mes gamineries.

***

Nous venions de rentrer, il était tard et l'ouragan de blondeur qu'était ma fille dormait presque dans mes bras. Je la couchais, et il ne lui fallut pas longtemps pour fermer pour de bon les yeux. Je replaçais une de ses adorables mèches de cheveux, la couvant du regard attendri qu'ont toutes les mères pour leur enfant chéri cependant que ma main se crispait sur le drap en tremblant.

"Je dois te paraître bien frivole, dis-je à Vérama sans me retourner, à jouer, rire sans cesse, à coucher à droite à gauche. Mais ce n'est qu'un écran de fumée, ce n'est pas la vraie moi, pas du tout même. Je n'ai que cette vie pour l'instant, mais il n'est pas question que je m'en contente. J'ai perdu une grande partie de celle que j'étais avant et Fjola… Fjola est devenue mon univers. Son nom veut dire "Violette". Il n'y en avait pas une seule là où je l'ai mise au monde mais j'ai toujours adoré leur parfum, d'aussi loin que je me souvienne."

Le souvenir m'arracha un rire qui s'estompa bien vite.

"Pour elle je m'efforce de donner l'image de quelqu'un de fort, pour cacher ce que je suis en réalité, pour qu'elle se sente en sécurité et qu'elle aie un modèle sur lequel se construire. J'essaie de lui donner l'enfance que je n'ai pas eu, la mère que j'aurais voulu."

Je me retournais avec un sourire triste en secouant la tête.

"Ne t'inquiète pas, ma mère est vivante, enfin je crois. C'est juste que… elle ne m'a pas vraiment élevé comme il l'aurait fallu. Alors, je fais tout le contraire d'elle. Pour lui prouver qu'elle avait tort. Mais je crois qu'elle ne le saura jamais vraiment."

Je bordais Fjola qui se tourna en marmonnant dans son sommeil. Un nouveau rire s'échappa l'espace d'une seconde, suivit d'une larme.

"Quand je la vois dormir comme ça, chuchotais-je, j'ai du mal à croire que tout ce qui a précédé son arrivée a bien été réel. Et je suis terrifiée à l'idée qu'un jour on me la prenne. Mais pour elle, je dois être forte, quelle que soit la façon dont mes actes sont perçus"

Je me levais pour rejoindre Vérama.

"Un jour, un homme de ton peuple -je ne sais de quel clan au juste- avait proféré ce dicton, un peu comme une malédiction : le jour sourira, la nuit pleurera. Il ne savait juste pas à quel point il était dans le vrai !"

Une partie du vernis craquait, sans doute avais-je depuis trop longtemps fermé mon cœur à ce type d'émotions. D'ailleurs, à quand remontait la dernière amitié réelle que j'avais pu tissé ? Au fond je le savais mais….

"Je te remercie d'être là, Vérama. Merci de me supporter malgré mes excentricités. Et pardonne-moi mon égoïsme, je pensais qu'en t'aidant je pourrais… je ne sais pas en fait à quoi je pensais, dis-je, perdue, mais ce qui est sûr, c'est que ta présence me fait du bien. Je suis heureuse de t'avoir pour amie même si on ne se connaît que depuis peu."

Je m'avançais et la pris dans mes bras avant de l'embrasser sur la joue, chuchotant "merci" à son oreille.
Il est toujours utile d'affronter un ennemi prêt à mourir pour son pays. Vous avez en définitive, lui comme vous, le même objectif en tête.

- Terry Pratchett, Va-t-en-guerre.

Avatar de l’utilisateur
Madennig
Vétéran
Messages : 977
Inscription : 10 mars 2018, 19:38

Re: [Symbaroum 2.1] Rencontre aux Salons de Symbaroum

Message : # 64516Message Madennig
17 avr. 2018, 21:26

Verama écouta et comme souvent, avec beaucoup d'attention ce que Adelheïd lui disait. Elle aussi était fatiguée, et les joies de la fête faisaient déjà partie du passé.
Quand Heidi s'approcha, l'embrassa, et ne recula pas. Mais ne réagit pas non plus vraiment. Son regard resta profondément enfoncé dans le sien, le temps d'emplir la pièce de silence à nouveau.
Et ses mains prirent le visage triste de la conteuse avec délicatesse.


"Je ne sais pas ce que signifie vraiment être amie... Je sais ce que c'est qu'un clan, un groupe où il y a des règles et le respect des siens. C'est comme si tu m'avais accepté dans ton clan, quand tu m'as proposé de m'accueillir sous le même toit que l'être de vie qui t'est le plus cher..."

"... C'est une preuve d'amour inestimable... Mais tu ne me connaissais même... Tu as pris des risques en faisant cela... "

"... Est-ce ta peine qui te rend si fragile ? Je peux te protéger... Mais ici, je ne connais presque rien... "

"...Reste sur ton présent. C'est cette tranche du temps qui est la plus précieuse. Imagine que les peines de ton passé t'ont permis de sortir de toute cette mauvaise vie, et ont fait éclore en toi la force de survivre. Ton enfant est essentielle. Et tu es essentielle pour ton enfant. Ton garde du corps fait beaucoup, mais il ne peut te préserver de toutes les peines, surtout celles les plus profondément enfouies en toi."


Verama la fixa encore un instant et caressa ses joues, avant de l'étreindre. Elle continua :


"Laisse ta peine sortir. Ce soir ou un autre soir. Je serais heureuse de recevoir ce qui te ronge et te permettre d'alléger ton fardeau. Je peux, si tu le veux, être la sorcière de ton clan, et soulager ton âme..."
Maden(n)ig. OdE - La Forêt Engloutie
Verema. Symbaroum - Le Courroux du Gardien

Avatar de l’utilisateur
Casaïr
Vénérable
Messages : 4009
Inscription : 28 avr. 2015, 19:10
Localisation : Arlon, Belgique

Re: [Symbaroum 2.1] Rencontre aux Salons de Symbaroum

Message : # 64517Message Casaïr
17 avr. 2018, 21:38

"Tu es incroyable", soufflais-je en la regardant.

Croyais-je au destin ? Ce qui se passait, rien ne m'y avait préparé. C'était à moi de l'aider et au final, C'était Vérama qui se proposait de partager mon fardeau. Était-ce le destin qui l'avait envoyé vers moi ?

"Tu parles d'amour... Fais attention, je pourrais tomber amoureuse de toi, si tu continues", riais-je en effaçant mes larmes.

Pouvais-je le lui dire ?

Devais-je l'entrainer dans quelque chose qu'elle aurait un mal fou à concevoir, tant tout ce qui m'est arrivée est à l'opposé de sa vie ?

En avais-je seulement le droit ? Et ne m'en voudrait-elle pas de tout savoir sur tout ?

Je pris une profonde inspiration, mon cistre, et m'assis en tailleur sur le sol, jouant doucement un air triste.

"Il était une fois, une jeune fille..."
Il est toujours utile d'affronter un ennemi prêt à mourir pour son pays. Vous avez en définitive, lui comme vous, le même objectif en tête.

- Terry Pratchett, Va-t-en-guerre.

Avatar de l’utilisateur
NailsEater
Vénérable
Messages : 1432
Inscription : 29 sept. 2015, 18:30
Localisation : Strasbourg

Quelques mois plus tard ...

Message : # 64518Message NailsEater
17 avr. 2018, 22:00

Voilà quelques mois qui se sont écoulés. Les jeunes femmes grâce à la tavernière de l'Odovakar ont réussi à se trouver un appartement plus grand. Situé à équidistance des Salons et de la taverne dans laquelle travaillait désormais Vérama, il permettait à chacune des habitantes d'avoir un endroit à elle et assez d'intimité.

Dans un quotidien bien huilés, Heidi accompagna Vérama à l’Odovakar pour prendre leur petit déjeuner toutes les trois avant de se rendre aux salons pour sa représentation. Comme à chaque fois, elle prirent le temps de discuter un peu avec Vérama qui leur avait préparé un plat à l’avance. Par ailleurs les deux jeunes femmes s’inquiétaient quelques peut pour la tavernière qui semblait perturbée ces derniers temps. Melkor aussi était plus grognon qu’à l’accoutumée. Si les clients habituels ne remarquaient rien, les deux femmes venaient beaucoup trop souvent pour ne pas remarquer ce changement infime d’attitude.

Comme tous les jours, Heidi se leva, embrassa Fjola, étraignit Vérama, salua les personnes dans l’auberge et alors qu'elle se dirigeait vers la porte …

BOOOM

Les murs se mirent à trembler, des hurlements entouraient la taverne. Des personnes se ruèrent dans l’auberge criant et se cachant. La panique se faisait sentir partout. Fjola s’était mise à pleurer effrayer par le bruit et la panique ambiante. Vérama et Melkor se rapprochèrent instinctivement l’un de l’autre. La plupart des clients se regardaient, hébétés, une lueur d’incompréhension dans le regard.

Que se passait-il ? Les minutes passèrent et les cri à l’extérieur ne s'arrêtaient pas. D’un coup, un soldat entra dans la taverne. Sale, l’épée au clair, ensanglantée.

Il y a encore du monde ici !” Il cria ça à quelqu’un que les personnes à l’intérieur ne pouvaient voir, avant de se retourner vers eux.

Nous devons vous évacuez. Le fort est attaqué. Quand je vous le dirai suivez moi le plus discrètement possible et restez calme … quoi que vous puissiez voir.

Au bout de quelques instant, il souffla un bon coup avant de lancer un “Maintenant !” et de sortir de la taverne.

Avatar de l’utilisateur
Madennig
Vétéran
Messages : 977
Inscription : 10 mars 2018, 19:38

Re: [Symbaroum 2.1] Rencontre aux Salons de Symbaroum

Message : # 64520Message Madennig
17 avr. 2018, 23:37

Verama n'avait jamais entendu un tel bruit. Elle se leva aussitôt, et déjà le garde entrait pour donner ses instructions. Elle prit Fjola dans ses bras, et courut l'apporter à sa mère.

"Emmène-la. Je vais aider les personnes ici à sortir, et je te rejoins ensuite à l'abris."

Elle comptait sur le fait que leur garde du corps puisse le suivre de près. Elle s'offrit le luxe d'une dernière recommandation pour Heidi, la fixant de son regard devenu plus vif et sauvage soudain.


"Quoiqu'il arrive, tu sais ce que tu as à faire. Quelle est ta priorité."

Un dernier regard pour la fillette en pleurs, appuyant ainsi ses derniers mots. Puis elle partit aider les tenanciers à évacuer la salle.
Maden(n)ig. OdE - La Forêt Engloutie
Verema. Symbaroum - Le Courroux du Gardien

Avatar de l’utilisateur
Casaïr
Vénérable
Messages : 4009
Inscription : 28 avr. 2015, 19:10
Localisation : Arlon, Belgique

Re: [Symbaroum 2.1] Rencontre aux Salons de Symbaroum

Message : # 64521Message Casaïr
17 avr. 2018, 23:52

L'entente qui régnait d'ordinaire entre Vérama Senior et Melkor semblait avoir prit un coup dans l'aile dernièrement sans que la raison ne transpire jusqu'à nous. Juste avant de partir, je signifiais une dernière -et nouvelle- fois à la tenancière que si elle avait envie d'en parler, j'étais là. Un dernier sourire, puis j'embrassais fort Fjola ainsi que Vérama Junior avant de partir pour les Salons. Au dernier moment, alors que j'étais sur le palier, je me retournais quand le monde explosa. Je fus brutalement jetée au sol, complètement sonnée l'espace de quelques secondes. Puis les pleurs de ma fille se firent entendre et mon sang ne fit qu'un tour.

Un garde entra et nous intima de le suivre. Je me levais, encore hébétée alors que déjà Vérama me donnais Fjola en me disant de fuir.

"Mais et toi ?"

J'étais inquiète autant pour ma fille que pour mon amie.J'avais aussi mal à la tête et en touchant l'endroit douloureux de la main, je sentis un liquide poisseux et chaud.

"Bon sang, c'est pas... Hagen ! Tu restes avec Vérama et tu la protèges, compris ?"

Je me hâtais de suivre le garde, veillant à retenir le haut-le-cœur qui déjà m'envahissait.
Il est toujours utile d'affronter un ennemi prêt à mourir pour son pays. Vous avez en définitive, lui comme vous, le même objectif en tête.

- Terry Pratchett, Va-t-en-guerre.

Avatar de l’utilisateur
NailsEater
Vénérable
Messages : 1432
Inscription : 29 sept. 2015, 18:30
Localisation : Strasbourg

Re: [Symbaroum 2.1] Rencontre aux Salons de Symbaroum

Message : # 64523Message NailsEater
18 avr. 2018, 12:04

Fjola dans les bras, Heidi fut l'une des premières à suivre le garde à l'extérieur de l'auberge. Cachant au mieux le visage de celle pour la protéger, elle avançait avec les autres, collée à la parois des bâtiments comme le faisait leur guide. D'un signe, il arrêta la procession la main tremblante. Devant les yeux effarés des hommes et des femmes sur place, une ombre gigantesque se refléta dans la rue. Quel taille devait faire la créature pour que son ombre tapissent entièrement la rue ? L'ombre se déplaçait, s'approchant dangereusement de la rue dans laquelle ils étaient tous cachés. Les respirations se firent silencieuses, le temps semblaient s'étirer.

Quand un cri attira la créature : "Nurg ! Ils sont trop nombreux ! On se repli vers la charrette !. Au bout de quelques secondes, la créature s'éloigna laissant de nouveau le champ libre au soldat de reprendre sa traversée. Il se remit en route le plus vite possible, courant presque. "Dépéchez ! Il faut partir maintenant !"

----

Pendant ce temps, dans la taverne Vérama aider les tavernier à rassembler les gens pour les faire sortir par pack. Une bonne partie de la taverne était vide à présent. Il restait encore de quoi faire un voyage. Melkor et Vérama jetèrent un regard vers leur taverne. Ce regard lourd de sens montrait tout ce qu'ils avaient investit dans ces lieux et combien il était dur pour eux de le quitter dans de telle condition. Mais il était temps de partir. Melkor et Vérama laissèrent la jeuen sorcière prendre le devant avec Hagen, tandis qu'eux fermaient la marche. Ils pouvaient voir devant eux le dernier groupe au coin de la rue suivante.

Pour l'atteindre il fallait traverser la grande rue, obligeant le groupe à se mettre à découvert le temps de la traversée. Vérama observa à droite, observa à gauche. Et c'est là qu'elle les vit. Des créatures sous leur forme humanoïde mais qui n'avait rien d'humain. Certaines avaient les avant-bras transformés en lames d’os ou en gourdins d’os cloutés, d’autres possèdent une ou plusieurs excroissances osseuses sur le crâne et toutes présentent des marques indiscutables de Corruption de type animal — touffes de fourrure, mâchoires de prédateurs, yeux jaunes de chats ou de serpents. Face à elle des soldats et des civils combattant de toutes leur forces. Cherchant à les faire reculés, à les abattre.
Pour l'instant, aucune d'elles ne les avaient remarqués.

Avatar de l’utilisateur
Madennig
Vétéran
Messages : 977
Inscription : 10 mars 2018, 19:38

Re: [Symbaroum 2.1] Rencontre aux Salons de Symbaroum

Message : # 64524Message Madennig
18 avr. 2018, 12:28

Verama vit les créatures, mais continuait d'avancer sachant que chaque centimètre parcouru devenait précieux en cet instant pour mettre en sûreté tout le monde.
Elle pensa aussitôt au Baïagorn, resté en lisière. D'une main, elle saisit son fétiche le représentant, elle espérait qu'il soit sain et sauf.
Le second groupe continuait de progresser pour rattraper le premier.

Pourvu que les gardes tiennent leur ligne encore quelques minutes.
Maden(n)ig. OdE - La Forêt Engloutie
Verema. Symbaroum - Le Courroux du Gardien

Avatar de l’utilisateur
Casaïr
Vénérable
Messages : 4009
Inscription : 28 avr. 2015, 19:10
Localisation : Arlon, Belgique

Re: [Symbaroum 2.1] Rencontre aux Salons de Symbaroum

Message : # 64525Message Casaïr
18 avr. 2018, 17:46

Bon sang que se passait-il ? Une explosion, des gens qui crient, qui courent dans tous les sens, c'était juste incompréhensible.

"Qu'est-il arrivé ? demandais-je au garde, affolée alors que Fjola pleurait toujours. C'était quoi ça, tout à l'heure ?"

L'adrénaline qui courait dans mes veines m'empêchait de ressentir la douleur lancinante qui pulsait depuis le sommet de mon crâne mais me laissait aussi tremblante comme une feuille. Il fallait qu'on s'en sorte. Et Vérama ? Allait-elle bien ?

Par Prios, aidez-nous !
Il est toujours utile d'affronter un ennemi prêt à mourir pour son pays. Vous avez en définitive, lui comme vous, le même objectif en tête.

- Terry Pratchett, Va-t-en-guerre.

Verrouillé